Skip to main content
Category

Home

« Ces jeunes que nous formons à la science et aux technologies sont des graines de transformation des grandes écoles et entreprises. » – Gérald Peyroche   

By Home, InterviewsNo Comments

On répète à l’envie que les Français seraient mauvais en maths et en sciences… question de méthode ? Des initiatives originales témoignent qu’il est possible de faire aimer ces disciplines, y compris de personnes en difficulté scolaire. C’est le cas de l’Institut Villebon – Georges Charpak, étrangement méconnu (notamment des journalistes) qui, à condition que la curiosité et la motivation soient là, conduit 95% de ses étudiants vers une école d’ingénieur ou un master.  

Nous avons échangé avec Gérald Peyroche, professeur à l’ENS de Paris-Saclay, et directeur de l’Institut. Nous avons découvert l’initiative grâce à Chantal Monvois, qui de la direction de la Fondation Vinci pour la Cité à celle d’AgroParisTech en passant par les programmes de l’ONG de solidarité internationale GRET, est compagnonne de route de Reporters d’Espoirs depuis près de quinze ans.  


Qui sont les jeunes accueillis par votre Institut et qu’y trouvent-ils ?  

Ce sont des bacheliers, pour la plupart démotivés voire en rupture avec le parcours académique ou en situation de handicap, intéressés par les sciences mais peu à l’aise avec l’enseignement classique. Ils viennent à l’Institut pour préparer une Licence Sciences et Technologies en bénéficiant d’une pédagogie innovante.  

Nous demandons aux candidats de remplir un questionnaire qui porte sur leur motivation et leur appétence pour les sciences. Nous ne retenons pas ceux qui ont eu de trop bonnes notes au bac, pour nous concentrer sur notre mission : offrir à des jeunes d’une grande diversité la possibilité de dépasser les obstacles qui les freinent, en vue de poursuivre ensuite une formation scientifique en master ou en école d’ingénieur. 

L’Institut ne convient pas à tous les profils. Nous organisons donc des journées de recrutement où les candidats sont pris en main par nos étudiants actuels et vivent une épreuve sous forme d’atelier collectif, pour vérifier leur capacité à travailler avec les autres. Tout étudiant qui nous rejoint doit être ouvert, curieux et capable de travailler en groupe. Chaque étudiant peut et doit apporter quelque chose au collectif.  

En quoi les méthodes pédagogiques que vous créez sont-elles différentes, innovantes ?  

Le nom de l’institut provient du prix Nobel Georges Charpak. Ce physicien a mis au point une méthode d’enseignement appelé « la main à la pâte », qui propose une alternative à l’enseignement traditionnel. Elle préconise de commencer par le pratique pour aller vers le théorique. Cette méthode a été pensée pour les collégiens et lycéens, nous l’avons adaptée aux études supérieures comme ingrédient d’une formation inclusive. Un tiers de nos cours sont dispensés de cette manière.  

Autre exemple de notre manière d’innover : un cours de maths peut comporter trois modules, avec trois niveaux différents d’autonomie proposés aux étudiants. Cette méthode permet de ne pénaliser ni les plus faibles, ni les plus forts, car chacun avance à son rythme et choisit la méthode qui lui correspond. On constate que les étudiants sont plus performants dès lors qu’ils sont ainsi acteurs de l’enseignement. 

Nous suivons les travaux de chercheurs comme le physicien Julien Bobroff, enseignant à l’Université Paris Saclay, récompensé par le CNRS en 2022 pour son travail sur la médiation scientifique. Il a créé des collaborations étonnantes avec des designers pour expliquer la physique quantique. Nous examinons avec lui comment ce genre de méthode peut être repris dans un objectif pédagogique à l’Institut, pour ensuite les essaimer si elles fonctionnent.  

Vous défendez un modèle d’innovation frugale et peu couteux.   

Notre but est de faire de la recherche sur notre propre terrain, atypique et sur d’autres terrains de l’enseignement supérieur, afin de révéler des éléments applicables dans différents contextes.  

Pour cela, en 2019, l’Institut s’est doté d’un Centre d’Expérimentation Pédagogique, qui attire chaque année environ 150 acteurs. Le but est de tester des méthodes, et de les valider par la recherche. L’innovation pédagogique a la réputation de demander beaucoup de moyens techniques et financiers. Ici, on fait le pari de l’innovation pédagogique frugale : il faut que ce soit simple et peu couteux pour pouvoir s’implanter dans tous les contextes d’enseignements, même là où il n’y a pas beaucoup de moyens. Les innovations peuvent être reprises, il faut juste s’en emparer. 

Vous suivez de près chaque étudiant. Est-ce que cet encadrement est un gage de réussite ? 

En effet, tout ne se joue pas dans les salles de classe. Il y a par exemple une obligation d’entraide des étudiants qui fait que chacun peut se retrouver en position d’aidant ; l’équipe pédagogique est très engagée notamment pour lever d’éventuelles inquiétudes concernant l’insertion professionnelle ; un système de tutorat est dispensé par les étudiants des grandes écoles partenaires comme l’ENS Paris-Saclay, l’Institut d’optique graduate school, l’ENSTA, CentraleSupélec, l’Agro ParisTech  ou encore Polytechnique. De plus depuis 10 ans, 350 parrains et marraines issus des entreprises mécènes accompagnent les étudiants. Cette présence permet de dédramatiser l’angoisse professionnelle, et de mettre en avant l’importance de travailler telle ou telle compétence.  

L’objectif de nos étudiants est bien de poursuivre leurs études, poursuite qui se déroule dans des formats pédagogiques traditionnels auxquels nous les préparons, petit à petit, avec l’ensemble de ces acteurs.  

12 ans après la création de l’Institut, quels sont les accomplissements dont vous êtes le plus satisfait ? 

Nous avons accueilli et formé 300 étudiants, avons atteint la parité dans leur recrutement, les intégrons pleinement dans la démarche pédagogique et d’innovation de l’Institut. La diversité se traduit par leurs profils : 70% sont boursiers, 30% issus des filières technologiques, 20% en situation de handicap.  L’environnement que nous leur proposons est optimal : des promotions de petite taille, un hébergement sur le campus, un encadrement important.  

Nous constatons qu’ils ont pu développer leur confiance en eux, un niveau de créativité important, et ont en main des outils pour penser la science et son apport de manière multidisciplinaire. 95% de nos diplômés poursuivent leurs études, dont 77% dans des grandes écoles. 

Vos méthodes sont-elles diffusables à l’enseignement supérieur ? 

Aujourd’hui, tout le monde s’accorde à dire que le modèle d’études supérieures ne correspond plus aux attentes des jeunes. Beaucoup de grandes écoles se sont engagées à réformer leur cursus. Les méthodes que nous expérimentons peuvent être essaimées chez elles. Ce n’est pas un hasard si de grandes écoles sont partenaires de l’Institut.  

Vous défendez l’idée que la diversité est un gage de performance pour les entreprises. Au-delà de l’usage abondant du terme « diversité » dans la communication et le débat public, concrètement, où en est-on ?  

Notre pari est de former des jeunes qui présentent une forte adaptabilité au monde de l’emploi, et qui vont aussi être des éléments de transformation dans les grandes écoles ou entreprises. Donc de former un cercle vertueux.  

Certaines entreprises affichent un bon bilan social d’inclusion, mais on se rend compte que les personnes issues de la diversité sont souvent en bas de l’échelle. Notre but est, qu’au terme de leurs études, ces jeunes que nous formons soient capables de manager eux-mêmes d’autres personnes issues de la diversité. Or beaucoup d’entreprises n’ont pas de politique générale en la matière. Leurs actions sont souvent très fractionnées, les responsables RSE (Responsabilité sociale et environnementale de l’entreprise) ne se sentent pas assez entendus, et le sujet n’est pas inscrit dans la stratégie de l’entreprise. La focalisation sur les mesures écologiques a tendance à mettre le social de côté, or c’est bien les deux qu’il faut mener de front en pensant au long terme. L’Institut, « incubateur de talents » comme disent nos étudiants et nos mécènes, a une vraie fragilité économique en raison de ce contexte. Aussi nous devons continuer à démontrer aux entreprises que la diversité est source d’innovation et de performance pour elles.  

Concrètement, combien coûte votre formation et comment vous aider à poursuivre et amplifier votre action ? 

Les droits d’inscription sont ceux d’une licence universitaire conventionnelle – 170 euros par an, avec gratuité pour les boursiers et les boursières. Elle représente un coût global par étudiant d’environ 15 000 euros par an, ce qui est proche du coût d’un étudiant en IUT, et supérieur au cours moyen d’un étudiant en licence (11 000 euros environ). Le surcoût est compensé par le fort taux de réussite à la licence que nous obtenons : 75% en 3 ans, ce qui est deux fois supérieur à une licence classique. 

En 2023, 17,5 % de notre budget de fonctionnement provenait du financement des entreprises, le reste, soit 82,5%, provenant des établissements d’enseignement supérieur membres de notre groupement d’intérêt public. Pour soutenir le développement de la recherche et les capacités d’essaimage de l’Institut, nous devons porter la contribution du secteur privé à 50% à l’horizon 2027, soit 350 000 euros par an. J’appelle les entreprises qui veulent miser sur l’apport de la diversité et de la science à nous rejoindre ! 

 

Propos recueillis par Maëlle Widmann et Gilles Vanderpooten, Reporters d’Espoirs. 

[Offre d’emploi] Reporters d’Espoirs recrute Responsable actions et communication (CDI, printemps ou été 2024)

By HomeNo Comments

 

VOTRE MISSION

Reporters d’Espoirs recrute une personne polyvalente qui saura intervenir de manière transversale sur l’ensemble de son programme d’actions, en CDI, et à plein temps.

Au sein d’une équipe de 5 personnes, vous travaillez en étroite collaboration avec le directeur général de l’organisation. La taille réduite de la structure et la multiplicité des actions (un Prix, une Revue papier, un Lab d’études et de recherche, une plateforme numérique) implique de votre part une grande polyvalence, un esprit entrepreneurial, une capacité réflexive et un caractère très opérationnel. 

Le poste recouvre trois dimensions :

Gestion de projet :

Vous intervenez sur un écosystème d’actions pour les organiser, les faire avancer, et les faire connaitre. Notamment :

  • Vous coordonnez le Prix Reporters d’Espoirs : définition des thématiques, organisation du jury, organisation événementielle, promotion des appels à candidature, partenariats avec des organisations-relais, réalisation de la présélection.
  • Vous organisez le Tour des Reporters d’Espoirs à la rencontre des journalistes et rédactions : prise de contact avec écoles de journalisme et rédactions, organisation, réalisation d‘interviews en vidéo.
  • Vous contribuez à l’organisation d’événements/ateliers/webinaires de taille modeste : recherche et coordination de prestataires, mise au point de programmes, sélection et recrutement d’intervenants.
  • Vous contribuez au positionnement et à la coordination des autres actions (Lab, Revue, Le Plus) en lien étroit avec le directeur et les collaborateurs dédiés.

Communication :

Votre polyvalence et votre maitrise d’outils techniques vous permettent d’intervenir aussi bien dans :

  • la définition et le suivi de la stratégie et du plan de communication ;
  • la conception/réalisation de supports de communication (plaquette, présentations) ;
  • la rédaction de newsletters, courts articles, argumentaires, synthèses et bilans des actions ;
  • la réalisation (tournage, montage, habillage) d’une interview en vidéo ;
  • le suivi du travail de la Social media manager ;
  • la mise à jour du site internet (WordPress)
  • l’animation d’un webinaire.

Ceci afin de promouvoir les actions de Reporters d’Espoirs essentiellement auprès de l’écosystème médiatique.

Relationnel :

Votre capacité à vous approprier les actions et le discours de l’association vous permettra de la représenter à l’extérieur (ateliers, et à terme dans des conférences et événements) et auprès de professionnels des médias (journalistes, étudiants).


VOTRE PROFIL

Vous avez déjà développé les expertises et compétences suivantes :

  • 4 ans d’expérience professionnelle minimum après la fin de vos études ;
  • Gestion de projet : vous savez vous organiser, planifier des actions et les faire avancer ;
  • Qualités rédactionnelles : votre écriture et votre orthographe en langue française sont irréprochables ; vous avez un esprit d’analyse et de synthèse ;
  • Forte appétence pour le secteur de l’information et des médias ;
  • Intérêt pour les sujets de développement durable et en particulier d’environnement ;
  • Technique : capacité à maitriser les logiciels permettant la réalisation des missions citées précédemment (Adobe InDesign, Photoshop, Première ; WordPress, emailing ; Suite Office)… ou à apprendre !
  • Capacité à encadrer deux stagiaires et alternants auxquels vous pourrez déléguer certains aspects de vos missions, ainsi que des prestataires.

Et vous vous reconnaissez dans les qualités suivantes :

  • Polyvalence ;
  • Sens de l’organisation ;
  • Autonomie sur les missions qui vous sont confiées ;
  • Qualités relationnelles vous permettant d’interagir au sein d’une petite équipe au quotidien, dans une ambiance à la fois sympathique et concentrée, et avec les différents publics de l’association – que ce soit par écrit, par téléphone ou de visu- : consultants, stagiaires, bénévoles, journalistes…
  • Envie de contribuer à faire progresser une cause associative et son impact positif sur les médias et la société.

NOUS

Reporters d’Espoirs, « pour une info et des médias qui donnent envie d’agir ». Nous agissons depuis 19 ans pour que l’information et les médias diffusent l’envie d’agir dans la société.

Concrètement :
– nous identifions et contribuons à la visibilité médiatique (veille) des initiatives qui ont un impact positif sur : la vie des gens, le lien social, l’environnement, l’économie
– nous rassemblons les médias à l’occasion d’événements physiques et médiatiques (La France des solutions : 20 millions de citoyens touchés avec 50 partenaires médias)
– nous sensibilisons les journalistes et étudiants à la pratique du « journalisme de solutions » appliqué à des questions d’intérêt général (le climat, l’innovation sociale…)
– nous créons des outils pédagogiques et numériques pour analyser l’impact des médias et pour accroitre leur portée (Le Lab, Le Plus)
– nous mettons à l’honneur jeunes, journalistes, et innovateurs des médias (Les Prix)
– nous publions une revue papier diffusée dans 600 libraires, 80 Relay, et par abonnement.

Notre équipe et notre gouvernance comprennent des journalistes, professionnels des médias et de la tech, dirigeants de médias, communicants, gestionnaires de projets, leveurs de fonds.


OU, QUAND, COMMENT ?

Lieu : Paris 1er arrondissement (Opéra / Palais Royal).
Type de contrat : CDI plein temps.
Télétravail le vendredi.
Début souhaité : printemps ou été 2024.
Salaire : 35 000 à 40 000 € bruts/an, selon profil et expérience.

Vous voulez mettre votre esprit d’initiative, enthousiasme et rigueur au service de ce projet inspirant et impactant positivement la société ? Rejoignez-nous.

Étape 1 : Transmettez-nous votre CV et vos motivations sur recrutement@reportersdespoirs.org
Étape 2 : Entretien avec la responsable des relations humaines
Étape 3 : Entretien avec le directeur général

ÉDITO – Résignés, “les jeunes” ? Pas plus que “les vieux” !

By Home, La RevueNo Comments

Alors que 72 % des 18-24 ans se disent optimistes¹, leurs parents se chargent de se faire du mouron pour eux : 59 % sont pessimistes pour l’avenir de leur progéniture². La raison se trouve-t-elle du côté de l’amour filial ou de l’irrésistible élan de la jeunesse ? Consacrer une revue à la jeunesse nous est apparu comme un projet à la fois périlleux (tant elle est multiple, hétérogène, non « catégorisable ») et enthousiasmant.
L’orienter sur le malaise, la perte de repères ou encore le conflit générationnel ? L’actualité se charge déjà de nous les rappeler. Songer aux difficultés d’une jeunesse étudiante à se nourrir et se loger, aux traumatismes post-covid, à la difficulté à trouver un emploi, à l’éco-anxiété ? Bien sûr. Mais en s’intéressant aux actions qui permettent d’y faire face, de donner à voir une jeunesse qui prend l’initiative et de l’aider à se projeter dans l’avenir.

« Le pire n’est même pas certain », disait le dessinateur Voutch. Ce n’est pas Esther, l’adolescente croquée par Riad Sattouf à (re)découvrir dans ce numéro – parfois perplexe, parfois rêveuse, souvent joyeuse – qui va le démentir. Alors, nous sommes partis à la recherche des raisons concrètes, réelles et sérieuses de croire en demain, au regard d’une jeunesse créative, engagée, entreprenante… Et qui a bien le droit, aussi, de rêver et d’exercer son droit à l’insouciance ! C’est à un voyage à la rencontre d’initiatives qu’entreprennent des jeunes de tous horizons, au-dessus des idées fatales, que nous vous invitons.

“Et là ! C’est parti ! Toutes voiles dehors ! On y va ! Flanquez le grand foc !

Bigardez les sourdines ! Choucardez dans les flanquettes !

C’est parti ce voyage, cette aventure, tout est nouveau, tout est inconnu, tout est réinventé, tout recommence. 

La joie est là ! Tu l’entends pas ce tocsin qui bat dans ton corps gamin ?!

Tu l’entends pas ?! 

Mais ce voyage-là, tu peux le faire dedans, tu peux être ton propre chirurgien,

t’ouvrir à cœur ouvert !” 

Des chemins de nos belles et sereines campagnes aux confins tumultueux et remuants de nos villes, en passant par une parfois chaotique et créative France « périphérique » : bon voyage en compagnie de ces jeunesses multiples qui portent l’espoir !

Gilles Vanderpooten, Directeur de la rédaction de Reporters d’Espoirs

¹ 3e baromètre Les jeunes et l’entreprise, BVA/Macif/Fondation Jean Jaurès, décembre 2023.
² IPSOS-CESE, L’état de la France vu par les Français en 2023.
³ Edouard Baer, « L’inconnu commence là, au bas de la rue », émission « Plus Près De Toi », Radio Nova, 2018.

M22 : lancement du 1er média de solutions méditerranéen

By Home, L'actu des médiasNo Comments

500 millions de personnes sont en passe de vivre particulièrement les conséquences des dérèglements climatiques : les habitants des pays du pourtour méditerranéen. Comment unir les personnes de bonne volonté, par-delà les différences culturelles et religieuses, pour affronter la catastrophe annoncée ?

C’est l’objet du nouveau média en ligne M22, lancée par Marcelle.media et soutenu entre autres par Reporters d’Espoirs. Des journalistes des 22 pays, notamment des lauréats du Prix jeunes Reporters d’Espoirs et des membres de notre réseau, vont nourrir ce média en écrivant chacun dans leur langue, des articles et reportages sur des initiatives porteuses de solutions. Elles sont glanées partout sur cet espace, « berceau de toutes nos cultures » tel que le décrit le philosophe Dominique Bourg dans l’interview que nous avons réalisée pour le nouveau média d’information.

>Le manifeste de M22

>Le site de M22

>L’interview de Dominique Bourg

Festival du livre à Paris : La littérature au service de l’écologie, de la jeunesse et de la francophonie

By Home, L'actu des médiasNo Comments

Du 12 au 14 avril 2024 s’est tenu le Festival du livre à Paris. Au total, 246 stands représentaient maisons d’édition et médias dans l’enceinte du Grand Palais éphémère. Les auteurs en dédicace accueillent depuis leurs estrades curieux et afficionados. C’est l’occasion pour toutes les générations de se retrouver pour flâner au milieu des étals de livres. Le public, au même titre que le beau temps, était au rendez-vous : le festival a accueilli 103 000 personnes tout au long du week-end. Le Québec, invité d’honneur, mettait en avant ses auteurs et maisons d’édition.

L’écologie en explosion de couleurs

Dans le studio de France Télévisions installé pour l’occasion, l’animateur belge Thierry Bellefroid (RTBF) reçoit l’auteur de bande dessinée Jérémie Moreau sur le thème « Penser, raconter et dessiner le vivant ». L’animateur décrit son style, fait de couleurs très vives, comme une « grammaire colorimétrique ». L’artiste évoque sa carrière, du fauve d’Or reçu à Angoulême à la découverte de Jean Giono : « Pour la première fois, j’avais l’impression de lire de l’écologie de façon incarnée, magique. ». La mission qu’il se donne ? « Apporter une nouvelle esthétique à l’écologie ». La représenter de manière artistique ne risque pas d’édulcorer le problème pense-t-il, mais au contraire de le rendre « plus fin, plus précis ». Utiliser des couleurs tape-à-l’œil est naturel : « Dans nos ascendances frugivores, on ne pouvait pas s’empêcher de foncer vers les couleurs les plus vives ». Ses dessins veulent aider le lecteur à changer de point de vue : redonner une conscience à la nature et cesser de l’objectiver. Ainsi, son album Le discours de la panthère offre une plongée dans la réflexion animale, étourneau comme bigorneau : « C’était très rafraichissant d’imaginer des histoires pour d’autres corps ». Et si Jérémie Moreau avait trouvé une manière de « donner envie d’écologie », que ne cessent d‘appeler de leurs vœux moult activistes en quête de « nouveaux récits » et de « nouvelles représentations » ?

Les voix mêlées des jeunes et des auteurs

Au même moment, un échange intergénérationnel se tient sur la scène « Bourdonnais ». La journaliste Florence Bouchy (Le Monde) est aux côtés de Denis Baronnet, qui présente l’ouvrage « Il faut enfin que je te dise… », au Seuil Jeunesse. Ce livre est le résultat d’un projet porté par l’association culturelle Le Labo des Histoires, qui anime des ateliers d’écriture dans les établissements scolaires. « On va là où la culture ne passe pas », explique-t-il. Armel Bouloulz, lycéenne, raconte le processus d’écriture de sa lettre, exercice auquel elle s’est adonnée dans ce cadre : « J’ai écrit à mon amie Blanche, car ma lettre fait référence au racisme intériorisé ». Ces ateliers veulent donner une liberté à des jeunes qui se sous-estiment. L’éditrice est convaincue qu’ « il faut changer notre regard sur la capacité des jeunes à écrire, il faut leur donner confiance. ». Un vrai défi pour Armel : « J’étais en quête d’identité pendant la période de l’atelier d’écriture. On doit lire nos textes devant tout le monde. Il faut oser partager ». L’entretien se termine par la lecture de la lettre d’une quinquagénaire qui s’adresse à son corps en alternant amour et haine. Preuve que la relation à son propre physique fait partie des thématiques qui traversent les générations.

« Et vive la littérature ! »

Voilà que notre attention se tourne vers le Pavillon Québécois. Les lettres bleues du mot « Québec » font face à la Tour Eiffel, en témoignage de l’amitié francophone. C’est l’heure de la cérémonie de remise du Prix France-Québec. « On devient écrivain parce qu’on a envie d’utiliser le langage pour faire du vivant », déclare le lauréat, Alain Beaulieu, récompensé pour son livre Le Refuge. Il remercie les associations régionales franco-québécoises, une cinquantaine réparties sur le territoire français. Le ministre de la Culture et des Communications du Québec, Mathieu Lacombe, est venu en personne soutenir ce prix qui « contribue au rayonnement de la littérature québécoise au sein de l’hexagone ». La célébration de cette entente pour la francophonie se conclue par le discours de Michel Cotnoir. Le président de la Fédération France-Québec / Francophonie fait forte impression avec sa cravate imprimée de fleurs de lys. L’ADN du Festival du Livre est finalement résumé par le lauréat dans un enthousiaste « Et vive la littérature ! ».

Maëlle Widmann, pour Reporters d’Espoirs.

« La littérature est un vecteur de protection de la langue française » Geneviève Pigeon, présidente de l’ANEL du Québec

By Home, InterviewsNo Comments

Geneviève Pigeon est présidente de l’Association nationale des éditeurs de livres du Québec (ANEL) depuis septembre 2023. Editrice, elle enseigne également à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Jeudi 11 avril, elle a participé à l’inauguration du Festival du Livre de Paris, qui place le Québec en invité d’honneur.


Quel est votre rôle en tant que présidente de l’Association nationale des éditeurs de livres du Québec ?

C’est un rôle de représentation autant à l’extérieur qu’au sein même de l’association. Je suis appelée à rencontrer des organismes subventionnaires, des éditeurs, à me rendre à des salons du livre. J’ai également une représentation au sein de l’association. Je préside le conseil d’administration et les assemblées générales. Je représente les éditeurs à l’interne et à l’externe.

Que le Québec soit l’invité d’honneur du Festival du Livre de Paris cette année, est-ce important pour l’édition québécoise ?

Le Québec a déjà été invité il y a 25 ans au Festival du Livre de Paris. Cette année, c’est vraiment une étape importante car le Québec a un écosystème littéraire solide dans lequel les membres connaissent leurs codépendances. On arrive avec une littérature très mature et dynamique. Elle est portée non seulement par des éditeurs chevronnés, mais aussi par une nouvelle génération qui fonce. Cette nouvelle génération a décidé de ne pas tenir compte des obstacles et est déjà bien implantée dans l’Europe francophone. On a des propositions littéraires très contemporaines, avec des voix uniques.

Quels obstacles l’édition québécoise rencontre-t-elle ?

C’est une réponse très pragmatique mais il y a beaucoup d’obstacles à l’exportation. Par exemple, si un auteur est invité à un évènement en France la semaine prochaine, je dois envoyer 700 exemplaires à partir de Montréal. C’est matériellement impossible. En bateau, le temps d’expédition est trop long. En avion, le coût est beaucoup trop élevé. La seule solution serait d’avoir un entrepôt en Europe. Mais les livres qui ne circulent pas, ça ne sert à rien non plus. On pourrait aussi imaginer la création d’une deuxième maison d’édition en France, mais là aussi, il y a des obstacles d’impression. La difficulté réside également dans le contact. En France, vous avez beaucoup de librairies. Pour qu’un auteur se fasse connaître, il faut être sur le terrain, aller à leur rencontre. Donc depuis Montréal, c’est difficile !

La littérature francophone parvient-elle à se faire une place au Canada face à la langue anglaise ?

A l’exception du Québec, non. Il existe 1 million de francophones au Canada hors Québec, mais c’est un vaste territoire. Les francophones sont concentrés dans des zones spécifiques. La littérature franco-canadienne est peu lue étant donné le peu de gens qui parlent français.

Donc pour se développer, la littérature québécoise mise sur l’Europe ?

Oui, même si certains éditeurs estiment que le Canada leur suffit. Mais pour développer un nouveau marché, il faut se tourner vers l’Europe francophone qui représente un marché déjà saturé. Donc c’est dur de se faire sa place.

Quels sont les liens, collaborations ou échanges entre le monde de l’édition québécois et français ?

Il y en a beaucoup. Certains éditeurs font le choix de travailler avec des distributeurs français. D’autres, comme c’est mon cas, vendent des cessions de droits à des éditeurs français. On développe des partenariats très chouettes avec des maisons d’édition françaises qui vont être mieux placées pour développer une carrière ou un marché. On a par exemple la collection Talismans, chez Déspaysage, qui publie des ouvrages écrits par des personnes autochtones d’Amérique du Nord.

La francophonie a-t-elle de beaux jours devant elle au Québec ?

Je dirais que oui. En ce qui concerne l’Amérique, c’est toujours fragile. On est entouré d’anglophones dans un marché mondial qui est très anglophile. Mais on observe un intérêt des Québécois pour la littérature locale. Ça demeure un portrait rassurant.

Comment préserver la langue française ?

La littérature est un vecteur de protection de la langue française. C’est peut-être la réflexion d’une francophone qui ne vient pas de France métropolitaine, mais je pense que pour la préserver, il faut accepter qu’elle soit vivante, qu’elle évolue, que les jeunes ne parlent pas comme leurs parents et leurs grands-parents.  En ce sens, la littérature permet à cette langue de bouger, voyager, rencontrer des lectorats différents qui vont apprendre de nouveaux vocabulaires.

Propos recueillis par Maëlle Widmann / Reporters d’Espoirs.

« Aider les jeunes à entreprendre dans l’économie sociale et solidaire », Denis Philippe

By Home, Interviews, Sur la route du tourNo Comments

A la rencontre de la Chambre Régionale des Entreprises de l’Economie Sociale et Solidaire de la région PACA et de son président Denis Philippe, administrateur d’AESIO Mutuelle (entreprise mécène du Prix Reporters d’Espoirs)


Les verres s’entrechoquent, les discussions vont bon train dans le bistrot situé à quelques encablures du palais des ducs de Dijon où se déroulent les Journées de l’économie autrement. Nous rencontrons Denis Philippe qui, en fervent mutualiste, préside la Chambre Régionale des Entreprises de l’Economie Sociale et Solidaire (CRESS) de la région PACA. Il aspire à ce que l’économie sociale et solidaire se donne davantage d’ambitions : au-delà des « petits chemins de traverse », il est temps qu’elle emprunte « le boulevard qui s’offre devant elle ». Le deuxième anniversaire du parcours dédié aux jeunes entrepreneurs de l’ESS en ce mois d’avril 2024 est l’occasion de revenir sur les avancées du secteur.

Exister politiquement : stop aux « pudeurs de gazelle » de l’ESS !

« ll faut que nous soyons, nous représentants et organisations de l’ESS, organisés et forts ». Il faut dire que cette branche particulière de l’économie, regroupant associations, coopératives, entreprises sociales, fondations et mutuelles, peine à prendre la mesure de son poids sur le territoire : jusqu’à 14% de l’emploi salarié privé, 10% du PIB et plus de 200 000 entreprises, sans compter les millions de bénévoles engagés dans le tissu associatif français. Rien qu’en région PACA, près de 17 000 structures assurent 10% de tous les emplois de la région. Il y a un « créneau à prendre » selon Denis Philippe, qui regrette la difficulté des grands acteurs de l’ESS à « faire ensemble » et les discours d’impuissance qui en découlent.

Pourtant le potentiel est là, dès lors qu’il y a un modèle économique viable pour ces entreprises dont la création vient avant tout « répondre à un besoin social ». Si l’argent n’est « pas un but mais un outil » nécessaire pour se développer en tant que structure, c’est aussi le nerf de la guerre pour un secteur qui peut revendiquer cinq banques coopératives d’ampleur à l’échelle nationale. Elles sont d’ailleurs majoritaires dans la banque de détail, celle de notre quotidien, représentant 60 % de l’activité. Denis Philippe en est convaincu : fédérer ne serait-ce que ces acteurs bancaires doit permettre à l’ESS d’exister politiquement et à ses dirigeants d’être, à la manière des cadres du MEDEF, reçus par le Président de la République et la Première Ministre – quitte à taper un peu du poing sur la table pour se faire entendre. Il regrette qu’aujourd’hui que les têtes de réseau de l’ESS rentrent d’abord « dans une logique de représentation, sans prendre de décision économique ni entamer de négociation politique ».

D’où vient alors ce blocage ? Aucun obstacle réel selon Denis Philippe, qui voit surtout un frein psychologique : « il existe une réserve là où d’autres ne s’embarrassent pas de pudeurs de gazelle » quant au marketing et à l’influence. C’est ce côté timoré qui perpétuerait les discours présentant l’ESS comme « différente », « moins visible », « gentillette »… à rebours d’entreprises « engagées » ou « à mission qui reprennent à leur compte des concepts inscrits dans les statuts et l’histoire de l’ESS et devenus tendance, observe-t-il. Aux acteurs de l’ESS de se réapproprier le sens de ces termes en communiquant mieux et plus largement sur leur capacité à rassembler, à incarner, à montrer.

Démontrer par l’exemple

Mettre en avant les réalisations de l’ESS en partant du terrain, de ce qui s’y fait de concret en termes de santé, d’alimentation, de restauration… C’est cela qui peut démontrer selon Denis Philippe la « pertinence du modèle mutualiste », à même de convaincre des élus mais aussi d’attirer les jeunes avec « des dispositifs qui donnent à voir ». Les jeunes certes cherchent du sens mais veulent tout autant « gagner leur vie comme tout le monde ». « Les beaux discours sur l’emploi et les valeurs de l’ESS ne suffisent pas à convaincre. Il faut montrer que l’ESS apporte des réponses aux questionnements des jeunes et devenir un tremplin pour leurs aspirations ». Son rêve ? Que, demain, des jeunes frappent à la porte de la CRESS avec une idée de projet à entreprendre, en demandant un accompagnement. C’est l’axe qu’il a développé en région PACA : la CRESS s’est associée à sept organisations (France Active, mouvement des Scop, intermade, Mouvement Associatif Sud Paca, Coorace Paca, Cros Région Sud, Têtes de l’Art) et a obtenu le soutien de la Banque Populaire Méditerranée, pour offrir aux entrepreneurs un parcours de 7 semaines leur permettant de booster leur projet, intitulé « Mon projet d’Entreprise ESS ». Il célèbre son 2e anniversaire en ce mois d’avril.

Aider les jeunes à entreprendre dans l’ESS : 150 entrepreneurs accompagnés en 2 ans en région PACA

En 2022 le parcours « développement » a accompagné 20 entreprises. Parmi elles, 60% ont déjà plus de 50 salariés, et 30% ont un objet de transition écologique. Quant aux entrepreneurs en phase de lancement, ils bénéficient d’un programme « création ». Nous avons interrogé trois d’entre eux.

Glenn Lenga, fondateur de Save my Shoes, en restaurant des baskets allonge leur cycle de vie et veut ainsi lutter contre la fast fashion et la surconsommation. Son entreprise a reçu l’agréement ESUS, qui permet de certifier la valeur solidaire d’une entreprise. « Ça prouve qu’elle a une utilité sociale et solidaire. Pour mes projets d’avenir, c’est bien d’avoir une reconnaissance publique », explique le jeune entrepreneur de 34 ans. Les trois mois d’accompagnement l’ont amené à comprendre l’intérêt de l’ESS : « on m’a donné des cartes pour mener à bien mon projet, et j’ai reçu beaucoup d’informations intéressantes que je mets en pratique tous les jours. Ça m’a conforté dans mon idée d’avoir une utilité à la fois économique, sociale et solidaire ».

Pour Ghislaine Bourillon, le parcours offert par la CRESS PACA a été l’opportunité de développer « une vision à 360 degrés ». Cette quinquagénaire a lancé la première filiale de recyclage de bijoux fantaisie : « je suis arrivée avec un projet original, et j’ai bénéficié d’une écoute et d’un accompagnement qui ont aidé à le concrétiser ». L’entrepreneuse insiste sur l’importance de prendre le temps pour mettre en place ce genre de projet : « Aujourd’hui, on est dans l’urgence de tout faire. Avec la CRESS, on retrouve cette ouverture sur le monde, on écoute et on comprend ».

Quant à Eddy Bonjean, il a pour projet de monter un restaurant dont les salariés seront des personnes en situation de handicap. Ce restaurateur a toujours été « sensible à l’ESS ». Il travaille depuis 13 ans dans le médico-social, et a pu avec l’accompagnement de la CRESS accéder à des compétences qui lui manquaient : « ce qui nous a vraiment aidé, c’est le montage des statuts, et la compréhension du côté fiscal par exemple. On a bénéficié d’un accompagnement sur les choses qu’on ne maîtrisait pas ». L’entrepreneur insiste également sur la visibilité qu’apporte ce parcours : « A la fin de l’accompagnement, mon projet a été repéré par France Travail. C’est pratique pour trouver des soutiens et des partenaires. »

Avant de se présenter devant une CRESS, encore faut-il connaître l’ESS et savoir de quoi il s’agit. Denis Philippe estime que « sa notoriété limitée au sein de la population découle d’un manque d’intérêt des journalistes pour un sujet qui, il faut le dire, ne déplace pas les foules ». Il est lucide : « sans coup de com’ – ou de gueule – seuls les journalistes véritablement intéressés par l’associatif font le déplacement ». Néanmoins, la CRESS PACA a déjà convaincu depuis 2022 150 entrepreneurs de rejoindre ses programmes d’accompagnement. Autant d’ambassadrices et d’ambassadeurs potentiels de l’économie sociale et solidaire auprès des journalistes.

Paul Chambellant et Maëlle Widmann

Journalisme de solutions : conférence destinée aux étudiants de l'ISCPA

Conférence à l’ISCPA : « Aujourd’hui beaucoup d’éléments nous poussent à être pessimiste, mais pourquoi ne pas faire le choix d’être optimiste ? »

By Agenda, Home, L'actu de Reporters d'Espoirs, L'actu des médiasNo Comments

Ce 4 avril, Reporters d’Espoirs a rencontré les étudiants de l’ISCPA dans le cadre d’une conférence sur le thème « Journalisme de solutions : levier de santé publique et de démocratie ». L’après-midi, animée par la responsable de formation Aude Ristat, a été consacrée à la présentation de cette approche ainsi qu’à un débat sur ses enjeux démocratiques entre Gilles Vanderpooten (Reporters d’Espoirs), Florence Gault (En un battement d’aile), Arthur Grimonpont (RSF), Sophie Casals (Nice-Matin) et Frédéric Duval (Lyon Positif). Reporters d’Espoirs remercie l’équipe de l’école, et particulièrement Thierry Kiefer, journaliste, enseignant et correspondant de l’association à Lyon.

A Lyon, le campus René Cassin du Groupe IGS -qui réunit de nombreuses écoles, dont l’Institut Supérieur des Médias (ISCPA)- fête ses 20 ans. Cette information peut difficilement échapper aux visiteurs et étudiants qui passent le sas d’entrée – y est effectivement orné en gros caractères “20 ans de réussites”. 

En 2004, l’association Reporters d’Espoirs voyait elle aussi le jour. A cette époque, l’ISCPA, née en 1991, avait déjà formé plusieurs générations de journalistes et connu des changements de cap importants dans ses enseignements face aux mutations touchant la profession. “C’est fou comme le métier change ne serait-ce que dans le rapport aux autres”, avance Aude Ristat, mi-déplorée mi-enjouée, devant l’amphithéâtre éponyme de l’éminent juriste ayant participé à l’écriture de la Déclaration universelle des droits de l’homme, responsable de formation. Mutations encore bien saillantes aujourd’hui et auxquelles l’école n’est pas hermétique. Elle fait même preuve de clairvoyance par l’organisation de cette conférence intitulée “Journalisme de solutions : levier de santé publique et de démocratie”. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que l’institut de référence en journalisme à Lyon initie ses étudiants au journalisme de solutions. Cette philosophie journalistique gagne en crédibilité aujourd’hui et se diffuse dans les rédactions et écoles ; 20 ans en arrière, les responsables de l’ISCPA n’auraient pas imaginé que la profession -au-delà des bouleversements techniques qu’elle a connus- serait à ce point questionnée dans sa substance même et que l’aphorisme d’Albert Londres “porter la plume dans la plaie” aurait à se réinventer. Reporters d’Espoirs émergeait alors. 

Biais de négativité 

Les étudiants de première et deuxième année du Bachelor Journalisme s’installent au compte-gouttes dans l’amphi. Les discussions vont bon train. On perçoit que l’ambiance y est chaleureuse ; le propre d’une école à taille humaine comparativement aux façons de faire universitaires. Quelques-uns échangent avec leurs professeurs. Des consignes sont rappelées. Des interviews à réaliser. On apprend sur le terrain, ici. Le ton, toujours amical et bienveillant. Une feuille d’émargement circule toutefois dans les rangs des fois que certains auraient mieux à faire. 

Ecole de contrôle ? A tempérer. Société de contrôle ? Assurément, et l’intelligence artificielle en est tenue pour responsable par Arthur Grimonpont, responsable du desk IA et enjeux globaux à Reporters sans frontières, qui ouvre les débats. Le ton devient Orwellien. L’audience, désormais silencieuse, est captivée. Jambes croisées, regard fixe et débit de parole élevé ; le calme dont fait preuve l’ancien consultant auprès de collectivités territoriales est frappant face aux réalités dystopiques qu’il énumère et qu’il a précisément étudiées, notamment dans son ouvrage « Algocratie. Vivre libre à l’heure des algorithmes » (Actes Sud, 2022). 

“L’IA joue un rôle prépondérant dans la diffusion et la structuration de l’information à l’échelle mondiale”, 

“Les règles du jeu propres aux algorithmes favorisent l’exposition de contenus diffamants, outranciers et basés sur la peur sur les réseaux sociaux”, 

“La majorité des contenus informationnels auxquels on accède sont recommandés par une IA qui poursuit un objectif économique clair : celui de l’accroissement des recettes publicitaires des géants de la technologie”. 

Le constat est sans appel, d’autant plus alarmant que l’intelligence artificielle intervient désormais dans la production même de l’information. Arthur Grimonpont, toujours de marbre : “D’ici quelques mois ou années, l’écrasante majorité des contenus du web seront générés par une intelligence artificielle”. Ici et là, quelques réactions s’élèvent dans l’assemblée. Lui poursuit son réquisitoire. Il finit par ponctuer “Demain, l’accès aux faits représentera un intérêt particulier”. Les étudiants se relâchent. L’espoir renaît. Place aux solutions. 

Journalisme de solutions 

“Qui a déjà développé des symptômes d’anxiété à la consultation régulière de l’actualité ?”. Sans surprise, une majorité de mains se lèvent dans le public. “Face à cette angoisse, qui a décidé d’arrêter de s’informer ?”, cette fois seules 3 mains se lèvent sur près de 70. Et pour cause, l’assemblée, constituée d’étudiants en journalisme, est foncièrement animée par l’information et du reste constitue des “cerveaux tout neufs”, dixit un quidam à l’avant de l’amphithéâtre. Florence Gault, journaliste derrière le podcast “En un battement d’aile”, expose la définition du journalisme de solutions : “un journalisme qui montre les réponses aux problèmes sociaux”. D’emblée, elle tient à ne pas considérer cette approche journalistique comme celle résultant d’un monde utopique à l’instar de celui des “bisounours”. « Il ne s’agit pas de faire de l’information type good news ». Des écueils à éviter ? « Ne pas considérer cette approche comme politique. Au contraire. En faisant du journalisme de solutions, on prône une certaine vision de la société mais il ne faut pas rentrer dans les travers de la politique” ou encore “Évoquer une initiative sans en faire pour autant sa communication”, développe la reporter de solutions et enseignante à l’ISCPA. 

S’en suit l’intervention de Gilles Vanderpooten qui, au détour de l’exposition de son parcours personnel, présente l’association pionnière du journalisme de solutions qu’il dirige : Reporters d’Espoirs. Son adage ? “Aujourd’hui beaucoup d’éléments nous poussent à être pessimiste, mais pourquoi ne pas faire le choix d’être optimiste ? Si l’on cherche des raisons d’opter pour l’un ou pour l’autre, on les trouve, elles sont là”. Cette association diffuse l’envie d’agir dans les médias. Concrètement, elle décerne des prix à des journalistes, produit des études sur le traitement médiatique de sujets de société, confectionne une revue qui met en exergue des acteurs de solutions, expose des initiatives via une plateforme intitulée “Le Plus” pour inspirer les journalistes… 

Sophie Casals, rédactrice en chef adjointe du groupe Nice-Matin, a notamment été inspirée par l’association. Depuis Nice, elle explique la décision du journal d’avoir entrepris l’ouverture d’une rubrique “Solutions” en 2014, alors que le quotidien est au plus bas et que les salariés le reprendront en main, de manière transitoire sous forme de coopérative : “On est là pour parler des problèmes, c’est notre métier au fond que de traiter des fait-divers. J’avais toutefois le sentiment à l’époque de faire mon métier sans aller au bout des choses, de façon incomplète. » Une approche qui engage les lecteurs assure-t-elle même si elle ne rivalise pas avec le sensationnalisme. Un choix éthique au fond car ces contenus davantage qualitatifs ne sont pas valorisés par les algorithmes des réseaux sociaux, dixit l’intervention de l’ingénieur Grimonpont. 

Un étudiant se demande : “N’est-il pas particulièrement difficile en France de faire du journalisme de solutions ? Un pays pessimiste par nature.” Frédéric Duval, fondateur de Lyon Positif, lui répond : “La France n’est pas le pays où il est le plus difficile de porter la casquette de journaliste. On a de la chance. Mais c’est vrai que dès que je me rends quelque part, on attend de moi un certain état d’esprit : que je sois positif tout le temps. Or, ce n’est pas toujours le cas.”

Une étudiante s’interroge également sur les limites de cette approche : « Durant la crise sanitaire, on a connu une période d’épuisement informationnel, comment chercher et trouver des solutions quand tout est noir ? »

« Je crois que bien des médias, durant cette période, ont péché à vouloir à tout prix interroger le “bon client” comme ce professeur qui a monopolisé le temps d’antenne et qui en vérité apportait des réponses douteuses. Certains journalistes ont réussi à le débunker, d’autres animateurs ou éditorialistes l’ont porté aux nues de façon abusive et sans contradicteur. Le journalisme de solutions n’est ici pas en cause, car il attend des preuves avant de considérer une initiative comme porteuse » étaye Vanderpooten. 

Une des forces du journalisme de solutions réside en effet dans sa capacité à reprendre le pouvoir sur les événements. Un journalisme à impact. Un journalisme performatif. « L’objectivité n’existe pas. Il faut viser l’honnêteté intellectuelle » déclare Duval à un étudiant du bachelor qui désire résorber la fracture entre citoyens et journalistes. Ce journalisme à « spectre large » a -qui sait ?- peut-être suscité de nouvelles vocations dans la salle ?

« Si on n’a pas les solutions à portée de main, on va les chercher » – Anna Mojzesz, directrice du programme MoHo4Young, et Sylvain Dhugues, lauréat

By Home, InterviewsNo Comments

Anna Mojzesz, 26 ans, est responsable de la communication du collectif MoHo basé à Caen et directrice du programme MoHo4Young, une communauté qui s’engage et récompense les projets associatifs portés par des jeunes pour un monde plus solidaire et durable. Sylvain Dhugues, 23 ans, est l’un des 14 lauréats de l’édition 2023. Son projet : sensibiliser au harcèlement scolaire et à la sédentarité à travers le sport. Dans cette interview croisée qui résonne avec le thème de la jeunesse que nous portons cette année à l’occasion du 20e anniversaire de Reporters d’Espoirs, tous deux détaillent leur activité et leur vision de l’engagement.

Read More

RDV à Lyon jeudi 4 avril . « Journalisme de solutions : levier de santé publique et de démocratie »

By Agenda, Home, Sur la route du tourNo Comments

Jeudi 4 avril de 14h à 17h, à l’ISCPA, 47 Rue du Sergent Michel Berthet, 69009 Lyon


Le caractère anxiogène de l’information et des réseaux sociaux a des répercussions sur les citoyens : fragilisation de la santé mentale, refus de s’informer… Face à cette situation préoccupante, sur les plans sanitaire, social et démocratique, quelle réponse peut apporter le journalisme de solutions ?
L’ISCPA Lyon, école de journalisme et communication, organise à l’occasion des 20 ans de Reporters d’Espoirs une conférence pour ses étudiants, également ouverte au grand public. A l’initiative d’Aude Ristat, responsable de la formation à l’ISCPA et de Thierry Kieffer, journaliste et enseignant en journalisme.

👉 14h : Accueil

👉 14h15 – 14h30 : Intervention
Les biais de négativité ou quand l’info fait mal
Arthur Grimonpont, Responsable de projet Intelligence Artificielle pour Reporters sans frontières (RSF)

👉 14h30 – 14h45 : Intervention
Le journalisme et le journaliste de solutions : définition
Florence Gault, journaliste, créatrice du podcast En un battement d’aile, formatrice certifiée par le Solutions Journalism Network

👉 14h45 – 15h10 : Intervention
Reporters d’Espoirs, 20 ans d’action
Gilles Vanderpooten, directeur général de l’ONG Reporters d’Espoirs

👉 15h10 – 15h40 : Table-ronde
Journalisme de solutions : quels freins, quelles opportunités ?
Arthur Grimonpont / Florence Gault / Gilles Vanderpooten
– Etat des lieux du développement du journalisme de solutions en France
– Quels sont les freins à ce développement ?
– Quels sont les leviers d’action efficaces ou qui semblent prometteurs pour soutenir le journalisme de solutions ?
👉 15h40 – 16h : Intervention
Nice Matin et l’exemple d’une ligne éditoriale Solutions
Sophie Casals, journaliste de solutions et cheffe de projet éditorial

👉 16h00-16h30 : Table-ronde
Le journalisme de solutions, un changement de perspective durable ?
Frédéric Duval (Lyon Positif) / Florence Gault / Gilles Vanderpooten
– Qu’est-ce que le journalisme de solutions (et plus largement un journalisme plus positif) peut apporter aux citoyens ? En quoi est-ce déterminant du point de vue sociétal et démocratique ?
– Est-ce que ce journalisme peut-il accompagner une évolution du métier de journaliste ?