Category

L’actu de Reporters d’Espoirs

RDV JEUDI 1ER JUILLET 2021 POUR LA GRANDE SOIRÉE DES MÉDIAS DE SOLUTIONS DE REPORTERS D’ESPOIRS

By agenda, L'actu de Reporters d'Espoirs, L'actu des médiasNo Comments

Parce qu’il est grand temps de nous retrouver, Reporters d’Espoirs invite la communauté journalistique, des innovateurs et (futurs) professionnels des médias, à une soirée jeudi 1er juillet à Paris.

Les lauréats des prix Reporters d’Espoirs et du jeune reporter européen seront dévoilés lors de cette Grande soirée des médias de solutions.


18/6/2021 . 10h . Intervention à Vivatech « Quelles innovations éditoriales et technologiques pour le journalisme de solutions ? »

By agenda, L'actu de Reporters d'EspoirsNo Comments
[Reporters d’Espoirs vous donne RDV]
Vendredi 18 juin de 10h à 10h20 à Viva Technology avec François Saltiel (28mn sur Arte), Alice Pouillier (Ulule & SoGood), Yani Khezzar (TF1) et Gilles Vanderpooten (Reporters d’Espoirs).


Nous partagerons des innovations éditoriales et technologiques pour booster le journalisme de solutions


> RDV dans la salle de presse Porte de Versailles & en ligne.
> Journalistes, accréditez-vous gratuitement sur https://vivatechnology.com/media/

« J’ai le sentiment qu’un monde plus empathique est en train de se construire, mais dont peu de médias parlent » Etienne Pflimlin, président de la Fondation du Crédit Mutuel

By agenda, L'actu de Reporters d'Espoirs, L'actu des médias, PrixNo Comments

Étienne Pflimlin est le président de la Fondation du Crédit Mutuel, qui œuvre à la promotion de la lecture et de la langue française, avec une forte dimension de lutte contre l’exclusion économique et sociale. La fondation a soutenu plus de 1500 actions de terrain depuis sa création, et a permis de donner une dimension européenne au Prix Reporters d’Espoirs en direction des jeunes de 18 à 30 ans. Ancien président du Crédit Mutuel, européen convaincu, Etienne Pflimlin partage son sentiment quant au traitement médiatique des questions européennes.

Read More

« Serait-ce le retour d’une société unie par un récit collectif ? » Virginie Raisson-Victor

By agenda, L'actu de Reporters d'Espoirs, L'actu des médiasNo Comments

Virginie Raisson-Victor, analyste en politique internationale et co-auteure pour la célèbre émission pédagogique d’Arte Le Dessous des Cartes, lance le Grand Défi des entreprises pour la planète.

Virginie Raisson-Victor, analyste en politique internationale, co-auteure pour le magazine géopolitique Le Dessous des Cartes à l’antenne d’Arte depuis 1990, et cofondatrice du Lépac (Laboratoire d’Études Politiques et Cartographiques), a récemment lancé Le Grand défi (ex Convention21). Avec 150 représentants d’entreprises françaises tirées au sort, cette initiative inspirée de la Convention citoyenne pour le climat, vise à formuler 100 recommandations d’actions prioritaires pour « décarboner l’économie, régénérer la biosphère et mettre en œuvre une économie compatible avec les limites planétaires ». Les acteurs des médias sont appelés à y prendre part. Entretien.


Comment appréhendez-vous la place des médias aujourd’hui ?

Je pense qu’il devient urgent de repenser la sphère médiatique, qui diffuse chaque jour un lot d’informations négatives, pas toujours représentatives de la réalité mais presque toujours anxiogènes.

Je ne supporte plus d’écouter les informations ou de les regarder à la télévision. L’information en continu ne m’apporte rien de neuf sur ma vision du monde. Je préfère lire la presse qui offre un recul sur l’actualité chaude. Le monde médiatique dans lequel je me retrouve est celui qui prend le temps d’analyser et d’être au plus près des faits. Réaliser une émission de vulgarisation scientifique comme Le Dessous des Cartes, nécessite un arbitrage long et coûteux. Je suis consciente que la pression économique et rédactionnelle empêche les journalistes de s’adapter à ce modèle, et c’est pour cela, je pense, que les médias doivent se réinventer.

A propos du climat, comment devrait-il être selon vous traité médiatiquement ?

Déjà, il faut enseigner ce volet de la réflexion sur le climat dans les écoles de journalisme. Si j’avais un conseil à adresser aux journalistes : lire la synthèse du GIEC et se former, par exemple avec la Fresque du Climat qui en simplement trois heures offre déjà une approche très enrichissante. Ensuite, tant que l’on pensera le climat comme devant se résumer à des pages « planète » au lieu de le considérer comme un sujet transversal, sociétal, politique et économique, il sera très difficile de progresser. Les journalistes doivent saisir le climat non comme un sujet en soi, mais comme un sujet qui rassemble toutes les problématiques actuelles.

Sur le climat toujours, vous avez récemment lancé le projet du Grand Défi des entreprises pour la planète.

L’idée est née avec la Convention citoyenne pour le climat qui, au-delà des polémiques autour de la loi climat a montré l’importance de la pédagogie et du rôle de l’information pour éclairer la décision. Partant de là, nous avons donc décidé avec Jérôme Cohen [Président d’ENGAGE, dont l’ambition est « d’aider les citoyens et les entreprises à se saisir des grands défis du XXIe siècle »] d’adapter ce format aux entreprises, afin de les intégrer au processus de transition écologique. Car les entreprises sont clairement au cœur de la transition. Nous avons donc d’abord écrit une tribune, qui a été signée par plusieurs centaines de scientifiques, d’intellectuels, d’associations, et publiée dans les Échos en décembre 2020. C’est ainsi qu’est né le Grand défi.

Pour avoir un débat le plus inclusif et ouvert possible, nous avons ensuite défini un processus en trois phases.

La première est une phase de consultation des parties prenantes de l’entreprise, mais aussi de la société civile organisée et des territoires.

La seconde phase est celle de l’élaboration des 100 propositions d’actions par les représentants de 150 entreprises tirés au sort. Pour mener leurs travaux, ils seront répartis en trois collèges (dirigeants, salariés et investisseurs) et suivront une session qui leur permettra de « mettre à niveau » leurs connaissances et objectifs sur le climat et la biodiversité

La troisième phase est celle de la diffusion. Par exemple, les propositions seront remises aux acteurs économiques mais aussi à la nouvelle assemblée et au nouveau gouvernement. Au même moment, nous lancerons une plateforme collaborative dédiée à la transformation des entreprises afin qu’elles y trouvent aussi bien des données et des analyses que les outils nécessaires et les solutions disponibles. Pendant cette phase, les médias seront des acteurs clés du succès.

Que souhaitez-vous faire aboutir avec ce processus de convention climat qui impliquera très fortement le monde entrepreneurial ?

Encore aujourd’hui, l’entreprise à la française se pense comme un système pyramidal. Or l’efficacité d’organisations comme Le Grand Défi, Time For The Planet [mouvement visant à rassembler 1 milliard d’euros pour créer 100 entreprises luttant contre le réchauffement climatique] ou d’autres, s’explique par le pari de l’intelligence collective. Notre société change et s’adapte aux nouvelles mentalités. La nouvelle génération se pense comme un collectif. Elle partage tout : les appartements, les vélos, l’engagement et les convictions. Une entreprise qui intégrera l’inclusivité et le collectif prendra de l’avance sur les autres. La réflexion sur le climat et la construction d’un avenir commun ont dessiné de nouvelles perspectives d’entrepreneuriat coopératif. Il faut comprendre que la relation hiérarchique professionnelle n’est plus ajustée aux réalités sociétales. Le bien commun semble reprendre du terrain aux intérêts particuliers. Serait-ce le grand retour d’une société unie par un récit collectif ?

Comment les médias peuvent-ils prendre part à ce changement ?

Déjà, en rapportant ce récit collectif qui est en train d’émerger. Ensuite, il faut repenser la galaxie de l’information. On sait qu’une majeure partie de la population s’informe sur les réseaux sociaux. Aussi les influenceurs et youtubeurs doivent être autant considérés que les médias traditionnels. La clé de ce changement c’est la pédagogie et l’enseignement. C’est pourquoi le Grand Défi tient à embarquer les médias dans cette aventure. Ils se doivent d’être acteurs d’une information libre et documentée pour lutter contre l’information qui désespère et l’éco-anxiété. La situation est grave mais la seule solution c’est de continuer d’espérer et de s’engager. L’action libère et rend optimiste. ■

Propos recueillis par Gilles Vanderpooten

Save the date 03/06/21 – La journée de la Paix Économique

By agenda, L'actu de Reporters d'Espoirs, PrixNo Comments

La chaire Paix économique, Mindfulness et Bien-être au travail a le plaisir de vous inviter à la première édition de la journée de la Paix économique :

Jeudi 3 juin de 9h à 20h

Un événement 100% virtuel

Réchauffement climatique et urgence écologique sont des mots qui résonnent de plus en plus fort dans notre société.
Comment les citoyens et les organisations s’emparent-ils de ces problématiques ?
Quelles initiatives sont prises pour éviter des conséquences désastreuses ?
Comment former les futurs managers à cette question de la transition?

La Chaire Paix économique de Grenoble Ecole de Management organise une journée dédiée à la Paix économique et questionne sur la manière de se réinventer pour préserver la nature et la réconcilier avec l’humanité.

 

Au programme

Des conférences, des tables-rondes, des ateliers ludiques pour réinventer le lien entre humanité et nature.

Parmi les intervenants de cette journée, retrouvez :

  • Jacques Tassin, chercheur en écologie végétale au CIRAD
  • Camille Etienne, militante écologiste
  • Alexandre Jost, fondateur de la Fabrique Spinoza
  • Éric Piolle, maire de Grenoble
  • Elisabeth Laville, présidente d’Utopies
  • Stéphane Labranche, chercheur et sociologue à l’UGA
  • Loïck Roche, directeur de Grenoble Ecole de Management
  • Dominique Steiler, titulaire de la chaire Paix économique

Pour vous inscrire, suivez ce lien.

L’interview de François Saltiel, journaliste et membre du Prix Reporters d’Espoirs

By agenda, L'actu de Reporters d'Espoirs, PrixNo Comments

« Les réseaux sociaux peuvent créer de l’engagement, de l’espoir et des réactions positives, plus qu’aucun média n’aurait pu imaginer »

François Saltiel, journaliste à Arte et France Culture, enseignant à l’IFP (Institut Français de Presse) et cofondateur de l’association d’éducation aux médias et du Festival Txiki dans les Pyrénées-Atlantiques, rejoint le jury du Prix Reporters d’Espoirs 2021 dont les lauréats seront dévoilés le 24 juin. Il nous confie son regard sur les nouveaux médias, revient sur son parcours, et partage la manière dont il voit évoluer ses étudiants de 20 ans -lui qui fête tout juste son 40e anniversaire – auprès desquels il enseigne le journalisme.


Gilles Vanderpooten – De ton ouvrage « Le vendeur de thé qui changea le monde avec un hashtag » (Flammarion, 2018) ressort l’idée que les réseaux sociaux peuvent être utiles et diffuser l’envie d’agir. « Un magnifique tapis volant à emprunter pour découvrir le monde » écris-tu.

François Saltiel – On a souvent tendance à ne considérer que les aspects négatifs des réseaux sociaux. Ils existent mais permettent aussi à des gens des quatre coins du monde de se rejoindre sur une idée, se fédérer, se rencontrer et parvenir à faire avancer les choses. #MeToo est un bel exemple : il a libéré la parole des femmes et l’écoute des hommes et a mis sur le devant de la scène la question du harcèlement. Il a permis une prise de conscience et dans certains cas un renforcement du système législatif. De même #Blacklivesmatter a permis de rendre visible la violence policière à l’égard d’une communauté et de faire en sorte que les gens se réunissent. Je trouve que ce sont des usages qui montrent la force et la puissance des réseaux sociaux.

« Le vendeur de thé qui changea le monde avec un hashtag », que j’évoque dans l’un des chapitres du livre, c’est l’histoire d’une photographie d’un très beau vendeur de thé pakistanais de 18 ans qui a été massivement diffusée sur les réseaux sociaux au moment où le contexte politique était très tendu entre l’Inde et le Pakistan, notamment dans la région du Cachemire. Cette photographie est parvenue à fédérer et apaiser les tensions entre des Indiens et des Pakistanais qui ensemble se sont mis à la relayer. A son insu, le vendeur de thé est devenu une sorte d’ambassadeur, le temps d’une trêve, de la trêve du thé. C’est un exemple témoignant que les réseaux sociaux peuvent créer de l’engagement, de l’espoir et des réactions positives, plus qu’aucun média n’aurait pu imaginer.

Comment mets-tu en pratique l’idée d’être « reporter d’espoir »?

Je me rends compte que mes chroniques même les plus légères suscitent l’intérêt des gens parce qu’il y a un véritable besoin d’espoir, une envie, dans un espace médiatique assez saturé d’informations négatives qui se répètent. J’essaie de relayer au maximum les histoires de femmes et d’hommes qui se regroupent, militent, se lancent des défis sur les réseaux sociaux pour nettoyer les plages, les rues, distribuer de la nourriture à des gens qui en ont besoin. Ces histoires suscitent un élan favorable. J’essaie par cette pratique de casser le cliché journalistique selon lequel il serait nian-nian de parler des choses qui vont bien.

Quelques mots sur ton parcours dans le monde des médias ?

J’ai démarré le journalisme quand j’avais 20 ans grâce à un stage à la rédaction de Culture Pub, une émission qui a marqué ma génération, et j’y suis resté assez longtemps. De petits reportages en plus grands formats de 52 minutes, j’ai fait de la production et de la radio. Jusqu’à ce que j’arrive il y a cinq ans sur le plateau de 28 Minutes sur Arte [rendez-vous quotidien d’Arte pour décrypter l’actualité en France et à l’international, animé par Elisabeth Quin et Renaud Dély].

En parallèle j’anime des émissions de débats sur France Culture.

J’anime aussi une association d’éducation aux médias avec laquelle j’organise des événements, dont le Txiki festival qui réunit chaque année des enfants autour du cinéma et de l’éducation aux images, et mène des interventions dans les collèges et lycées. Il me parait essentiel de donner des outils à la nouvelle génération pour la compréhension des usages du numérique. On dit souvent que c’est la génération des « digital natives » et que les outils numériques n’ont aucun secret pour eux. C’est un mythe : ce n’est pas parce que tu as grandi avec que tu sais t’en servir.

Tu côtoies les jeunes également en tant qu’enseignant en journalisme.

J’enseigne à Paris II, à l’IFP (Institut Français de Presse) et ai enseigné durant dix ans à Paris III – Sorbonne-Nouvelle. L’enseignement a toujours accompagné mon parcours. Je fais partager mon savoir et je reçois des étudiants leur expérience, leur vision du monde, leur manière d’aborder les médias. L’un des problèmes de notre société étant le cloisonnement générationnel, je suis convaincu qu’il faut trouver un moyen de se reconnecter. L’université me sert à prendre le pouls d’une jeunesse qui m’aurait sans doute échappé si je n’étais pas enseignant.

Cette jeunesse qui a 20 ans en 2021, aborde-t-elle le métier d’une manière spécifique ?

Je trouve la jeunesse d’aujourd’hui plus aguerrie aux pratiques du métier, plus critique, plus consciente que l’était ma génération, peut-être parce qu’elle dispose d’outils plus sophistiqués. Les jeunes de 20 ans sont conscientisés, avec une véritable prise de position. Ils ont d’ailleurs souvent une lecture très subjective des choses.

Je pense qu’un journaliste subjectif, incarné, peut exister. On sait tous que lorsqu’on aborde un sujet on y va avec un a priori, avec une idée, avec une pensée. Il faut être assez mature, honnête, pour se rendre compte que ce que tu pensais au départ va être contredit par la réalité du terrain. On a tendance dans le journalisme à raconter les choses de manière manichéenne. Un gentil et un méchant, c’est plus facile à appréhender. La difficulté dans ce métier est d’accepter et d’intégrer la nuance, et surtout, de la transmettre. La jeunesse a peut-être une vision du monde un peu fermée, ancrée, qui se confronte à la réalité lors de ses premiers pas dans le métier. Mais je préfère un jeune qui a une vision un peu radicale plutôt qu’un jeune qui n’a pas de vision du tout.

 

Il faut donc une bonne dose de curiosité lorsqu’on est journaliste, pour s’aventurer au-delà de ses sujets de prédilection !

Oui, on dit qu’il faut « savoir penser contre soi-même », sortir de sa zone de confort, être curieux. On a tendance à mettre naturellement à l’écart les sujets que nous ne connaissons pas, par facilité. Je crois beaucoup que la curiosité journalistique nous amène à nous intéresser à des thématiques qui a priori ne nous intéressaient pas, et qui se révèlent finalement passionnantes… et parfois davantage que nos sujets de prédilection. Un journaliste n’est pas un sachant ni un expert, il apprend beaucoup pour transmettre au mieux, et c’est ce qui est si passionnant dans ce métier : l’on ne cesse d’apprendre.

Tu nous fais le plaisir de rejoindre le jury du prix Reporters d’Espoirs. Qu’en attends-tu ?

J’attends de la surprise ! Quand je dis surprise, ce n’est pas forcément un artifice, je n’attends pas des productions fantasques, j’attends une surprise qui n’est pas gratuite. Le sel d’un reportage n’est pas toujours dans l’originalité du sujet, mais aussi dans la personnalité du journaliste : son angle, son écriture, le ton utilisé, au service du message et des informations transmises.

Propos recueillis par Gilles Vanderpooten


A propos de Reporters d’Espoirs & du Prix

Le Prix Reporters d’Espoirs met à l’honneur depuis 2004 les journalistes, innovateurs des médias, et étudiants-futurs professionnels des médias, pour leurs sujets traités sous l’angle « problème + solution ». Il a distingué plus de 100 lauréats depuis sa création, et célèbrera en 2021 sa 11e édition. Le Prix a permis à des journalistes de défendre leur travail au sein de leur rédaction, de gagner en notoriété auprès du public, de maintenir ou développer leurs rubriques, ou encore de convaincre leur média de la pertinence du journalisme de solutions. Le Prix s’inscrit dans la mission de Reporters d’Espoirs « pour une info et des médias qui donnent envie d’agir ».

Marie-Christine Saragosse, présidente de France Médias Monde et membre du jury du Prix européen

By agenda, L'actu de Reporters d'Espoirs, L'actu des médias, PrixNo Comments

« Le journalisme de solutions, c’est un journalisme qui ne se détourne pas du réel mais qui invite à agir, qui permet de croire en l’avenir. »

Marie-Christine Saragosse a dès le début de sa carrière travaillé dans le secteur public audiovisuel, tout d’abord au Ministère de la Communication (SJTI) puis au sein du cabinet du Ministre déléguée à la Francophonie. Après avoir dirigé pendant deux ans la direction de la coopération culturelle et du français au Ministère des Affaires étrangères, elle a été rappelée en 2008 à la direction générale de TV5MONDE. Elle est nommée en 2012 Présidente directrice générale de l’Audiovisuel Extérieur de la France, dont la dénomination sociale est devenue France Médias Monde en 2013.


Merci Marie-Christine Saragosse de nous faire le plaisir et l’honneur de rejoindre le jury de cette première édition du Prix européen du jeune reporter ! En quoi partagez-vous la démarche qui nous anime ?

Merci à Reporters d’Espoirs de m’avoir invitée à rejoindre ce jury ! J’ai accepté cette invitation d’abord parce que je suis avec beaucoup d’intérêt les initiatives portées par Reporters d’Espoirs, que nos médias RFI, France 24 et MCD relaient régulièrement. L’information internationale est le cœur de métier des journalistes de notre groupe, mais ils sont aussi extrêmement conscients de la responsabilité sociétale qui est la leur à travers les contenus qu’ils produisent et qui sont suivis chaque semaine par plus de 240 millions de personnes sur les cinq continents. Si l’information « chaude », experte, vérifiée, indépendante et honnête est évidemment notre mission première, nos reportages et nos magazines mettent aussi l’humain au cœur des programmes et ont l’ambition d’encourager à agir, dans tous les domaines. La pandémie a accentué cette prise de conscience de l’importance de ce qu’on qualifie parfois de « journalisme positif » ou « de solutions ». C’est une aspiration des citoyens de la planète en souffrance, d’être inspirés par des exemples de solidarité, des initiatives qui donnent confiance en l’avenir, dans le génie humain… dans l’humanité.

 

Avec France Médias Monde, votre terrain de jeu, c’est la planète ! L’Europe est-elle une entité qui vous importe d’un point de vue culturel, littéraire, ou politique ?

L’Europe est l’un de nos grands bassins de diffusion et d’audience, mais c’est surtout notre continent d’ancrage. Nous proposons beaucoup de contenus, près de 30 heures hebdomadaires, pas seulement sur l’Europe politique et institutionnelle, mais aussi sur l’Europe des 500 millions de citoyens qui l’habitent et la vivent au quotidien.

Nous partageons en Europe des valeurs humanistes, nous poursuivons des projets communs. À l’heure où le Royaume-Uni a quitté l’Union et alors que nous peinons à trouver des solutions à des crises multiples (Covid-19, vague migratoire, terrorisme…), nous devons redoubler d’efforts autour de cette idée de construction européenne qui repose sur un projet de paix, sans doute le bien le plus précieux et dont avons peut-être un peu oublié la valeur. Pour cela, il est essentiel de contribuer à forger cette « conscience européenne », qui passe par notre capacité à s’approprier cet espace dans tout ce qui nous rapproche et dans nos différences.

C’est dans ce contexte que nous lancerons dans les prochaines semaines, avec nos partenaires allemands de Deutsche Welle et une dizaine de médias dans six pays européens, un média numérique en six langues à destination des jeunes sur les réseaux sociaux. Baptisée « ENTR », cette offre  100% vidéo proposera des contenus sur toutes les thématiques qui suscitent l’intérêt et font le plus réagir les jeunes, où qu’ils se trouvent, en s’adressant à eux dans leur langue maternelle et à travers les nouveaux modes narratifs de l’information.

 

À propos de France et de Francophonie : comment voyez-vous évoluer l’appétence que les gens leur portent à l’extérieur ?

À en croire les résultats de nos médias en forte croissance sur tous les continents, je ne peux que constater que cette appétence pour notre pays et pour la francophonie existe. De la même manière la langue française, qui partage avec l’anglais le privilège d’être parlée et enseignée sur les cinq continents, voit son nombre d’apprenants continuer d’augmenter selon l’Observatoire de la langue française. Dans une étude internationale réalisée il y a quelques années, la France était qualifiée « d’enfant terrible du monde », décrite comme un pays amoureux de la culture et du « beau », ayant parait-il inventé la liberté (selon John Kerry après l’attentat de Charlie Hebdo), un pays impertinent, râleur, raffolant du débat d’idées et des idées en général… mais aussi un pays de modernité, de créativité et de curiosité pour le reste du monde. Bien des citoyens du monde envient notre cadre social, nos droits et libertés… On s’en rend mieux compte lorsqu’on travaille à l’international : c’est souvent dans le regard des autres qu’on se voit le mieux !

 

Le Prix invite à la réalisation de reportages écrits sur des problèmes et des réponses concrètes et impactantes qui peuvent essaimer à l’échelle européenne. Y a-t-il un reportage de ce type, et « porteur d’espoirs », qui vous a marqué récemment ?

Je ne peux m’empêcher de penser à des réalisations de nos propres médias dans ce domaine. Certaines émissions les incarnent chaque semaine, que ce soit « Pas2Quartier » sur France 24 qui donne la parole aux jeunes menant des initiatives positives dans les banlieues françaises, ou alors nos émissions environnementales « Élément Terre » sur France 24 et « C’est pas du vent » sur RFI qui montrent comment des femmes et des hommes interviennent concrètement pour lutter contre le réchauffement climatique et donnent des clés à chacun pour agir. Je pourrais aussi évoquer « Le Club RFI » qui met à l’honneur les actions de terrain solidaires menées en Afrique par les Clubs RFI, là encore autour de la protection de l’environnement, mais aussi en termes de prévention sanitaire ou encore pour l’accès à l’éducation. Sur le plan européen, notre nouvelle offre ENTR sera beaucoup centrée sur cette idée de journalisme de solution et proposera des sujets inspirants, porteurs d’espoir pour les jeunes, dans leur langue maternelle.

 

Pour vous, un journalisme ou un média « de solutions », qu’est-ce que ça signifie ?

Le journalisme de solution, c’est un journalisme qui ne se détourne pas du réel mais qui invite à agir, qui permet de croire en l’avenir. C’est mettre en lumière et à la portée du plus grand nombre des parcours, des initiatives qui incitent l’ensemble de la société à s’engager dans la vie publique et qui mobilise le sens du collectif en chacune et chacun d’entre nous. C’est un journalisme qui sans faire preuve d’un angélisme naïf donne confiance en soi, en les autres, en le devenir de l’humanité.

 

Quel conseil voulez-vous adresser aux jeunes, journalistes ou apprentis-reporters (notez que le Prix est ouvert à tous les jeunes de 18 à 30 ans, journalistes ou non, peu importe leur parcours) qui postulent au Prix européen Reporters d’espoirs ?

Faire preuve de créativité (éviter de répéter ce que tout le monde dit), d’optimisme (le sens critique ne signifie pas la démolition systématique de toutes les actions et de toutes les idées), mais aussi de rigueur (ne pas se raconter d’histoire et bosser son sujet) ! J’attends que les candidates et candidats s’emparent d’un sujet qui nous surprenne et nous émeuve, mais nous apprenne aussi des choses utiles, nouvelles. Et j’ajoute qu’il est rare que le génie ne soit pas le fruit d’un gros travail…

 

Votre définition de l’Espoir ?

Pour moi, l’espoir ce n’est pas l’espérance qui a une connotation résignée et impuissante : je m’en remets à des forces extérieures à moi car je suis confrontée à quelque chose sur quoi je n’ai pas prise (il peut arriver dans la vie d’en avoir besoin néanmoins !). L’espoir c’est au contraire une invitation à l’action pour trouver une solution aux problèmes – car c’est possible -, pour améliorer la vie – car c’est possible. L’espoir trace un chemin dans une réalité qu’on a le pouvoir de rendre meilleure.

 

Propos recueillis par Gilles Vanderpooten, Reporters d’Espoirs.


A propos de Reporters d’Espoirs & du Prix

Le Prix Reporters d’Espoirs met à l’honneur depuis 2004 les journalistes, innovateurs des médias, et étudiants-futurs professionnels des médias, pour leurs sujets traités sous l’angle « problème + solution ». Il a distingué plus de 100 lauréats depuis sa création, et célèbrera en 2021 sa 11e édition. Le Prix a permis à des journalistes de défendre leur travail au sein de leur rédaction, de gagner en notoriété auprès du public, de maintenir ou développer leurs rubriques, ou encore de convaincre leur média de la pertinence du journalisme de solutions. Le Prix s’inscrit dans la mission de Reporters d’Espoirs « pour une info et des médias qui donnent envie d’agir ».

Gian-Paolo Accardo, membre du jury du Prix européen – La rencontre

By agenda, L'actu de Reporters d'Espoirs, L'actu des médias, PrixNo Comments

Gian-Paolo Accardo est un journaliste italo-néerlandais né à Bruxelles, fondateur et rédacteur en chef du site d’information Voxeurop (www.voxeurop.eu). Il a précédemment été rédacteur en chef adjoint de Presseurop.eu, de Courrier international et correspondant pour Internazionale, des médias réputés pour leur ouverture sur les langues européennes et leur horizon s’étendant au-delà des frontières nationales. Vous l’avez peut-être également entendu sur les ondes de France Inter, où il a longtemps contribué aux émissions dédiées au continent comme « Allô, l’Europe » et « Transeuropéenne » aux côtés de José-Manuel Lamarque et Emmanuel Moreau.


 

L’Europe, à vos yeux et par votre parcours, est une évidence !

Complètement. J’ai grandi et fait mes études entre Bruxelles, Rome et Paris. Après des stages et des piges entre la France et l’Italie, mon premier poste était à Internazionale, l’homologue italien de Courrier international, que j’ai rejoint par la suite à Paris et où je suis resté une quinzaine d’années. Mes cinq dernières années là-bas d’ailleurs ont été consacrées à PressEurop, traitant de l’actualité européenne en dix langues. En 2014, nous reprenions cette ligne éditoriale avec la même équipe mais sous un autre nom : c’est la naissance de Voxeurop, pour lequel je travaille toujours avec autant d’acharnement et de passion.

Pourquoi Voxeurop ? Avez-vous identifié un manque dans le paysage médiatique ?

Depuis que je m’intéresse à la presse et à l’information européenne, je remarque que l’Europe est de plus en plus intégrée mais qu’il n’existe pas de média européen ou paneuropéen pour la raconter, pour aborder les grandes thématiques qui circulent sans frontières notamment le climat, l’éducation ou encore le chômage des jeunes. Au niveau de l’Union européenne, nous avons trois piliers que sont le législatif, le judiciaire et l’exécutif sans pour autant avoir le quatrième pouvoir que constitue une presse libre et indépendante.

Pour toucher un maximum de lecteurs européens, vous avez décliné Voxeurop en plusieurs langues.

Nous pensons que si l’on souhaite s’adresser aux citoyens européens, il faut s’adresser à chacun dans sa langue. Aujourd’hui, les contenus de Voxeurop sont disponibles en anglais, français, italien, allemand et espagnol.

 

Le journalisme de solutions, est-ce une démarche qui vous parle et que vous pratiquez ?

Par nature, j’ai tendance à penser que « good news is no news »… mais que cet adage était valable jusqu’à une époque où le nombre de bonnes nouvelles était relativement élevé. Avec la crise, nous avons pu observer l’émergence d’une résistance par rapport aux mauvaises nouvelles, qui coïncide avec une baisse du budget consacré à la réalisation des reportages, qui sont les plus vecteurs de bonnes nouvelles. Le journalisme de solutions s’est affirmé au moment où la crise est devenue plus importante parce que les citoyens étaient plus réceptifs. Le journalisme de solutions, pratiqué avec rigueur et déontologie, n’est d’ailleurs pas en contradiction avec la Charte de Munich, un des documents de référence de l’éthique journalistique. L’enthousiasme et l’engagement dans l’information ne sont pas à proscrire dans la mesure où ils sont transparents.

Nous concevons à Reporters d’Espoirs le journalisme de solutions comme une méthode, et estimons que chaque journaliste peut faire preuve du même professionnalisme, du même regard critique et détachement vis-à-vis du sujet de son reportage, qu’il traite de problème ou de réponse à un problème. Il peut tout à fait traiter de réponses concrètes, de prise d’initiative, sans pour autant être engagé ou céder à l’éloge !

Le journaliste est un être humain. Aussi, prétendre qu’il est neutre partout et tout le temps est une chimère. Dans les reportages, par exemple, l’auteur ne se met pas forcément en retrait. Cela aide d’ailleurs le lecteur à se plonger dans son travail. La clé est l’honnêteté dans la transmission de l’information et la transparence à l’égard du lecteur.

Pensez-vous qu’il existe un journalisme européen ?

Le journalisme européen est composite. Je distingue le journalisme paneuropéen, tel qu’il est pratiqué par Voxeurop avec une vision transnationale, des journalismes nationaux qui composent une mosaïque de pratiques distinctes formant un tout. Dans les coalitions de grands quotidiens européens comme LENA (Leading European Newspaper Alliance, rassemblant 7 journaux de 7 pays) ou Europa, un des principaux obstacles que rencontrent les rédactions est que l’adaptation des articles entre les différents médias est relativement difficile. De ce point de vue, il n’y a pas un journalisme européen unique mais toute une mosaïque de pratiques journalistiques à l’échelle européenne.

Merci Gian-Paolo de rejoindre le jury du Prix européen du jeune reporter. En quoi vous retrouvez – vous dans cette initiative ?

Je suis tout à fait curieux de découvrir le fonctionnement du journalisme de solutions, les sujets qui intéressent les jeunes reporters tout autant que le langage qu’ils utilisent. C’est une opportunité de plonger dans le bain de la nouvelle génération de reporters. Enfin, si les reportages des lauréats du Prix européen du jeune reporter sont de grande qualité, il me semble envisageable de les publier et de les traduire en plusieurs langues sur Voxeurop.

Propos recueillis par Inès Barbe et Gilles Vanderpooten, Reporters d’Espoirs.


A propos de Reporters d’Espoirs & du Prix

Le Prix Reporters d’Espoirs met à l’honneur depuis 2004 les journalistes, innovateurs des médias, et étudiants-futurs professionnels des médias, pour leurs sujets traités sous l’angle « problème + solution ». Il a distingué plus de 100 lauréats depuis sa création, et célèbrera en 2021 sa 11e édition. Le Prix a permis à des journalistes de défendre leur travail au sein de leur rédaction, de gagner en notoriété auprès du public, de maintenir ou développer leurs rubriques, ou encore de convaincre leur média de la pertinence du journalisme de solutions. Le Prix s’inscrit dans la mission de Reporters d’Espoirs « pour une info et des médias qui donnent envie d’agir ».