All Posts By

webmaster

8 septembre : Le Train de la relance à Amiens, avec Reporters d’Espoirs

By AgendaNo Comments

Mercredi 8 septembre : Reporters d’Espoirs débarque avec « Le Train de la relance » à Amiens pour mettre la lumière sur les initiatives qui font bouger la région

 

Durant tout le mois de septembre, le Train de la Relance sillonne les 12 régions de France métropolitaine. Ces 8 et 9 septembre, il fait étape en gare d’Amiens, pour aller à la rencontre des habitants et mettre la lumière sur les initiatives porteuses de solutions économiques, sociales et environnementales de la région Hauts-de-France

Durant ces 48 heures, chacun est invité à venir découvrir le Train, à participer à des animations et rencontres “positives” pilotées par le Printemps de l’Optimisme, à rencontrer son futur employeur sur le Village de l’Emploi animé par Pôle Emploi. Et à écouter en live et en replay les émissions Reporters d’Espoirs.

 

Un Train ouvert au grand public pour présenter l’enjeu et l’impact du plan France Relance sur nos territoires et nos emplois

Avec France Relance, l’État se mobilise pour accompagner la sortie de crise, en investissant pour construire la France de 2030 : plus écologique, plus compétitive, plus solidaire.
Pour que la relance du pays soit une réussite, chaque Français doit s’en saisir à son échelle. Qui sont celles et ceux déjà engagés dans cet élan, au service du pays ? Quelles initiatives se déploient près de chez vous ? Quels outils sont mis à disposition des territoires et des Français par l’Etat pour soutenir l’effort de relance dont vous pourrez bénéficier ? Comment devenir à votre tour acteur de la relance ?

 

Le train sifflera… 12 fois ! 

6-7 septembre Paris Gare de l’Est

8-9 septembre Amiens

10-11 septembre Caen

13-14 septembre Rennes 

15-16 septembre Le Mans

17-18 septembre Orléans

20-21 septembre Limoges

22-23 septembre Toulouse

24-25 septembre Marseille

27-28 septembre Saint-Etienne

A venir Besançon

A venir Strasbourg

 

Les partenaires nationaux du Train de la relance : le Gouvernement, France Télévisions, Skyrock, Edf, Sncf, Le Printemps de l’Optimisme, Pôle Emploi, et Reporters d’Espoirs.

 

Au programme de l’étape en Région Haut de France, ces mercredi 8 et jeudi 9 septembre à Amiens

 

∙         Le Village de l’emploi

Son déploiement s’effectuera sur le parvis de chaque gare-étape.
Animé par des conseillers de Pôle emploi, il mobilisera également des entreprises, notamment les partenaires EDF et SNCF.
Sur l’étape d’Amiens, il est ouvert mercredi 8 de 13h-18h et jeudi 9 de 10h-14h

∙         Les rencontres à bord du train sur l’étape d’Amiens :

o    Visite du train-expo, librairie positive, animations
mercredi de 10h à 15h30; jeudi de 10h à 14h

o    Animations dans la voiture « Mobilisation des énergies positives » animée par le Printemps de l’optimisme, avec notamment rencontre-dédicace avec Nicolas Bouzou dans la librairie optimiste : mercredi, 14h-14h30

o    Coaching avec Skyrock pour réaliser votre CV vidéo : mercredi 12h45 à 17h ; jeudi 10h à 12h

o    Ateliers : tout au long de la journée, La Ligue des optimistes de France vous propose des ateliers de développement personnel et des séances de coaching.

∙         Les Rencontres « 1 jeune, 1 solution »
Ces rencontres se tiennent en parallèle du passage du Train de la relance. À chaque étape, elles sont organisées dans une université partenaire, ici sur le campus du Mont Houy à Valenciennes (devant le Resto Universitaire 1). Leur objectif est d’informer au mieux les jeunes des dispositifs qui les intéressent (insertion, emploi, permis de conduire gratuit, etc.)

 

 

Reporters d’Espoirs monte à bord du Train avec son studio-radio – et embarque Raphaëlle Duchemin, l’économiste Nicolas Bouzou, et des acteurs de solutions de la région

Sur chaque étape, en lien avec les médias locaux et ses journalistes-invités, l’ONG « pour une information qui donne envie d’agir » anime 3h de plateau radio filmée par étape dans son wagon-studio radio.

Ces émissions seront transmises en direct et en replay.

L’opportunité d’inviter des porteurs d’initiatives économiques, sociales et environnementales qui témoignent qu’au-delà de la crise, la France bouge et se réinvente dans toutes les régions. Et d’examiner l’impact de « France relance » sur ses bénéficiaires entreprises, associations, acteurs publics et privés.

Cette coopération se place dans le droit fil de la mission de Reporters d’Espoirs : délivrer une information qui met en lumière les initiatives concrètes et constructives, et diffuse l’envie d’agir.

 

Ce mercredi 8 septembre : 3 émissions animées par Raphaëlle Duchemin avec acteurs de terrain, l’économiste Nicolas Bouzou, préfet…à suivre sur www.reportersdespoirs.org/letrain

En partenariat avec Le Courrier Picard, France Bleu Picardie, et Franceinfo.

 

10h-11h / SOLUTIONS TOUS AZIMUTS

Des solutions pour les Hauts de France de demain avec une sélection d’associations, entreprises, acteurs publics et privés qui œuvrent à dynamiser les territoires.

Invités :

∙         Clément Crété, Pépinières Crété, Lafresguimont St Martin (80)

∙         Bruno Lajara, délégué général, L’Envol, Arras (62)

∙    Mathieu Régner co-fondateur de Dagoma, Roubaix (59)

∙        Dominique WATIER Directeur, TDR Groupe, Lallaing (59)

∙        Mickael Tassart, Rédacteur en chef, Le Courrier Picard

 

11H-12H / LA FRANCE C’EST… Les Hauts-de-France, l’industrie de demain

Invités :

∙       Vincent Pirson, directeur administratif et financier de Nidaplast, Thiant (59)

∙       Francis Laurent  Directeur de Saint-Gobain Glass, site d’Aniche (59)

∙       Yves Noirot, Directeur général des Fonderies de Sougland, St-Michel (02)

 

14h45-15h30 / OUI, NOTRE RÉGION A DU TALENT !

Les Hauts de France, une région résiliente à la hauteur des enjeux de demain. Invités :

∙         Brigitte Fouré, Maire de la ville d’Amiens

∙         Arnaud Delannoy, bénévole à Solidarités nouvelles face au chômage

∙         Nicolas Bouzou, économiste

∙      Un représentant du corps préfectoral

 

 

> Le parcours du train : traindelarelance.gouv.fr

> Le programme & les émissions Reporters d’Espoirs : reportersdespoirs.org/letrain

> Le dossier de presse_Train de la Relance_Hauts de France

 

Vos contacts presse

Pour toute information sur le dispositif du Train, les émissions Reporters d’Espoirs, ou pour partager avec vous des idées de sujets, initiatives, portraits, n’hésitez pas à contacter :

Louise DARRIEU
ld@reportersdespoirs.org  07 86 67 94 01

Gilles VANDERPOOTEN

gv@reportersdespoirs.org  01 42 65 20 94

 

 

JEUDI 1ER JUILLET 2021 . INSCRIVEZ-VOUS A LA SOIRÉE DES MÉDIAS DE SOLUTIONS & DU PRIX REPORTERS D’ESPOIRS !

By L'actu de Reporters d'Espoirs, L'actu des médias, Les articlesNo Comments

Ce jeudi, Reporters d’Espoirs organise la « Soirée des médias de solutions » à l’occasion du dévoilement des lauréats du Prix Reporters d’Espoirs, 11e édition. Un événement physique, au Cinéma Majestic Passy (18 rue de Passy 75016 Paris), à 18h30. Pour bénéficier des quelques places encore disponibles, inscrivez-vous ici.

Au programme :

18h30 Accueil & networking

19h Début de la soirée, animée par la journaliste Raphaëlle Duchemin (RMC, FranceInfo, Europe 1…), et avec les membres du jury

Dévoilement des lauréats des Prix du reportage Presse écrite & Radio

[Focus] Médias&Climat : comment mobiliser de manière constructive ? 

Découverte des lauréats du Prix du reportage TV
Découverte des lauréats du Prix de l’engagement (nouveauté 2021)

[Débat] Quelle raison d’être pour les médias ?
Alors que l’on somme les entreprises de se doter d’une mission, d’une raison d’être, pour preuve de leur apport au bien commun, quelle transposition aux entreprises de presse ?

Découverte des lauréats du Prix de l’innovation

[Débat] Donner à voir une Europe des solutions : quel rôle pour les médias ?

Avec les jeunes lauréats du Prix européen du jeune reporter (nouveauté 2021). Pitchs & discussion avec les correspondants français de médias européens.

Cocktail


18/6/2021 . 10h . Intervention à Vivatech « Quelles innovations éditoriales et technologiques pour le journalisme de solutions ? »

By L'actu de Reporters d'Espoirs, Les articlesNo Comments

Reporters d’Espoirs était invité du salon VivaTech vendredi 18 juin pourra organiser une session sur les innovations éditoriales et numériques au service du journalisme de solutions.

À l’occasion du Prix Reporters d’Espoirs Innovation 2021 qui sera remis lors de la Grande soirée des médias de solutions du 1er juillet au Majestic Passy, 3 journalistes et professionnels des médias ont partagé leurs bonnes pratiques éditoriales, sociales et numériques.

« On a encore plus besoin, après cette pandémie, de messages d’optimisme, de faire ressortir les initiatives qui peuvent émerger dans la société. C’est notre rôle en tant que journaliste et d’autant plus en tant que grande chaîne de télévision. » affirme Yani Khezzar, journaliste et responsable de l’innovation pour l’information à TF1, qui s’appuie sur la 3D et la data pour enrichir ses reportages.  Il a mis en place des formats innovants pour renforcer la pédagogie – sur le changement climatique, la montée des eaux ou les mutations agricoles- tout en témoignant de perspectives de résolution ou d’adaptation –maisons sur pilotis, agroécologie, etc. « La technologie aujourd’hui, avec la 3D, la Réalité Augmentée, nous permet de montrer ce qui n’est pas filmable, d’anticiper ce qui pourrait se passer dans le futur en s’appuyant par exemple sur les données scientifiques des GIEC régionaux. (…) On fait très attention à ne pas tomber dans l’animation spectacle. Le travers de ces outils, le danger, c’est de vouloir trop s’amuser avec et de se prendre pour un grand studio de cinéma. Le but est de mettre cette technologie et ces visuels impressionnants au service du contenu et non pas l’inverse. (…) Il faut confier respectivement aux ordinateurs et aux journalistes ce qu’ils savent faire de mieux. »

Au-delà de la technologie, l’innovation passe par les communautés. Comment animer une communauté de lecteurs et de prescripteurs ? Alice Pouillier, directrice des opérations de SoGood et Ulule, partage l’expérience de ce nouveau magazine dont le slogan est « pour un monde meilleur ».

« On a voulu replacer les lecteurs et les abonnés au coeur du projet, en participant financièrement à la construction de So Good mais aussi avec ce qu’on appelle chez nous des « activistes » qui travaillent à identifier les bonnes initiatives et les bons projets. « Elle revient sur la genèse de ce magazine né « d’une rencontre « entre Ulule – plateforme de financement participatif,incubateur de projets à impact positif, qui voit des milliers de projets qui ne sont pas assez valorisés émerger grâce à l’adhésion du public, et de SoPress pour retranscrire les histoires de ces gens, leur parcours, leurs échecs. » Chaque année, So Good relance une campagne de financement participatif pour engager son lectorat. Alice Pouillier évoque la création d’un nouveau programme « d’éclaireurs » qui vont « agir comme des correspondants locaux et identifier, près de chez eux, des gens qui se bougent sur plein de sujets pour que, la rédaction de SoGood puisse ensuite les raconter et les révéler au plus grand nombre ».

François Saltiel, journaliste-chroniqueur bien connu de l’émission 28 minutes sur laquelle il officie quotidiennement sur ARTE, enseignant à l’IFP – Institut français de presse, et membre du jury du Prix Reporters d’Espoirs, anime l’échange. Auteur de « Le vendeur de thé qui sauva le monde avec un hashtag » et de « La société du sans contact : selfie d’un monde en chute » (éditions Flammarion), il a observé les impacts positifs et négatifs des réseaux sociaux, “ce même outil qui divise, qui capte notre attention et rend narcissique, mais qui, en même temps, révèle de belles histoires avec le hashtag. » Et de citer en exemple, « le mouvement #BlackLivesMatter et « le prix Pulitzer décerné à Darnella Frazier, une jeune femme de 18 ans qui en filmant le meurtre de George Floyd a permis de faire avancer les choses et de faire connaître encore plus la cause des discriminations ».

« Il faut toujours avoir à l’esprit que la technologie doit être un serviteur utile et non pas un maître dangereux », c’est sur cette citation que se conclut la conférence organisée par Reporters d’Espoirs dont la retransmission vidéo est disponible sur notre chaîne YouTube.

6.5.2021 Reporters d’Espoirs à Nantes et sur Twitch avec les étudiants d’Audencia SciencesCom

By Les articlesNo Comments

Ce jeudi 6 mai de 18h30 à 20h, Gilles Vanderpooten est l’invité des étudiants de 1ère et 3e années d’Audencia SciencesCom à Nantes. L’entretien, réalisé en direct du Médiacampus -LE lieu nantais de l’écosystème de la communication et des médias-, sera retransmis sur Twitch, pour un dialogue avec les étudiants présents physiquement et virtuellement sur le thème de la création de confiance entre médias et citoyens.

RDV jeudi 6 mai de 13h à 14h au Médiacampus de Nantes à l’occasion de la 4e étape du Tour des Reporters d’Espoirs

By FRSOL, Les articlesNo Comments

A l’occasion de l’étape nantaise du Tour des Reporters d’Espoirs, l’ONG vous donne rendez-vous ce jeudi de 13h à 14h au Médicampus d’Audencia-SciencesCom, 41 boulevard de la Prairie-au-Duc 44200 Nantes.

1 heure pour partager :

  • Un panorama de bonnes pratiques éditoriales françaises et étrangères
  • Un focus sur le traitement médiatique du climat
  • Une discussion informelle pour aborder vos questions, besoins, bonnes pratiques…

Avec Gilles Vanderpooten, directeur de l’ONG Reporters d’Espoirs et auteur du livre « Imaginer le monde de demain, le rôle positif des médias » paru aux éditons Actes Sud.

Le « Tour des Reporters d’Espoirs » après avoir fait étape à Tours (La Nouvelle République, EPJT), Nice (Nice Matin, EDJ), et Marseille (La Marseillaise, Marcelle, EJCAM), s’installe à Nantes pour 48h les jeudi 6 et vendredi 7 mai. D’autres rendez-vous sont prévus avec les journalistes de France 3, TéléNantes, ou encore Euradio.

Merci de confirmer votre venue sur redaction@reportersdespoirs.org

Samedi 13 mars 2021 . Mémona Hintermann à Saint-Sulpice-de-Favières (91)

By Agenda, InterviewsNo Comments

Mémona Hintermann-Affejee, grand-reporter, écrivain et administratrice de Reporters d’Espoirs, intervient devant les jeunes de la Communauté du Chemin Neuf sur le thème « Est-il encore possible de se réjouir aujourd’hui ? » : « Au cœur de cette période où beaucoup de jeunes sont atteints par le désespoir, nous voulons proposer un temps permettant de retrouver, peut-être de l’optimisme raisonnable et des raisons d’espérer, peut-être une joie profonde ne dépendant pas des circonstances, en tout cas de l’énergie vitale pour surmonter les événements et devenir acteurs de changement » selon les organisateurs de la rencontre.

L’écrivaine Leïla Slimani rejoint le jury du Prix européen du jeune reporter

By Agenda, Interviews, L'actu de Reporters d'Espoirs, PrixNo Comments

« J’ai beaucoup d’admiration pour les reporters, pour ceux qui vont sur le terrain et qui nous donnent à voir ce qu’il se passe véritablement à travers le monde. »

En 2021, le Prix Reporters d’Espoirs se déploie au-delà des frontières, avec un prix spécial dédié aux jeunes de 18 à 30 ans, qui marque l’ambition européenne de l’association. Il est doté de 10 000 euros, grâce au concours de la Fondation du Crédit Mutuel et du Fonds jeunes et innovants. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 15 avril et les modalités pour postuler détaillées ici. A cette occasion, nous rassemblons des personnalités de la culture et des médias, qui nous livrent leurs espoirs en l’Europe, le journalisme et la langue française. Premier épisode avec Leïla Slimani.

Journaliste et femme de lettres franco-marocaine, Leïla Slimani a reçu le prix Goncourt pour son deuxième roman, Chanson douce, adapté au cinéma. Eduquée dans la langue de Molière, élève du lycée français Descartes de Rabat, elle a rejoint la France il y a une vingtaine d’années pour y poursuivre des études littéraires puis en sciences politiques, théâtre, et médias. Elle travaille cinq années durant comme journaliste à Jeune Afrique, avant de se consacrer pleinement à la littérature. Choisie par ailleurs comme conseillère du président de la République sur les questions de francophonie, elle se fait l’ambassadrice de la langue française en Europe et dans le monde.

Gilles Vanderpooten – Merci Leïla de nous faire le plaisir et l’honneur de rejoindre le jury de cette première édition du Prix européen du jeune reporter ! En quoi partagez-vous la démarche qui anime Reporters d’Espoirs ?

Leïla Slimani – J’ai beaucoup d’admiration pour les reporters, pour ceux qui vont sur le terrain et qui nous donnent à voir ce qu’il se passe véritablement à travers le monde. Ils nous montrent la façon dont les gens essayent de vivre, de se battre et de protéger leur dignité au quotidien. Je suis assez admirative de l’exercice même du reportage d’un point de vue technique. C’est sûrement ce qui se rapproche le plus de ma pratique de l’écriture.

C’est d’ailleurs dans le journalisme que vous avez fait vos débuts.

Absolument. J’ai d’abord été journaliste à Jeune Afrique. J’ai toujours préféré le reportage, autrement dit le fait d’aller au contact du terrain, au contact des gens. C’est un exercice qui me plaisait beaucoup. Puis, à travers l’écriture, j’ai apprécié restituer non seulement une parole mais également une atmosphère.

Travailler à Jeune Afrique, était-ce un moyen de maintenir un lien avec le continent avec lequel vous aviez géographiquement pris vos distances en rejoignant la France ?

Ce n’était pas vraiment pour maintenir le lien mais plutôt pour le créer. J’avais le sentiment d’avoir grandi au Maroc mais dans une bulle. Je n’avais pas de contact avec ce pays, pas connu de manière profonde les grandes problématiques qui le traversaient. En réalité, c’était une manière de créer ce lien qui n’existait pas.

 Avez-vous pu explorer ce lien à travers des initiatives porteuses d’espoirs ?

Bien sûr. Je vous dirai même que, parfois, ce ne sont pas forcément les initiatives mais surtout les gens qui sont porteurs d’espoirs. Tout au long de votre vie, vous rencontrez des personnes qui vivent des moments douloureux, vous avez l’impression que cela relève d’une grande injustice et pourtant elles restent optimistes, d’une grande dignité et réussissent à se concentrer sur le côté positif de leur situation. A mon sens, c’est cette capacité à croire en l’avenir qui est porteuse d’espoirs.

 L’Europe est-elle une entité qui vous importe d’un point de vue culturel, littéraire, ou politique ?

Je fais partie de l’une des dernières générations qui a vraiment cru en l’Europe et qui y plaçait beaucoup d’espoirs. Cette génération qui voyait ERASMUS et la construction européenne comme quelque chose d’extraordinaire, comme une victoire sur la guerre. Il est vrai que, lorsque j’étais à Sciences Po, nous étions très nombreux à rêver de devenir fonctionnaire européen, de travailler pour cette entité qui, malheureusement aujourd’hui, a perdu sa capacité de séduction auprès des jeunes. A mes yeux, l’idée européenne demeure extraordinaire. Etant allée vivre en Hongrie en 2004, au moment de l’adhésion des pays d’Europe de l’Est à l’Union européenne, je reste influencée par les écrivains européens, surtout les écrivains d’Europe centrale.

 L’Europe peut-elle tout de même encore susciter une appétence ?

Malheureusement, très peu s’intéressent de manière profonde et au-delà des apparences à l’idée même de l’Europe. Souvent manipulés par la consécration du retour à la souveraineté, la plupart des gens ne possèdent pas un rapport profond avec le passé. Notre société ainsi que notre époque valorisent essentiellement le présent et se méfient de plus en plus des discours sur le passé, ces derniers étant considérés comme nostalgiques voire conservateurs. Or, il faut dire que nous ne pouvons pas comprendre notre présent sans nous plonger dans notre passé. C’est une vision qui manque aujourd’hui.

« Aux jeunes reporters, je dis : prenez avant tout du plaisir à écrire ! Le fond comme la forme jouent un rôle dans le lien que vous allez établir avec votre lecteur et dans l’intérêt que votre reportage va susciter. Développez et travaillez votre style littéraire ! Car apporter sa touche personnelle à travers son écriture, c’est ce qui rend les reportages si beaux et agréables à lire. »

Le journaliste a-t-il un rôle à jouer pour rétablir ce lien manquant entre histoire, présent, et même avenir, que vous considérez nécessaire pour nous aider à nous projeter de manière constructive ?

Le journaliste doit mettre en lumière les perspectives en se plongeant d’emblée dans les racines des évènements. Il doit nous offrir un éclairage sur le passé, sur les origines tout en permettant une projection vers l’avenir. Il est essentiel que le journaliste ait cet intérêt pour l’Histoire. Je ne vois pas le journalisme comme une simple photographie du présent, cela resterait très incomplet.

En tant que Représentante du Président de la République pour la Francophonie, êtes-vous confiante dans le français comme langue d’avenir, notamment sur le plan européen alors même que nos amis britanniques ont quitté l’Union?

Je suis tout à fait confiante à cet égard. Je ne peux évidemment pas me réjouir du Brexit puisque le Royaume-Uni est un pays que j’apprécie énormément, un pays qui a apporté beaucoup à l’Europe. Toutefois, quitter l’Union européenne a été un choix de la population et doit donc être respecté. Cela va ainsi créer une opportunité, dont la Francophonie va se saisir, de défendre et promouvoir l’usage du français dans les institutions européennes. Le français est d’ailleurs une langue des institutions internationales qui a tendance à être « écrasée » par l’anglais lors de la rédaction des rapports.

Y a-t-il des reportages « porteurs d’espoirs » que vous auriez réalisés à l’époque où vous étiez journaliste ou qui vous ont touché récemment ?

J’ai été très touchée par l’ensemble des reportages portant sur les initiatives permettant aux migrants de vivre dans une plus grande dignité. Tous les reportages qui mettent en avant l’avenir commun de ces migrants qui arrivent et des personnes qui les accueillent en Méditerranée notamment sur les îles grecques, en Italie ou encore en France dans la Vallée de la Roya. Je suis généralement très touchée par ce genre de reportages qui prônent une autre image de la solidarité européenne.

Avez-vous un conseil à adresser aux jeunes et apprentis-reporters qui participent au Prix européen Reporters d’espoirs ?

En tant qu’écrivaine, je souhaite que ces jeunes reporters prennent avant tout du plaisir à écrire. Le fond mais également la forme jouent un rôle dans le lien que vous allez établir avec votre lecteur et dans l’intérêt que votre reportage va susciter. N’hésitez donc pas à développer et à travailler votre style littéraire. Dans le magazine en ligne intitulé Les Jours que je lis assez souvent, chaque reporter apporte sa touche personnelle à travers son écriture, c’est ce qui rend les reportages si beaux et agréables à lire.

Enfin, je conseille aux jeunes de lire les romans mais aussi les reportages de grands reporters littéraires qui demeurent intemporels, comme Joseph Kessel. Une plume singulière et reconnaissable constitue souvent la marque des plus beaux reportages. ■

Propos recueillis par Gilles Vanderpooten, directeur général de l’ONG Reporters d’Espoirs et retranscrits par Inès Barbe.

Et si vous rejoigniez vous aussi le Prix européen du jeune reporter ?

> Candidatez au Prix

> Invitez les belles plumes de 18 à 30 ans de votre connaissance, journalistes ou non, étudiants ou non, à postuler !

A propos de Reporters d’Espoirs & du Prix

Le Prix Reporters d’Espoirs met à l’honneur depuis 2004 les journalistes, innovateurs des médias, et étudiants-futurs professionnels des médias, pour leurs sujets traités sous l’angle « problème + solution ». Il a distingué plus de 100 lauréats depuis sa création, et célèbrera en 2021 sa 11e édition. Le Prix a permis à des journalistes de défendre leur travail au sein de leur rédaction, de gagner en notoriété auprès du public, de maintenir ou développer leurs rubriques, ou encore de convaincre leur média de la pertinence du journalisme de solutions. Le Prix s’inscrit dans la mission de Reporters d’Espoirs « pour une info et des médias qui donnent envie d’agir ». Pour en savoir plus : www.reportersdespoirs.org