Category

Interviews

« Les Français peuvent éprouver une certaine difficulté à assumer leur identité européenne » – Dorothée Merville, directrice de la Fondation Hippocrène

By Home, InterviewsNo Comments

Dorothée Merville est directrice de la Fondation Hippocrène, qui depuis 1992 œuvre à « donner le goût de l’Europe aux jeunes Européens ». Membre du jury du Prix européen du jeune reporter 2022, elle revient dans cette interview sur le travail de la Fondation et la relation entre journalistes et Europe.


Comment définir l’Europe ?

A la Fondation Hippocrène, nous comprenons par-là l’Union Européenne, cet ensemble politique qui donne accès à un panel de droits comme de devoirs, et les citoyens qui la composent. Pour reprendre ce que nous a dit un élève d’école maternelle de cinq ans, lauréat de l’un de nos prix : « l’Europe, c’est tous les amis de la France ».

Comment donner aux citoyens le goût d’une Europe qu’on dit éloignée de la vie quotidienne ?

Partir du quotidien pour montrer qu’il existe un lien indissociable entre notre vie de tous les jours et l’Europe ; donner à voir ce qui unit notre échelle locale avec celle, supranationale, de l’Europe ; établir un lien entre elle et ce qui nous touche les uns et les autres. Par exemple, montrer à un jeune qui se sent très concerné par le climat que l’Europe partage sa sensibilité et peut l’aider dans son engagement.

En France, le taux d’abstention des 18-35 ans lors des dernières élections européennes était de 60%. Comment les intéresser davantage ?

Lorsqu’on analyse d’un peu plus près les enquêtes d’opinion, on constate que les jeunes se sentent profondément européens. Ce qui est compliqué par rapport aux élections, comme pour tout scrutin, c’est la difficulté à engager les jeunes dans la politique. Car leur engagement a changé : il est dans l’action et sur le terrain plus que dans les discours et la politique.

Pour pousser les jeunes à réinvestir cette sphère politique européenne, je crois qu’il faut leur donner envie de prendre goût à l’Europe, en leur permettant de se saisir des bases de son fonctionnement – c’est ce à quoi nous travaillons avec la Fondation. Nous soutenons de nombreuses initiatives pour l’Europe et la jeunesse, environ 40 projets par an. Depuis 2010, nous organisons le « Prix Hippocrène de l’éducation à l’Europe » en collaboration avec l’Education Nationale, pour mettre en lumière des projets issus de partenariats entre des classes françaises et d’autres pays. Un moyen particulièrement efficace pour que ces jeunes vivent l’Europe de manière concrète.

Comment percevez-vous le rapport des Français à l’identité européenne ?

Les Français éprouvent une certaine difficulté à assumer cette identité : ils ont peut-être l’impression de renier leur attachement national, alors que les deux sont parfaitement compatibles !

Votre fondation soutient de nombreux projets de médias européens. Pourquoi ?

On reproche aux médias de parler peu d’Europe ; et lorsque c’est le cas, de le faire de manière peu adaptée. L’Europe est parfois réduite à « Bruxelles », avec sa sphère très technique et politique ; l’information ne fait pas le lien avec le quotidien des uns et des autres, et ne parvient donc pas à toucher le citoyen.

C’est pour cela que nous avons choisi de soutenir des médias indépendants, opérant souvent sous statut associatif, qui rendent l’Europe concrète. C’est le cas d’Euradio, qui a été créée à Nantes, et qui combine une ligne éditoriale locale et européenne.  

Quel peut être, selon vous, le rôle d’un journaliste couvrant l’Europe ?

Pas tant de parler d’Europe, que d’avoir une lecture européenne des évènements nationaux. On ne demande pas à un journaliste qui traite l’actualité française de raconter celle de la Suède ou de la Lettonie, mais d’établir un lien avec ce qui peut se passer dans d’autres pays européens. On l’a constaté dans le traitement de la crise sanitaire : connaître la façon dont d’autres pays gèrent la situation permet d’avoir une grille de lecture plus complète et des clés d’analyse pour se faire une opinion éclairée.

Propos recueillis par Augustin Perraud et Morgane Anneix pour Reporters d’Espoirs.

« Paradoxalement, ce sont les médias britanniques et américains qui racontent le plus l’épopée européenne ! » – Marc Bassets, correspondant en France du quotidien espagnol El Pais

By Home, InterviewsNo Comments

Aujourd’hui correspondant en France pour le quotidien espagnol El Pais, Marc Bassets a couvert l’actualité de nombreux pays européens comme la France et l’Allemagne ainsi que celle des institutions européennes à Bruxelles. Il a passé près de dix ans à Washington, séjour qui lui a inspiré son livre Otoño americano. Marqué par ces expériences des deux parts de l’Atlantique, il nous raconte dans cette interview le métier de correspondant et journaliste tourné vers le monde.


Pour vous, qu’est-ce que l’Europe ?

Les définitions sont multiples, n’est-ce pas ? C’est là que réside tout l’enjeu, notamment pour les journalistes qui la décryptent. L’Europe, c’est tout d’abord une histoire traumatique, un espace géographique où certains des pires crimes du XXe siècle ont été commis. C’est également un projet politique défendant de grandes valeurs, comme la démocratie ou les droits de l’Homme. Enfin, à un niveau personnel, l’Europe est aussi ma terre, ma patrie. Né à Barcelone, je suis catalan et espagnol, et je me sens surtout européen.

Quel espoir portez-vous pour ce continent et sa cohésion ?

J’adhère assez à cette phrase de l’écrivain espagnol Xavier Cercas : « L’Europe est la seule utopie raisonnable qui nous reste ». En tant que citoyen et Européen, je souhaite une Europe plus forte, plus unie, plus fédéraliste. Mais je ne pense pas qu’aujourd’hui, les conditions soient réunies à cet effet : si les années Covid-19 nous ont peut-être rapproché sur le plan économique, et l’invasion de l’Ukraine sur le plan militaire, il me semble qu’à chaque crise, l’Europe fait deux pas en avant et un en arrière.

Existe-t-il un « journalisme européen » ?

Je n’aime pas trop coller de telles étiquettes au journalisme. Il existe des traditions journalistiques, un certain style anglo-saxon, allemand, français etc., davantage liées aux nations donc qu’au continent européen. D’expérience, je pense qu’il y a quelque chose à apprendre dans chaque tradition. Car ce qui compte finalement, c’est de faire du bon journalisme, avec des faits bien sourcés, expliqués et informatifs.

Vous avez étudié « l’euro-journalisme » au CUEJ, l’école de journalisme de Strasbourg. Cette formation a-t-elle d’autant plus influencé votre sensibilité ?

Ces années d’études m’ont certainement aidé à adopter une optique européenne dans la quasi-totalité des sujets que je traite. Elles m’ont appris que depuis longtemps déjà, la politique intérieure allemande ou espagnole s’inscrivent dans une entité plus large qui les dépassent. Il est très utile de penser en termes de continent, tout autant que d’institutions de l’Union Européenne. Voilà pourquoi il faut à mon avis appréhender les sujets y compris locaux avec une approche globale.

Comment raconter un pays lorsqu’on y est correspondant d’un média étranger ?

La France est si proche de l’Espagne qu’elle n’est pas très exotique pour mes compatriotes. Néanmoins, beaucoup de lieux communs ont été construits au fil de l’histoire, en raison du voisinage et du contact très étroit entre ces deux pays. Mon défi en tant que correspondant est de raconter un pays que l’on connaît déjà un peu, en allant au-delà de l’image, des préjugés et clichés. Je couvre bien sûr les actualités du jour, mais à travers ces évènements, j’essaie aussi et surtout de raconter « l’âme » d’un pays. Pas seulement à un public espagnol, car près de la moitié du lectorat en ligne de El Pais se trouve en Amérique Latine. Et cette audience, beaucoup plus éloignée de la France, en a encore d’autres images.

La décennie que vous avez passée aux Etats-Unis vous a-t-elle amené à changer le regard que vous portez sur notre continent ?

C’est aux Etats-Unis que j’ai découvert que je suis européen. Là-bas, on réalise que finalement, par comparaison, les différences entre Allemands, Français, Italiens etc. sont assez minces.

J’y ai également observé le phénomène du populisme radical qui se développait alors aussi en Europe, avec le Brexit ou encore la montée de l’extrême droite dans plusieurs pays, dont l’Italie, l’Allemagne et l’Espagne. Je suis arrivé en France en février 2017, juste après la victoire de Trump, et en plein milieu de la campagne d’Emmanuel Macron contre Marine Le Pen. Mon expérience américaine m’a permis d’appréhender cette élection française sous un autre angle, peut-être même de mieux la comprendre.

Vous avez déclaré que « plus on connaît les Etats-Unis, plus ils deviennent mystérieux ». Diriez-vous la même chose de l’Union Européenne ?

Les Etats-Unis m’étaient complètement étrangers et exotiques alors que l’Europe, du moins dans sa partie occidentale, ne l’était pas.

Un collègue m’a un jour glissé que pour réaliser un livre sur un pays étranger, il fallait soit y passer trois semaines, ou bien y vivre pendant trente ans. Dans le premier cas, on en ressort avec une image très superficielle, en s’en tenant aux premières impressions. Mais une fois qu’on y passe plus de temps, la réalité apparait bien plus complexe. Il faut beaucoup de temps pour comprendre un pays, et c’est vrai aussi pour la France : plus on s’y attarde, plus ce sont des questions plutôt que des réponses qui émergent.

Les médias doivent-ils se donner pour mission de parler d’Europe ?

Je suis très attaché à la pluralité des médias et je ne crois donc pas qu’il faut leur imposer une telle mission. Mais bien sûr, il faut informer sur l’Europe parce qu’en tant que continent et ensemble d’institutions, elle a un impact immense sur tous ses habitants. La Commission et le Parlement européen sont probablement plus influents sur la vie des Français que l’Assemblée Nationale. Ce n’est donc pas pour promouvoir des valeurs ou défendre le projet européen, mais simplement pour informer que les médias doivent s’emparer du sujet.

Que faudrait-il améliorer dans la manière dont les médias traitent de la question européenne ?

L’Europe a probablement besoin d’un peu plus d’émotions et d’épique. Si je compare Bruxelles à Washington, il y a un certain romantisme dans la politique américaine que l’on ne retrouve pas ici. Peut-être l’absence de mythologie européenne est-elle liée au fait qu’il n’y pas vraiment de nation européenne, mais bien 27 pays et autant de sentiments nationaux.

Et puis, il n’y pas non plus de journaux européens qui racontent l’Europe d’un point de vue européen. Paradoxalement, les quelques journaux les plus influents de ce point de vue nous viennent des Anglo-Saxons, comme le Financial Times ou Politico – un journal de Washington qui dispose d’une antenne bruxelloise. Ce sont les Britanniques et les Américains qui racontent l’épopée européenne !

Les médias espagnols vous paraissent-ils davantage preneurs d’histoires constructives que les médias français ?

En Espagne, il y a encore plus de tension informative qu’en France. Il y a d’autant plus de batailles médiatiques que la politique y est très déclarative, et les attaques contre l’autre très fréquentes. En cela l’Espagne est peut-être plus proche encore des Etats-Unis.

En même temps, j’observe qu’il y a beaucoup d’idées constructives relayées dans la presse. Cela n’entre peut-être pas exactement dans le champ du journalisme de solutions, mais pendant la pandémie, notre service scientifique a réalisé une excellente infographie sur la propagation du Covid-19 par les aérosols. C’était en octobre 2020, à un moment où régnait encore beaucoup d’incertitude autour de ce virus. Ce graphique a permis de sauver des vies. Ce service public qui consiste à donner des informations utiles, à ne pas seulement raconter les crises mais aussi comment l’on s’en sort, est à mon avis bien ancré en Espagne.

En quoi, d’après vous, le journalisme de solutions est-il porteur de sens ?

Je pense que tout journaliste se doit d’essayer d’expliquer le monde tel qu’il est. Or, le surplus d’informations anxiogènes auquel nous faisons face aujourd’hui ne reflète pas la réalité. Notre attention est automatiquement attirée par le conflit, mais cela crée une image déformée du réel. Steven Pinker, psychologue américain et ardent défenseur de l’optimisme, explique que même dans un futur utopique, s’il restait ne serait-ce qu’une personne souffrant de faim, les médias s’empareraient de la nouvelle.

J’espère simplement que lorsque les gens lisent des journaux de qualité, cela les incite à agir en tant que citoyen. Les chroniques sur la guerre en Ukraine amènent beaucoup de gens à s’engager. Je pense donc qu’un bon journalisme peut toujours être un journalisme de solutions, dès lors qu’il éveille la conscience du public.

Propos recueillis par Augustin Perraud et Morgane Anneix pour Reporters d’Espoirs

“Le logiciel libre a gagné de nombreuses batailles” – Sylvestre Ledru, directeur de l’ingénierie et responsable France de Mozilla

By Home, InterviewsNo Comments

Grand contributeur au monde du logiciel libre, Sylvestre Ledru est directeur de l’ingénierie et responsable de Mozilla pour la France. L’organisation est à l’origine du navigateur web Firefox, de l’application de messagerie Thunderbird et d’outils dédiés à un web plus libre, accessible et ouvert à tous de manière sécurisée et respectueuse de la vie privée.


Comment vous êtes-vous intéressé à l’informatique et au monde du logiciel libre (open-source) ?

Comme beaucoup dans l’industrie, j’ai commencé par les jeux vidéo avant de m’intéresser à l’informatique au début des années 1990. À l’époque, on me disait qu’il n’y avait pas d’avenir dans ce secteur et qu’il y aurait beaucoup de chômage ! J’y suis tout de même allé par passion. Et j’ai découvert plein de gens brillants dans le logiciel libre qui me donnaient envie de rejoindre ces communautés pour à la fois apprendre et améliorer l’état de la technologie.

C’est passionnant de voir aujourd’hui comment l’open-source a gagné : que ce soit sur un site web, un logiciel, sur un téléphone, un ordinateur ou un serveur, ces systèmes reposent sur du logiciel libre. Les grandes entreprises du numérique s’en servent pour gagner du temps en adaptant l’outil à leurs besoins et économiser des millions d’euros de licences. Est-ce que Google aurait pu grossir si vite avec du logiciel propriétaire ? Est-ce que Android aurait pu démarrer sans le noyau Linux ?

Est-ce que Mac OS X aurait été un tel succès sans l’utilisation par Apple de briques libres ? Si PHP n’avait pas existé, est-ce que Facebook aurait pu démarrer aussi rapidement ? Que serait AWS (hébergeur cloud le plus utilisé du monde) sans le logiciel libre ?

Quelle est la position des Français dans le monde du logiciel libre ?

En France, nous avons la chance de bénéficier d’études quasiment gratuites et donc de temps libre pour utiliser ces logiciels et les améliorer, contrairement à d’autres pays où les études coûtent cher et requièrent de travailler en parallèle pour survivre. C’est une des raisons pour lesquelles les Français sont très présents dans ce secteur.

L’un des logiciels libres les plus connus est le lecteur vidéo VLC : il est d’origine française. La recherche française a investi dans la création d’outils open-source de machine learning (ex: Scikit-Learn) ou de langages machines bas niveau (ex: OCaml). Les contributeurs les plus actifs de Debian (distribution Linux la plus utilisée pour les serveurs) comportent des Français. Un outil structurant du web d’aujourd’hui, Docker, a été créé par quelques français également… La France est très à la pointe, et les Français sont présents dans toutes les grandes entreprises technologiques du monde. Peut-être est-ce lié à notre culture, à notre devise, ou à un penchant à travailler pour le bien commun qui est ancré. Peut-être est-ce aussi notre esprit critique qui explique notre penchant particulier pour l’informatique.

Mozilla est une des marques les plus connues du monde de l’open-source, une sorte de porte-drapeau.

Mozilla a été créée sur les cendres de Netscape, au début des années 2000 en partant du constat qu’il y avait une meilleure façon de faire du web qu’Internet Explorer – que Microsoft a d’ailleurs délaissé en arrêtant d’investir. À l’époque, Firefox s’appelait la Mozilla Suite, et le navigateur a popularisé des fonctionnalités comme les onglets, le blocage de pop-ups et des mesures liées à la protection de la vie privée… certaines de ces fonctionnalités qui paraissent aujourd’hui évidentes. Au fur et à mesure, des centaines, des milliers de gens se sont mobilisés pour contribuer à améliorer le logiciel ou rapporter des bugs.

Aujourd’hui, Mozilla est une entreprise d’environ 700 salariés dans le monde, doublée d’une fondation. Nous coopérons avec tous les acteurs de la tech, y compris avec nos concurrents, pour développer des fonctionnalités nouvelles, définir des standards et faire avancer le web.

Vous défendez un “Internet accessible, libre et ouvert à tous”. Dans une situation de conflit où le web se ferme à certains endroits, comment parvenez-vous à assurer cette mission ?

Nous ne fournissons pas de connexion Internet ni filaire ni satellitaire, en revanche on investit énormément sur la sécurité : le HTTPS pour tous il y a quelques années avec Let’s Encrypt, le langage bas-niveau Rust ou encore la résolution des failles de sécurité de Firefox en moins de 24h. Le navigateur Tor, basé sur Firefox, permet de brouiller l’origine de la requête web afin d’outrepasser certaines restrictions ou surveillances émises localement. C’est notamment utile pour les journalistes dans une zone de conflit ou un dissident politique. On peut citer ici le cas d’Edward Snowden, lorsqu’il a échangé avec les journalistes du Guardian et du Washington Post. Tor est open-source et on coopère régulièrement pour intégrer des fonctionnalités de Tor dans Firefox.

Avez-vous le sentiment que la conscience progresse quant à l’importance de protéger nos données personnelles ?

Nous avons mis en place l’outil Firefox Monitor pour permettre à chacun de savoir si ses données ont fait partie d’une fuite de données.

Je suis impressionné par le nombre d’appels d’arnaque au CPF (Compte personnel de formation) que l’on peut recevoir. Ces gens exploitent les fuites de données pour vous contacter et vous mettre en confiance, notamment en vous donnant des informations personnelles comme votre adresse.

On a tellement d’informations personnelles sur énormément de systèmes informatiques d’entreprises qu’une fuite est parfois inévitable.

Quand une structure collecte des données sur les utilisateurs, il faut s’assurer qu’elle en ait besoin, qu’elle détient uniquement le minimum nécessaire, sur une durée limitée dans le temps. C’est là que le RGPD [la réglementation européenne sur la Protection des Données] est intéressant et apporte un cadre juridique solide, à tel point qu’il a inspiré les californiens avec le Digital Privacy Act.

Notez que les fake news se nourrissent de l’accumulation des données : les bulles de filtre peuvent vous enfermer, par un algorithme, dans une catégorie de personnes considérées comme intéressées par la désinformation. Et ce sont ces sites de fake news qui sont arrosés de publicités, ce qui a tendance à créer un cercle vicieux pour les algorithmes. Donner un cadre légal et juridique est nécessaire pour lutter contre cela.

Quel est votre regard sur le programme French Tech ? Apporte-t-il quelque chose à Internet tel que vous le concevez ?

Nous avons en France des entreprises qui ont des modèles vertueux, comme Doctolib, BlaBlaCar, Swile ou Alan, dont les modèles économiques ne reposent pas sur l’accumulation de données. La tech en France s’est dynamisée comme jamais ces dernières années. Ces entreprises s’inspirent du management à l’américaine qui est, je pense, assez adapté au monde de la tech, les salaires y sont plus valorisés que par le passé pour conserver les talents français. J’espère qu’un jour, on sera capable de créer des géants européens.

Vous écrivez régulièrement sur différents blogs (linuxfr et votre propre blog) afin de partager votre expertise, vos problématiques et vos solutions.

J’ai la chance de travailler sur des projets à la pointe de la technologie. L’objectif, quand on écrit des billets de blog, c’est d’expliquer notre démarche à des structures qui aimeraient aller dans la bonne direction, et les inspirer pour qu’elles gagnent du temps. Il nous arrive chez Mozilla d’écrire des publications scientifiques qui sont réutilisées par tous les acteurs de la tech, contribuant ainsi à un cercle vertueux d’amélioration des technologies.

Quel est votre rapport personnel à l’information ? Quels médias consultez-vous ? En quelles sources d’information avez-vous confiance ?

Je suis un grand consommateur d’informations. Dans la presse généraliste, je lis Le Monde, Les Jours et Courrier International parce que j’aime avoir du recul sur la France d’un point de vue étranger. Dans la presse technique, je lis Linux Weekly News et Twitter où il existe de bonnes sources véritablement expertes.

Dans les oreilles de Sylvestre Ledru (attention, podcasts spécialisés ! 🙂)

  • IRL de Mozilla (anglais)
  • How to Fix the Internet de l’EFF (anglais)
  • Darknet Diaries de Jack Rhysider (anglais)
  • Open Source Security Podcast de Josh Bressers et Kurt Seifried (anglais)
  • Mécaniques du Journalisme de France Culture
  • Les Odyssées de France Inter

Propos recueillis par Gilles Vanderpooten et Joshua Tabakhoff, Reporters d’Espoirs.

L’Europe, son histoire, sa définition. L’interview de François Reynaert, membre du jury du Prix européen du jeune reporter

By Home, InterviewsNo Comments

Journaliste à l’Obs depuis plus de 25 ans, François Reynaert y livre régulièrement son regard sur l’actualité à travers le prisme de l’Histoire, sa grande passion et spécialité. Également essayiste et écrivain, il a publié de nombreux romans et ouvrages de vulgarisation, dont le bestseller « Nos ancêtres les gaulois et autres fadaises ». Il est membre du jury du Prix européen du jeune reporter 2022.


L’un de vos plus récents ouvrages s’intitule Voyage en Europe, de Charlemagne à nos jours. Dans ce livre, vous expliquez ce qui a fait l’Europe, ce qu’elle est et ce qu’elle n’est pas. Comment la définissez-vous ?

J’avais écrit deux autres livres auparavant, le premier se centrant sur l’Histoire de France et le second sur celle du monde. C’est en rédigeant ce dernier ouvrage que je me suis rendu compte que la narration de l’histoire est très différente selon le point de vue. Les peuples européens s’intéressent chacun à leur histoire nationale , un Français regarde l’histoire française, un Allemand l’histoire allemande etc.. Les Chinois, les Américains s’intéressent à l’histoire de l’Europe. Ce faisant, ils s’intéressent à une chronologie qui appartient à tous les Européens. Tous les Français, même ceux qui ne connaissent rien à l’histoire, on dans la tête une scansion du passé : il y a eu les gaulois et les romains, puis le moyen âge, avec ses rois et ses châteaux, puis la renaissance avec ses grands artistes puis le temps des Révolutions, la Révolution française, la révolution industrielle. Un Chinois n’a pas cette chronologie dans la tête. Un Allemand, un Espagnol, un Belge l’a. Lui aussi se fait une idée d’un passé qui commence avec des barbares et des romains, passe au moyen âge puis à la Renaissance etc.  L’idée de Voyage en Europe était donc de raconter les grands événements et les barrières chronologiques qui ont forgé notre continent et sont communs à tous les européens. Je voulais raconter cette histoire européenne parce que son existence est trop souvent oubliée. Pour la rendre attractive, je l’ai raconté sous forme de voyages, dans les lieux qui la racontent….

En effet, cette histoire commune semble souvent oubliée. Un nombre croissant de nations européennes choisissent d’ailleurs le repli plutôt que l’ouverture à l’Europe : pourquoi, selon vous ?

La domination de l’Europe sur le monde a commencé au XVIe siècle, grâce aux « grandes découvertes », l’expansion maritime qui a suivi les voyages de Colomb et Vasco de Gama. Pendant environ 400 ans, notre petit continent s’est mis à conquérir le monde entier. Lorsque l’on prend une carte du monde en 1914, on constate que seulement une poignée de pays n’a jamais été colonisée par les Européens. Les deux Amériques l’ont été à partir du XVIe siècle, l’Afrique au XIXe. Seuls quelques rares pays en Asie, comme la Chine ou la Thaïlande, ont pu partiellement y échapper.

En 1914, l’Europe était donc à son apogée et dirigeait le monde. Le symbole le plus simple et le plus parlant de cette domination est l’utilisation du   méridien de Greenwich pour donner l’heure mondiale :  le monde tournait et tourne encore littéralement à l’heure de Londres. A la suite des deux conflits mondiaux, notre vieux monde  est tombé de son piédestal. Les américains et les soviétiques ont pris la place de leader mondiaux. La Chine est désormais sur le podium. Bientôt l’Inde, d’autres sans doute, demain. Les Européens ne se sont jamais remis de cette chute et ils ont l’impression de vivre un certain « déclin ». Parce que l’avenir leur fait peur, ils n’arrivent plus à vivre que dans la nostalgie, et retombe dans la nostalgie nationale. C’est une erreur et une folie. Chacun de nos pays, face à un géant comme la Chine ne font pas le poids. Ensemble, ils peuvent compter.

L’Union Européenne pourrait être un remède à cela… Pensez-vous qu’il existe aujourd’hui un sentiment d’appartenance à l’Europe ?

Pour des raisons historiques propres à l’après-guerre, l’Europe s’est construite grâce à des traités commerciaux et économiques. Or, ces domaines ne font pas vraiment rêver les citoyens : personne n’a envie de se battre pour des quotas de beurre ! Les choses ont récemment commencé à changer en raison de trois évènements marquants. Premièrement, la crise économique d’après 2008 nous a fait comprendre qu’il fallait sauver l’euro puisque notre prospérité en dépendait. Ensuite, l’Europe a réussi à s’unir en pleine crise épidémique pour se défendre contre ce virus et ses conséquences, économiques notamment. Enfin, il y a évidemment l’invasion de l’Ukraine. Malheureusement et une fois de plus, c’est la guerre qui fait l’Europe. Face à un agresseur qui s’oppose aux valeurs et principes de l’Europe, les pays européens se rapprochent et ont compris l’intérêt d’une solidarité de fait. Il y a d’ailleurs un député européen qui a trouvé une métaphore très pertinente en déclarant que l’Europe est comme un moteur à explosion : ça patine, ça explose, et puis ça avance. Ce sont ces crises successives qui font avancer l’Europe, créant une sorte de sentiment européen.

Vous évoquez là un sentiment européen qui se construit contre quelque chose. Mais existe-t-il aussi un sentiment pour l’Europe ?

En effet, au-delà de cet élan européen protectif contre une menace extérieure, je pense qu’il y a également un sentiment pro-européen qui est en train de se construire. Les Européens ont compris que la démocratie est un système fragile et menacé. L’une des raisons pour laquelle Poutine a envahi l’Ukraine est qu’il ne veut pas de démocraties à sa porte. Leur expansion et les valeurs qu’elles véhiculent menacent directement les régimes autoritaires comme le sien ou celui de Xi Jinping parce que ces régimes sont attirants pour les peuples. Mais du haut de son trône, le dictateur Poutine n’a que mépris pour nos systèmes : il voit les démocraties sont des Etats faibles et mous. Il pense qu’il suffit d’une petite démonstration de force pour qu’ils s’effondrent. Les Ukrainiens lui montrent à quel point il s’est trompé et la solidarité sans faille dont font preuve les 27 derrière leur peuple martyrisé est un signal encourageant. Non la démocratie n’est pas faible par nature. Elle est un régime désirable et qu’il faut défendre – je suis juste désolé que cette pédagogie se fasse en ce moment par les bombes qui tombent sur les villes ukrainiennes…

L’Europe est-elle une entité qui vous inspire d’un point de vue culturel, littéraire, ou politique ?

Je suis toujours frappé que l’image générale de l’Union est une image d’ennui, de tristesse et de bureaucratie, de fonctionnaires grisâtres qui se retrouvent à Bruxelles pour débattre au sein d’institutions auxquelles on ne connaît et ne comprend rien. Quand il m’arrive d’aller à Bruxelles, je trouve que c’est une ville qui montre qu’au contraire, l’Europe est palpitante. Prendre un café à Bruxelles, c’est entendre parler roumain, néerlandais, espagnol, c’est comprendre la force de cette devise que j’adore : « unie dans la diversité ». Pourtant, on n’a toujours pas réussi à créer une véritable mythologie autour du projet européen… Il y a des essais, comme la très drôle mini-série « Parlement » créée par France TV, même si elle est, à mon avis, un poil caricaturale. C’était toutefois un bon début. J’espère qu’il sera suivi.

D’après vous, peut-on parler d’un « journalisme européen » ? A-t-il un sens ? Ou bien une multitude de pratiques, d’angles, spécifique à un pays, une culture ?

De fait, ce n’est malheureusement pas le cas pour l’instant. Il y a une vingtaine d’années, il y avait eu une tentative de créer un journal européen quotidien. Mais s’est glissé le problème tout banal de la barrière linguistique : la plupart des gens lisent dans leur langue maternelle. C’est pour cela que je suis favorable à une langue de travail, qui, à côté de nos langues nationales, nous permettrait de communiquer entre nous. Je pense à l’esperanto, cette langue universelle, souvent méconnue, ou moquée de façon stupide, alors qu’elle représente un projet magnifique et qu’elle peut être une solution d’avenir. On peut aussi penser au latin. Pourquoi pas ?  Il a longtemps été la langue d’union sur le continent. La seule chose est de choisir une langue qui soit commune à tous, sans appartenir à personne.

En tant qu’auteur, vous avez exploré le passé et analysé le présent. Quel rôle le journaliste peut-il jouer pour lier le passé, le présent et éventuellement nous aider à construire un avenir de manière constructive ?

Personnellement, j’essaie de faire du journalisme constructif en faisant tout d’abord du journalisme pédagogique. La semaine dernière, on m’a par exemple demandé un papier sur l’invasion de l’Ukraine, que Poutine justifie en affirmant que ce pays aurait artificiellement été créé par Lénine. Revenir à l’histoire pour montrer que celle-ci dit le contraire, qu’il y a une identité nationale ukrainienne qui existe depuis des siècles, c’est donc faire de la pédagogie. J’essaie de permettre au citoyen d’éclairer son point de vue en en le rendant plus clair, plus simple et objectif.

En quoi, d’après vous, le journalisme de solutions est-il porteur de sens ?

A mon avis, il trouve sa place de façon éblouissante dans la question de l’écologie et de l’environnement. On voit bien que par rapport à la menace climatique, le discours catastrophiste ne fonctionne pas : il encourage les gens à se dire «puisque tout est foutu, autant profiter » et continuer à surexploiter et polluer. Là, le journalisme de solutions sert à mettre en lumière des actions concrètes dont tout le monde peut s’inspirer pour éviter le désastre.

On parlait de la question européenne. Là aussi, les journalistes qui s’intéressent à ces thématiques peuvent pousser leurs lecteurs à regarder ce qui se passe au-delà de leurs frontières nationales. C’est du journalisme de solutions très concret de faire vivre l’Europe, d’aller voir ce qui se passe à Bruxelles mais aussi de faire des reportages dans les autres pays frères pour aller voir ce qui y marche.

Avez-vous des exemples de reportages qui vous ont inspiré dernièrement ?

Dans l’Obs, il y a récemment eu un très bon article d’Emmanuel Carrère sur la guerre en Ukraine. C’est un journalisme très différent des canons traditionnels. Il s’agissait plutôt des notes de voyage d’un grand écrivain. Son texte nous livrait quelque chose de l’ordre de la proximité et du quotidien qui était bluffant. Par ailleurs, comme toujours je suis impressionné par le courage des journalistes de guerre, de tous ces héros qui bravent les bombes russes pour nous raconter la souffrance de ceux qui sont dessous…

Quel conseil adressez-vous aux jeunes journalistes ou apprenti-reporters qui postulent au Prix européen du jeune reporter ?

Le conseil que je donne toujours aux étudiants en journalisme que j’aide à préparer les concours, c’est de parler à quelqu’un dans votre tête lorsque vous écrivez un article. Mais pas au jury ! Parlez à quelqu’un dont vous êtes proche, à votre frère, votre mère, votre partenaire, en essayant de lui raconter l’histoire que vous voulez raconter. Un mauvais article, c’est souvent comme un mauvais livre. J’en lis beaucoup, dans le domaine de l’Histoire, parce que c’est ma spécialité. J’ai l’impression que la moitié de ceux qui les écrivent ne parlent pas à leurs lecteurs, mais à leur jury de thèse. Ils nous noient dans des tsunamis de détails pour montrer qu’ils ont passé des années à dépouiller des archives, mais ils oublient de nous rappeler le contexte qui nous manque cruellement. Faites-donc simple, et écrivez en ayant à l’idée de ra-con-ter !

Propos recueillis par Morgane Anneix et Augustin Perraud pour Reporters d’Espoirs.

« Le défi réside dans la hiérarchisation des solutions » – L’interview de Valère Corréard, journaliste à France Inter et l’Info Durable

By Home, InterviewsNo Comments

Journaliste spécialisé sur les enjeux de transition écologique, Valère Corréard intervient sur les ondes de France Inter depuis 2015 avec sa chronique Social Lab. Il est également à l’origine de l’Info Durable, média en ligne dédié au développement durable. Auteur, il publie 25 idées reçues sur l’écologie à déconstruire de toute urgence aux éditions Marabout.


Votre ouvrage veut répondre à des idées reçues à propos de l’écologie. Où les avez-vous glanées ?

J’ai articulé recherches personnelles, notamment sur les réseaux sociaux, appels à témoignages, et sollicitations directes. J’essayais de trouver des récurrences et ainsi des idées qui seraient assez communes mais erronées. Il y aussi des idées reçues que l’on connait tous, souvent le fruit d’un lobbying économique ou politique, ou parfois simples légendes urbaines ancrées dans l’imaginaire collectif sans que l’on en connaisse bien la raison.

Quelles sont les idées reçues les plus tenaces que vous avez relevées ?

D’abord celles relatives au climat, qui proviennent probablement des climatosceptiques qui, même s’ils n’arrivent désormais plus à nous faire tomber dans le déni, minimisent l’urgence de la situation. L’un des exemples les plus flagrants est probablement l’affirmation que le changement climatique a toujours existé et serait donc naturel. Le climat a en effet toujours évolué, mais jamais au rythme que nous constatons : s’il s’est réchauffé entre l’ère glaciaire et aujourd’hui, sur environ dix mille ans, on devrait avoir les mêmes résultats dans le sens inverse en seulement 100 ans. Ce qui signifie un grand problème en termes d’adaptation.

Autre idée reçue : « 2°C, ce n’est pas la mer à boire. On sortira juste un peu plus souvent en terrasse ». C’est la parfaite illustration de l’amalgame entre météo et climat. Deux degrés de variation de la température, ce n’est pas dramatique ; mais l’augmentation de 2°C des températures moyennes à l’échelle du monde, c’est considérable. Le premier cas relève de la météo, alors que le deuxième, témoignant d’un réchauffement global des températures, concerne le climat, qui à son tour influence la météo. Mais pas forcément de seulement 2°C : cela peut être un dôme de chaleur de 49°C comme on l’a vu au Canada l’été dernier, alors que l’on n’est aujourd’hui qu’à un peu plus de 1°C de réchauffement.

Enfin, une autre idée que j’ai trouvée assez horrible : l’écologie ne serait qu’un « truc de riches ». Là, on confond fin du monde et fin du mois, alors que la question est beaucoup plus complexe et multi-dimensionnelle. Ce sont plutôt les populations « riches » qui polluent : l’ONG Oxfam a calculé que les 10% les plus riches de la planète représentent 52% des gaz à effet de serre émis. Mais l’écologie concerne aussi pleinement les gens pauvres, puisque ce sont eux qui pâtissent le plus des conséquences comme la pollution ou la malnutrition. De plus, les personnes en difficulté financière s’intéressent elles aussi à l’écologie. Certaines actions ou changements d’habitude peuvent d’ailleurs être source d’économies. Derrière cette simple idée reçue se cache donc une réalité beaucoup plus nuancée.

Vingt pourcent des idées reçues que vous analysez touchent à notre alimentation : régime végétarien, bio, produits locaux ou en vrac… Pourquoi avoir accordé autant de poids à ce domaine ?

Je ne saurai vous citer une autre action que l’on fait autant de fois par jour que de manger. Plus de 1000 repas par an, voilà qui représente un grand potentiel pour changer son impact environnemental au quotidien. C’est pour cela que je parle aussi de mobilité ou de vêtements. Les idées reçues peuvent souvent nous décourager en nous faisant croire que nous ne pouvons rien faire individuellement, alors que l’on peut tout à fait changer ce qui se répète dans notre vie de tous les jours.

Comment procédez-vous pour « déconstruire » ces idées reçues ?

Travaillant depuis longtemps sur les questions environnementales, j’ai d’abord confronté ce que je savais déjà à des énoncés qui me semblaient questionnables. Ensuite, j’ai effectué un travail de recherche afin de trouver les sources les plus probantes et solides.

Et s’il me restait des doutes, je contactais un expert pour m’éclairer. Vous trouverez donc par exemple dans le livre des extraits d’interviews de Sophie Szopa, coordinatrice de l’un des groupes du GIEC, ou du climatologue François Marie Bréau. J’ai aussi pu interroger un agriculteur bio pour analyser la réalité des contrôles réalisés sur les exploitations agricoles.

En tant que journaliste, que pensez-vous de la couverture du changement climatique dans les médias, notamment à l’aune de la sortie du dernier volet du 6e rapport du GIEC ?

On peut s’interroger sur la sous-représentation du climat dans le traitement de l’actualité. Mais il faut reconnaitre que le sujet progresse nettement : l’écologie et le climat se sont cristallisés dans l’opinion parce que les médias traitent beaucoup plus de ce thème ; il y a une montée en compétences et en vigilance au sein des rédactions sur ce sujet complexe ; et les papiers font de plus en plus le lien entre certains évènements et le changement climatique. J’entends parler de la nécessité d’un « quota climat » dans les médias : tout en comprenant l’initiative, le fait d’imposer un sujet à l’agenda médiatique me pose un problème éthique. Mais évidemment, on peut toujours mieux faire.

Vous chroniquez sur une radio généraliste, France Inter, et dirigez un média spécialisé avec l’Info Durable. Votre approche est-elle spécifique à chacun de ces médias ?

Effectivement, lorsque j’écris une chronique pour la radio, je m’inscris pleinement dans la culture et la ligne éditoriale de France Inter, même si j’y jouis bien sûr de la liberté la plus absolue.

Sur l’Info Durable, nous avons une approche très rigoureuse de ces sujets que nous déclinons sous de nombreux formats. Nous visons un traitement neutre et accessible au grand public, tout en nous positionnant comme un média expert.

La couverture médiatique du changement climatique est très axée sur les problèmes et ce à une échelle internationale sur laquelle les choses avancent lentement. Vous défendez au contraire une vision où chacun peut prendre sa part. Pratiquez-vous le journalisme de solutions dans ce contexte ?

Je suis ancré dans cette démarche depuis un certain temps. Le journalisme de solutions évolue avec son temps et arrive peut-être à maturité en ce moment. Il montre qu’effectivement, on peut également se tourner vers ce qui marche, tout en restant réaliste et solide sur la réalité des enjeux.

Pour moi, le défi réside dans la hiérarchisation des solutions. Je ne fais par exemple pas les mêmes choix éditoriaux entre une solution qui vise à favoriser le recyclage des bouteilles en plastique, une autre qui cherche à réduire son empreinte carbone et une troisième qui tente à revoir ses habitudes alimentaires : les impacts ne sont pas les mêmes. Le journalisme de solutions s’installe pleinement dans la réalité des enjeux et des leviers de changement portés spécifiquement par chaque solution.

Un exemple de la manière dont vous pratiquez ce journalisme de solutions ?

Récemment, j’ai travaillé sur Water Family, une association qui propose que l’écologie fasse partie des matières principales à l’école. Evidemment, je me suis tout de suite interrogé sur la démarche politique en me disant qu’il s’agissait là d’un terrain glissant. Certains mots, comme la bienveillance ou le positivisme – très connotés idéologiquement – me gênaient. Mais rapidement, en allant à la rencontre de son porte-parole Gilles Bœuf, biologiste, je me suis rendu compte que l’association s’inscrivait pleinement dans une démarche d’écologie scientifique. Cela m’a vraiment permis de recentrer ce qu’est l’écologie politique ou idéologique par rapport à l’écologie scientifique.

Ma mécanique, c’est de challenger chaque initiative au regard de ce que je sais et ce qu’on me dit, afin de comprendre la réalité de la solution et ce qu’elle recouvre.  ■

Propos recueillis par Morgane Anneix pour Reporters d’Espoirs.

Olivier Guez, président du jury du Prix européen du jeune reporter 2022, nous livre sa vision de l’Europe

By Home, InterviewsNo Comments

Profondément attaché à l’Europe, Olivier Guez a travaillé en tant que journaliste indépendant pour nombre de médias à travers le continent, de la Frankfurter Allgemeine Zeitung à Il Foglio en Italie. Également essayiste et écrivain, il a obtenu en 2017 le Prix Renaudot pour son roman La Disparition de Joseph Mengele. C’est sous sa direction que 27 écrivains européens, un par État-membre de l’Union européenne, ont délivré, dans l’ouvrage collectif Le Grand Tour sorti en mars 2022, leur vision de l’Europe, notamment à travers des lieux évocateurs de la culture et de l’histoire européennes.


Votre regard de journaliste est tourné vers l’Europe et le monde.  Existe-t-il un « journalisme européen » ou bien y a-t-il autant de pratiques que de nations, que de cultures ?

Je pense que quel que soit le pays où le journaliste exerce, il est censé faire la même chose : relater la réalité ; ne pas donner son avis ; et enfin, laisser parler les évènements.  Fondamentalement, je pense qu’il n’existe qu’une école de journalisme. Elle devrait être universelle.

Quel espoir portez-vous sur ce continent et sur sa cohésion aujourd’hui ?

L’invasion de l’Ukraine par l’armée russe a fait basculer les Européens dans une communauté de destin. Pour la première fois depuis la chute du mur de Berlin ou peut-être même la Seconde Guerre Mondiale, un unique évènement concerne et unit tous les européens.

Si parler d’espoir au vu de la situation début mars me semblerait présomptueux, il y a en tout cas une prise de conscience. C’est un réveil douloureux pour l’Europe, mais qui s’avérera peut-être être salvateur dans les années qui viennent.

Plus que d’espoir, peut-être pourrait-on alors parler d’une accélération de l’union ?

Pour moi, il y a eu trois phases dans la construction européenne. Premièrement, les débuts héroïques, qui correspondent à un projet technocratique d’expansion et de partage économique. Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, on ne peut plus parler de civilisation ou culture européenne. La civilisation européenne sort alors d’une phase de plus de 30 ans d’autodestruction qui a conduit à Auswitch : il faut donc une approche pragmatique et modeste portée par des personnes qui ont vécu les deux conflits mondiaux dans leur chair.

La deuxième phase se situe autour de 1989 : c’est l’ère d’une expansion joyeuse, même si je pense qu’elle a été en quelque sorte ratée dès le début. On a mésestimé les souffrances endurées par les pays d’Europe centre et orientale sous domination russo-soviétique. 

Enfin, la troisième phase, qui commence au début des années 2000, voit arriver au pouvoir des dirigeants européens qui n’ont ni vécu ni la guerre ni l’Europe au quotidien. Ils ne se sont pas baladés à travers le continent, ont peu vécu à l’étranger ni aimer en Europe. Avec leurs carrières très nationales et leur vision très centrée sur leur propre pays, il ne s’est pas passé grand-chose en Europe depuis 20 ans. Mais peut-être que l’on est aujourd’hui en train de vivre le prochain basculement, avec l’avènement de la génération Erasmus qui est désormais aux prises avec une menace existentielle :la Russie de Vladimir Poutine.

L’Europe est-elle une entité qui vous inspire d’un point de vue culturel, littéraire, ou politique ?

Je ne me suis jamais posé la question de savoir si j’aimais ou pas l’Europe car je suis né Européen. Je suis né à Strasbourg, dans une ville et une région européenne, que ce soit par leur culture et française et allemande, ou par leur géographie marquée par le Rhin, ce grand fleuve qui relie plusieurs pays. Et puis, j’ai aussi grandi au cours des années 80, la décennie miraculeuse de la construction européenne qui s’est terminée en apothéose à l’automne 1989. Ainsi, ces années de formation qui sont essentielles pour tout le monde ont pour moi été placées sous le signe de l’Europe.

Depuis, je n’ai cessé d’aimer l’Europe : j’y ai beaucoup voyagé, découvert et aimé. Après avoir vécu en Belgique, au Royaume-Uni et en Allemagne, je me suis finalement posé en Italie. L’Europe, je la pratique au quotidien. Je me définis ainsi comme un écrivain européen puisque ce continent constitue mon terroir. J’ai sa cuisine, ses odeurs et ses paysages en moi, Je me les suis appropriés, tel un écrivain national ou régional qui puiserait dans ces éléments pour développer ses œuvres. Ma géographie est continentale.

« Le Grand Tour », titre du livre que vous venez de publier chez Grasset, c’est une manière de rendre plus concrète cette Europe qui vous est constitutive ?

Mon projet du Grand Tour s’est quelque part inscrit dans ce que j’ai toujours fait et aimé. J’ai tout simplement demandé à 27 auteurs européens, un par pays membre de l’Union Européenne, de raconter un lieu, chez eux, dans leur pays, qui évoque la culture ou l’histoire européenne. Le résultat est ce magnifique recueil, constitué de textes de fiction comme de non-fiction et de récits parfois très personnels qui n’évoquent pas directement l’histoire européenne, mais décrivent le continent tel qu’il est aujourd’hui.

Le Prix européen du jeune reporter vise également à promouvoir la francophonie à travers le continent. Etes-vous confiant dans le français comme langue d’avenir, notamment sur le plan européen ?

Le départ des Britanniques a provoqué une situation paradoxale, puisque la lingua franca de l’Union Européenne est aujourd’hui une langue très minoritaire. C’est donc bien une chance pour le français, mais il faut aussi rester réaliste : l’anglais, ou plutôt le globish, domine tous les échanges internationaux et continuera sûrement à le faire. Toutefois, cela ouvre peut-être le champ à une diversification linguistique des échanges au niveau européen : ce serait alors une chance autant pour le français que pour l’allemand, l’espagnol etc. 

En tant qu’écrivain, vous avez exploré le passé et analysé le présent. Quel rôle le journaliste peut-il jouer pour lier le passé, le présent et éventuellement nous aider à construire un avenir de manière constructive ?

Le journaliste est un témoin, un passeur. Celui qui raconte à la fois le passé et évidemment le présent. C’est justement en racontant de la manière la plus objective possible et le passé et le présent que l’on peut envisager de construire un avenir serein. Avec la diffusion des fake news, on voit bien que cette réécriture du passé peut avoir un impact immédiat sur le présent et des conséquences potentiellement terribles pour le futur. L’invasion du Capitole aux Etats-Unis en est le parfait exemple : les fausses nouvelles ont alors tellement abondé que l’on a basculé dans un monde totalement chimérique et délirant. Le journalisme a donc une mission extrêmement importante qui se situe au niveau de l’objectivité et de la réalité.

Tous les reportages candidats devront mettre en avant une solution intégrant une dimension européenne et un regard critique sur cette dernière. En quoi, d’après vous, le journalisme de solutions est-il porteur de sens ?

On reproche souvent aux journalistes de toujours relayer uniquement une information anxiogène. Or, tel que le promeut Reporters d’Espoirs, il faut aussi raconter autre chose, il faut donner envie :  ne pas seulement déplorer, pleurer, mettre en garde, mais aussi montrer que des solutions existent. Il ne s’agit pas de faire de la promotion : il faut continuer à viser une certaine objectivité journalistique tout en adoptant peut-être un angle un peu différent.

Au vu de la situation tragique en Ukraine au moment où nous nous parlons, il est peut-être encore un peu tôt pour parler de journalisme de solutions et je pense qu’il faut aussi garder un peu de modestie à cet égard. Mais bien sûr viendra le moment où il faudra reconstruire et témoigner de la solidarité envers les réfugiés et exilés de cette guerre, et alors ce journalisme-là aura tout son sens.

Les Français seraient particulièrement pessimistes et méfiants à l’égard des médias : est-ce quelque chose que vous constatez également dans le traitement de l’information ?

Ce qui me frappe en France, c’est qu’il y a un habillage anxiogène dans notre façon de présenter l’information : tout est enrobé d’une certaine dramaturgie afin de capter au mieux notre attention. Cela contraste beaucoup avec l’Allemagne par exemple, où règne au contraire une grande sobriété. Et puis, il y a en France l’omniprésence des chaines d’information en continu, inexistantes en Allemagne. Ces chaines sont anxiogènes par définition, car leur métier consiste à créer un état d’alerte permanent. Malheureusement, je pense que l’on a beaucoup copié sur les Américains à cet égard. S’y ajoutent les réseaux sociaux qui amplifient encore ces tensions, ce qui pousse même les chaines « généralistes » à dramatiser l’information.

Avez-vous des exemples de reportages qui vous ont inspiré dernièrement ?

Je trouve que tout ce que l’on peut lire sur l’Ukraine, avec ces magnifiques initiatives dans une situation dramatique de guerre, est très inspirant. Il est important que ce message soit aussi relayé aux Ukrainiens pour qu’ils ne se sentent pas seuls même si eux seuls vivent ces évènements tragiques. On ne sait plus ce que c’est de tout abandonner sans savoir quand on reverra sa maison, son pays, ses proches. Mais toutes ces initiatives et symboles de solidarité, que ce soient les collectes, les dons ou volontaires qui vont là-bas pour aider, c’est bien sûr inspirant.

Quel conseil adressez-vous aux jeunes journalistes ou apprenti-reporters qui postulent au Prix européen du jeune reporter ?

Travailler, tout simplement. Un article, cela ne s’improvise pas. Un bon journaliste est quelqu’un qui raconte, qui sait se mettre de côté et s’effacer derrière son sujet sans donner son avis ou jugement. Le journalisme est une sorte de littérature du réel : que les candidats nous racontent donc simplement une histoire dans leurs mots de la façon la plus sobre et efficace possible.

Interview réalisée par Morgane Anneix et Augustin Perraud.

Reporter de guerre, reporter d’espoir: Extrait de « Imaginer le monde de demain »

By Home, InterviewsNo Comments

Publié chez Actes Sud en juillet 2020, Imaginer le monde de demain – Le rôle positif des médias est le livre-manifeste pour le journalisme de solutions écrit par Gilles Vanderpooten, journaliste et directeur de Reporters d’Espoirs. Alors que le conflit en Ukraine a éclaté il y a exactement un mois, nous vous proposons de (re)découvrir cet extrait sur la place du journalisme de solutions jusque dans les reportages les plus durs: à savoir, le journalisme de guerre.


Paroles d’un correspondant international : « Parce que je couvre les guerres, la destruction de civilisations, parce que j’ai vu la destruction de pays et de peuples, je sais que le défi est de rebâtir. À chacun de mes retours du théâtre des opérations, on me renvoie sur le terrain d’une autre guerre. Jamais on ne m’a demandé d’aller observer la reconstruction d’un pays ». 

Ce constat dans lequel pointe un regret revient régulièrement dans les propos des reporters de guerre, lorsqu’on évoque avec eux la possibilité d’un journalisme de solutions. Il est souhaitable de le pratiquer y compris dans les situations les plus problématiques, les plus dramatiques de guerre et de conflit, là où il est possible d’observer le pire comme le meilleur de l’humanité, sa propension à détruire comme à bâtir, à sombrer comme à être résiliente, nous confient-ils.

Delphine Minoui, grand reporter au Figaro, spécialiste de l’Iran et du Moyen-Orient, lauréate du prix Albert-Londres, connaît bien ces terrains sur lesquels elle tâche d’apporter précisément un regard constructif. Elle affiche la couleur sur son blog : « Vu de l’extérieur, le Moyen-Orient fait peur. On y parle de bombe iranienne, de chaos irakien, de croissant chiite, de risques de guerre civile au Liban. Chaque jour, la liste des conflits ne cesse de s’allonger : Occident contre Orient, Modernité contre Tradition, Religieux contre Laïcs, Sunnites contre Chiites… » Elle partage le souhait de Martyn Lewis [ex-présentateur à la BBC] d’aller au-delà des gros titres effrayants de l’actualité pour « donner la parole aux hommes et aux femmes qui rythment le quotidien de cette région du monde, à la fois intrigante et passionnante ». Car, dit-elle, « derrière les discours fracassants et les dérives fascisantes, il y a encore beaucoup de citoyens qui se battent dans les marges et ils sont plus nombreux qu’on imagine ». 

La journaliste met cette intention en pratique dans l’ouvrage Les Passeurs de livres de Daraya, dans lequel elle raconte le pari de jeunes révolutionnaires syriens d’exhumer plusieurs milliers d’ouvrages trouvés dans les décombres de leur ville assiégée, pour les rassembler dans une bibliothèque clandestine dans les sous-sols de la ville de Daraya. On comprend comment ils ont pu résister psychologiquement aux assauts d’incessants bombardements et attaques au gaz chimique, « en bâtissant quelque chose quand tout s’effondre autour de nous ». Non qu’ils aient toujours été de grands lecteurs mais parce qu’ils ont trouvé dans le livre un refuge, un symbole de liberté, un moyen de lutte contre la déshumanisation, une réponse à l’oppression par la culture, « une page ouverte sur le monde lorsque toutes les portes sont cadenassées ».

Si l’initiative n’apporte pas de solution en soi au conflit et peut apparaître anecdotique au regard de l’ampleur du désastre, elle témoigne en revanche de la formidable capacité de résistance psychologique à la domination politique et religieuse, par la littérature. Delphine Minoui illustre par là même la possibilité qu’ont les journalistes d’aborder des situations tragiques avec des angles nouveaux, originaux, porteurs d’espoir. Comme un murmure au milieu du chaos. « Mon propos est de montrer que ces jeunes, en opposant la beauté des mots à la violence des bombes, incarnent la troisième “voix” syrienne, prise en étau entre Bachar al-Assad et les djihadistes. On ne peut pas se cantonner à raconter la guerre sur la ligne de front. Derrière chaque conflit, l’ironie c’est qu’il y a la vie, l’amour, la joie, des bébés nés sous les bombes à Daraya. Tous ces à-côtés me semblent importants, pour aller au-delà des chiffres de morts, de blessés, de torturés. Mettre des noms, incarner des histoires à hauteur d’homme, c’est le meilleur moyen de réveiller les consciences. »

Le besoin de “solutions” semble d’autant plus fort pour des reporters en proie à la souffrance humaine, à regarder l’exemple de Cécile Allegra, grand reporter, lauréate du prix Albert-Londres en 2015 avec sa coréalisatrice Delphine Deloget pour le documentaire Voyage en barbarie sur les camps de torture du désert du Sinaï. Elles y dévoilent comment de jeunes Érythréens, fuyant la dictature, sont capturés, déportés, vendus, torturés. Du reportage à la prise d’initiative pour poursuivre d’une autre manière le travail de sensibilisation, il n’y a parfois qu’un pas. La journaliste l’a franchi en créant l’association Limbo* pour aider des rescapés de camps d’Égypte, de Libye, du Soudan, à entreprendre, le temps de “vacances résilientes” – quatre semaines par an –, une reconstruction afin de reprendre le chemin d’une vie normale et de ne pas sombrer dans le suicide. Accueillis dans le village de Conques en Occitanie – propice au calme et au sentiment de sécurité –, ils suivent des stages leur permettant de recréer une vie sociale, de retrouver de la confiance en soi et en les autres au contact des habitants du village, à travers soutien psychologique, randonnées au grand air, art-thérapie. Parmi les participants, des rescapés du documentaire. Trois ans après la création de l’association, voilà matière à un reportage “constructif”.

Parce que le reportage de guerre demeure le genre journalistique par excellence, salué de tous, portant celui qui l’exerce au plus haut rang de l’estime de la profession, il est un terrain d’autant plus intéressant pour un journalisme de solutions lui – même mis au défi d’apporter les preuves de sa pertinence.

Imaginer le monde de demain – Le rôle positif des médias. Gilles Vanderpooten avec Reporters d’Espoirs. Actes Sud, Juillet 2020.

« Mettons la même ambition sur le sujet de l’impact que sur celui des ventes et du produit ! » – Kat Borlongan, directrice de l’impact chez Contentsquare, ancienne directrice générale de la FrenchTech

By Home, InterviewsNo Comments

Nommée directrice de la Mission French Tech en 2018, Kat Borlongan a contribué à façonner l’image startup de la France en lançant le French Tech Visa et French Tech Tremplin, deux programmes au service de l’égalité des chances. Décidée à faire évoluer les choses, elle vient de rejoindre l’une des plus belles licornes françaises en tant que directrice de l’Impact. Elle est l’une des rares, sinon la première, personne à occuper ce poste dans une entreprise du secteur de la technologie, rattachée au plus haut niveau de l’entreprise.


Vous avez dirigé la Mission French Tech pendant trois ans et demi. De quel programme êtes-vous la plus fière ?

J’ai sans aucun doute deux programmes favoris.

Le premier est le Visa French Tech : je suis naturalisée française depuis décembre 2021 et le drame de la carte de séjour, pour l’avoir vécu, est une expérience désagréable et blessante. Le fait de créer un visa pour dire « Vous êtes bienvenus en France, venez écrire l’histoire avec nous » me tient à cœur. En octobre 2018, je parlais pour la première fois publiquement en tant que Directrice Générale de la French Tech aux côtés du président de la République. Nous avons annoncé que nous mettrions en place ce programme d’ici mars. Cela me surprenait moi-même de penser qu’on arriverait à faire bouger le système de l’immigration mais on a réussi à le faire, avec même un peu d’avance !

Le deuxième, c’est Tremplin : un programme qui va chercher des personnes éloignées de la technologie –en raison d’obstacles culturels, économiques ou sociaux-, pour les amener dans cet univers et leur donner les mêmes chances qu’à des personnes de milieux plus privilégiés. Beaucoup d’expérimentations témoignent qu’injecter ainsi davantage de diversité dans l’écosystème peut le faire grandir.

Vous avez récemment rejoint Contentsquare, licorne française qui a réalisé une levée de fonds record l’année dernière : 408 millions d’euros. Pourquoi cette start-up spécialisée dans l’expérience utilisateur plutôt qu’une autre ?

Une fois ma mission achevée auprès de la French Tech, j’ai cherché à rejoindre une licorne européenne [entreprise valorisée à plus d’un milliard d’euros] prête à s’investir de manière ambitieuse dans l’impact social. J’ai échangé avec des investisseurs, des journalistes du Financial Times et de TechCrunch qui ont une vue globale dans ce domaine. Mais je n’ai pas trouvé mon bonheur parmi leurs recommandations.

Par hasard, Jonathan Cherki, le fondateur de Contentsquare, m’invite à échanger avec lui.

Il me présente son entreprise qu’il a créée alors qu’il était encore étudiant, devenue une société en hypercroissance en moins de 10 ans.  Je comprends au fil de la discussion qu’il se pose beaucoup de questions sur le sens de son entreprise. Au-delà des activités très rentables mises en avant sur le site web de l’entreprise, j’apprends qu’il a lancé une fondation dédiée à l’accessibilité numérique, et je comprends qu’il est prêt à aller plus loin. Le lendemain, je lui dis « si tu es prêt à aller aussi loin, on ne va pas se contenter de bâtir une politique RSE (Responsabilité sociale de l’entreprise), mais on va écrire les 10 prochaines années de l’entreprise. Si tu m’accordes un siège au comité exécutif et le budget qui va avec, alors on va positionner la démarche d’engagement au cœur de la stratégie de l’entreprise ».

Vous êtes « Chief Impact Officer » : en quoi cela consiste-t-il ?

Les entreprises comptent de plus en plus de responsables de l’impact et je m’en réjouis, mais peu ont un siège au comité exécutif. Nous sommes deux en France à avoir cette position dans les start-up de la tech, avec Jean-Gabriel Levon co-fondateur d’Ynsect [entreprise spécialisée dans l’élevage d’insectes et leur transformation en ingrédients].  

Mon rôle consiste à m’assurer que Contentsquare ne soit jamais en retard par rapport aux avancées, demandes et valeurs de la société. J’ai deux champs d’action. D’un côté l’impact, qui nous amène à redéfinir la norme de ce qu’est une bonne « expérience utilisateur » : pas seulement une question d’ergonomie, mais d’accessibilité, de protection de la vie privée et de respect de la planète.  D’un autre côté, la responsabilité tournée sur la diversité et l’inclusion car Contentsquare rachète des entreprises à travers le monde et il faut créer une culture commune ; sur l’engagement dans la démarche climatique ; et sur l’éthique des données. Contribuer ainsi à redéfinir ce qu’est la réussite d’une grande startup, c’est une mission rêvée pour moi.

Au sein de la FrenchTech, vous avez créé l’indice Next40 pour promouvoir 40 jeunes entreprises françaises considérées comme prometteuses et susceptibles de devenir des leaders technologiques. A propos de redéfinition de ce qu’est la réussite pour une entreprise : pensez-vous qu’il y ait une place pour un indice Next40 « pour le bien commun » qui ne soit pas seulement basé sur les levées de fonds mais aussi sur l’impact positif sur la société ?

C’est évidemment nécessaire ! Nous y avons réfléchi dans le cadre de la FrenchTech. Je soutenais l’idée d’avoir un indice ou d’indexer les startups à impact positif mais il était difficile de trouver des critères objectifs : l’entreprise doit-elle être labellisée BCorp ? Faut-il être dans une verticale « for good » ? Doit-il y avoir une certaine distribution des richesses en interne ? Etc. Alors nous nous sommes focalisés sur des critères objectifs de performance économique, tout en décernant des Impact Awards.

J’ai travaillé en parallèle sur un « Board Impact » : mettre en place un indice fondé sur les critères de l’inclusion, l’égalité des genres et la planète. Le projet a été interrompu avec mon départ.

Vous voulez lutter contre « l’impact washing ». De quelle manière ?

Depuis toujours, j’ai un fort engagement associatif. À la French Tech, l’obsession pour les « licornes » (26 licornes à ce jour) a tendance à mettre de côté les startups « for good » qui sont considérées comme méritantes mais sans perspective d’une hypercroissance qui permettrait à ses fondateurs une exit favorable [opération de sortie d’un ou plusieurs actionnaires du capital d’une société, moyennant un retour financier élevé].

En regardant de plus près, j’ai compris que si les projets à impact ne fonctionnaient pas, c’était dû au fait que les entreprises sous-investissaient dans l’impact. Elles pensent que c’est quelque chose de simple. Alors elles engagent des profils de communicants pour gérer ces projets-là, qui sont en réalité très complexes et ne peuvent pas relever uniquement de la com mais bien de la stratégie. Il faut reconnaitre que ce n’est pas évident : faire tourner une startup, c’est comme construire un avion en plein vol. Mais si on mettait la même ambition, le même investissement et les mêmes profils sur le sujet de l’impact que sur celui des ventes, du produit, etc., alors on pourrait potentiellement réussir à faire de grandes avancées concrètes en la matière.

Une interview réalisée par Gilles Vanderpooten et Joshua Tabakhoff

[Interview] Le design fiction pour « éviter de laisser les autres choisir le futur de l’information à votre place » – Nicolas Minvielle

By Home, InterviewsNo Comments

En plus d’être le cofondateur du collectif de designers, anthropologues, et prospectivistes « Making Tomorrow », Nicolas Minvielle est professeur de design et de stratégie à Audencia Business School, dont il dirige le master « Marketing, Design et Création ». Il travaille également à la coordination de la « Red Team », groupe d’auteurs de science-fiction qui mettent leur imagination au service du ministère des Armées pour plancher sur des scénarios souvent dystopiques. Son leitmotiv : « susciter l’imagination de scénarios alternatifs, de mise en mouvement, pour que le pire ne se produise pas, mais bien le meilleur possible ». Il a publié lundi dernier aux éditions Hold Up, « Design fiction et plus pour votre organisation, un guide pour construire demain », que vous pouvez vous procurer sur https://www.okpal.com/making-tomorrow/#/

Gilles Vanderpooten – Vous êtes spécialiste en « design fiction ». De quoi s’agit-il ?

Nicolas Minvielle – Le designer Julian Bleecker, auquel on en attribue la paternité, le définit comme « l’emploi intentionnel d’un mélange de faits de sciences et de fiction pour suspendre le sentiment d’incrédulité face à un futur possible ».

Le futur est une zone de conflit, les gens veulent s’y projeter et se l’approprier, ce pourquoi il est important de le mettre en fiction.

Durant la guerre froide, chacun développait ses outils : quand le bloc de l’Est misait sur la statistique, les États-Unis misaient sur le croisement des opinions d’experts avec la méthode Delphi. Le design-fiction est un outil né il y a une dizaine d’années, par lequel on peut imaginer des visions de l’avenir qui se démarquent des visions dominantes. Il s’agit de stimuler l’imagination en « jouant » avec le futur. En imaginant des scénarios, en créant les maquettes de différentes versions possibles de ce que pourrait être demain.

Cette discipline est en construction. Avec le collectif Making Tomorrow, on fait de la recherche poussée pour en appréhender l’impact. Comment ces histoires ont-elles été appropriées par les organisations ? Ont-elles modifié les visions et actions des gens ? Le point de vue scientifique est indispensable pour évaluer la réalité de la chose.

Le manuel que nous publions ces jours-ci, Design fiction et plus pour votre organisation, un guide pour construire demain, présente les techniques nécessaires à la mise en œuvre d’une approche de design-fiction au service des stratégies et des organisations.

Les outils de notre époque (twitter, info en continu, vidéos tiktok, communication tous azimuts…) ont tendance à nous confiner dans l’immédiateté de l’actualité. Là, il s’agit de proposer des outils de réflexion pour le temps long ?

Le design-fiction veut amener les entreprises à se projeter au-delà des 3 à 5 ans d’exercice stratégique… sachant que ces délais sont eux-mêmes trop longs pour répondre à l’incertitude du monde dans laquelle nous naviguons !

C’est pour cela que l’exercice fait faire des allers-retours entre temps court et temps long. Se projeter dans ce qui semble essentiel à une prise de conscience collective pour une mise en mouvement à grande échelle, afin de réorienter l’action dans un sens souhaitable.

Outre l’entreprise, un domaine qui parait d’autant plus évident à l’heure de la guerre lancée par la Russie contre l’Ukraine, c’est celui de la défense. Vous travaillez avec les Armées –de terre, de l’air, de la marine.

Au sein de la « Red Team » dans laquelle j’interviens se rassemblent des auteurs, scénaristes de science-fiction, scientifiques et militaires, pour imaginer les menaces pouvant directement mettre en danger la France et ses intérêts. Elle a notamment pour objet d’anticiper les aspects technologiques, économiques, sociétaux et environnementaux de l’avenir qui pourraient engendrer de potentiels conflits à l’horizon 2030-2060.

Quels nouveaux types de conflits envisagez-vous avec cette méthode ?

Hacking des implants neuronaux, émergence de sphères communautaires développant une réalité alternative, bioterrorisme face au changement climatique, guerres cognitives s’appuyant sur la désinformation de masse, polarisation du monde en hyperforteresses et hyperclouds… Ou encore, plus « positivement » si je puis dire, guérison spectaculaire d’une patiente atteinte de stress post-traumatique par un implant neuronal qui modifie sa perception de la réalité. Voilà quelques exemples parmi d’autres.

Le scénario d’une guerre contre l’Ukraine avait semble-t-il été prévu, planifié, et même formulé par Poutine il y a plusieurs années.

Cela n’a effectivement pas empêché de se réveiller un matin en découvrant qu’il était passé à l’action.

On peut donc tout à fait imaginer, projeter, anticiper la catastrophe… sans pour autant mettre en place les moyens de s’en prémunir.

Quand des puissances sont asymétriques, la plus forte se croit tout permis. C’est ce que nous apprenait Thucydide déjà au Ve siècle avant Jésus Christ, racontant L’Histoire de la guerre du Péloponnèse opposant les Athéniens à la petite cité de Mélos. Dans le Dialogue mélien, dans la bouche des Athéniens, « la justice n’entre en ligne de compte dans le raisonnement des hommes que si les forces sont égales de part et d’autre ; dans le cas contraire, les forts exercent leur pouvoir et les faibles doivent leur céder ». C’est ainsi que les Athéniens mettent leur menace à exécution, assiègent la cité, tuent les hommes, esclavagisent femmes et enfants, et rayent Mélos de la carte…

Aujourd’hui quand l’Europe parait faible, tout le monde gueule. Et quand elle a des velléités de se doter d’une armée européenne supranationale, ou que des nations projettent d’augmenter le budget de leur propre Défense, l’acceptation des citoyens ne semble pas évidente. De ce point de vue, la réalité a ceci de particulier qu’elle a parfois la capacité de dépasser la fiction…

Revenons aux scénarios de design fiction. Ils sont souvent négatifs, dystopiques, alarmistes. En quoi imaginer le pire est-il plus pertinent, crédible, ou captivant que de prendre le parti de l’utopie ?

Nous les humains sommes des animaux à histoire : la narration est importante pour nous. Or on a tendance à vite s’ennuyer dans une utopie : vous n’allez pas passer deux heures au cinéma pour entendre parler d’un monde parfait. Vous vous attendez à une tension, un ennemi, une résolution ; une perspective étendue qui ait pour objectif de résoudre un problème.

Dans un exercice fait récemment on a demandé aux gens « comment mieux vivre ensemble en 2035 ». Ils ont partagé 40% d’utopies et 60% de dystopies. Le problème avec les utopies envisagées c’est qu’elles sont rarement originales : on tourne toujours grosso-modo autour des cinq mêmes scénarii : Ecotopia, utopia, la Belle Verte, les Cités Végétales de Schuitten etc. De plus on se retrouve avec une collection de points de vue, propres à ce que vit, pense, ressent, chaque personne, et ça ne fonctionne pas, parce qu’on ne vit pas les mêmes enjeux. A contrario, on se rend compte que raconter des dystopies offre des tractions plus fortes, une capacité supérieure à se projeter ensemble.

Des travaux de recherche ont été menés sur ce sujet. Et l’Histoire nous fournit des exemples de notre incapacité à créer des utopies globales qui marchent.

Nous on va chercher les conséquences inattendues, les usages non souhaitables, pour trouver les réponses. On assume les parts de l’ombre – pour le dire vite, on assume que votre voisin reste jaloux de votre nouvelle voiture-, on assume les complexités partant du principe qu’il n’y a et qu’il n’y aura pas de monde parfait.

Pour autant, il ne s’agit pas de faire de la peur le moteur central de la réflexion. Car projeter le pire n’est –heureusement- pas la garantie d’avoir raison ! J’aurai pu imaginer une dystopie il y a dix ans de la ville dans laquelle je vis, mais globalement il faut reconnaitre que la vie est chouette à Nantes…

Vous êtes récemment intervenu auprès de Reporters d’Espoirs. Que peuvent apprendre les journalistes des méthodes de prospective utilisées par les directions de la stratégie des grandes entreprises ou par l’armée, tout en restant attachés à leur mission première : rendre compte du réel ?

Remarquez que les journalistes sont parfois les personnages principaux de récits de science-fiction : c’est le cas du héros principal de la bande-dessinée Transmetropolitan (journaliste version extrême !) ; ou de celui d’Ecotopia [scénario d’un système économique et politique écologiquement vertueux, imaginé en 1975 par Ernest Callenbach] qui d’abord critique et cynique, finit par se convaincre de la pertinence du système qu’il découvre.

L’idée de l’exercice de créativité mené avec Reporters d’Espoirs à l’occasion de l’événement La France des solutions [le 15 décembre 2021] était de regarder ce que les imaginaires peuvent raconter à vous journalistes, qui avez souvent le nez dans le guidon de l’actualité. Les scénarios que l’on projette sur votre métier sont essentiellement dystopiques : un monde de l’information hacké, en proie aux fake news, en rupture avec les citoyens…Dans le monde de demain, votre métier de journaliste quel sera-t-il ? Bref, il s’agissait d’imaginer des versions de l’avenir du journalisme. Une manière de réfléchir à comment améliorer les choses, à comment éviter de laisser les autres choisir le futur de l’information à votre place.

Du point de vue du journalisme de solutions que promeut Reporters d’Espoirs, il me semble que c’est une perspective intéressante. Votre démarche -rendre compte des dysfonctionnements comme des remèdes- fait précisément écho à celle du design-fiction : envisager le scénario du pire tout en examinant comment l’éviter.

Les imaginaires sont importants, c’est le terreau de demain. Apprendre à tirer le fil sur la base de ce que vous décrivez des faits ici et maintenant pour aller plus loin que l’actualité, penser un temps un peu plus long pour le journalisme, est certainement utile.

Une innovation à partager avec la profession journalistique ?

Je suis fasciné par les débats qui se tiennent dans la twittosphère. Le sujet de « la vérité » y occupe tout un tas de gens. Pas seulement des complotistes, mais aussi des observateurs du complotisme et des gens de bonne volonté qui cherchent, travaillent sérieusement sur des dossiers, confrontent scrupuleusement des sources, s’efforcent de commenter de manière constructive… Ce sont souvent eux les « rois » de la newsroom sur les conflits. Regardez par exemple la section « War zone » du site américain thedrive.com : elle est alimentée par des spécialistes de la défense et la sécurité, et près d’un quart des contenus est constitué de tweets. Ils agrègent du factuel, des photos de googlemap, disent leur désaccord avec les twittos… prennent des précautions oratoires, reprennent leurs articles en fonction de l’interaction et affichent leurs modifications en transparence. De vrais geek contribuent, parfois des gamins de 16 ans qui auraient presque les capacités d’analystes de la NSA !

Voilà peut-être une inspiration pour des journaux que je trouve globalement très « top-down » et parfois trop lisses, trop contraints. Ils pourraient envisager des articles plus courts avec davantage de diversité de points de vue, des inserts de tweets, des justifications… Ce peut être utile pour contrer les complotistes qui disent à chaque fois « élargissez vos sources » : pourquoi ne pas insérer leurs tweets en démontant à quel point ils sont ineptes ?

L’idée d’un agrégat de flux d’informations qui permet de faire émerger de la sérendipité en interaction avec le journaliste me semble une piste à explorer. A vous, journalistes et rédactions, d’en décider !

Interview réalisée par Gilles Vanderpooten.

« Les voyageurs que l’on invite nous ressemblent. Leurs films aident chacun à prendre conscience de ses propres capacités » – Patricia Ondina, fondatrice du Festival du film Partances

By Home, InterviewsNo Comments

Amoureuse des périples hors des sentiers battus, Patricia Ondina a créé il y a vingt ans le festival de films de voyage et d’aventure « Partances » près de Toulouse. À l’approche de la 18e édition, elle partage sa conception du voyage et d’un certain cinéma documentaire « constructif ». Reporters d’Espoirs y sera, contribuera à l’animation du festival, et vous donne donc rendez-vous le week-end des 11, 12 et 13 mars à la salle Altigone de Saint-Orens (31). Pour découvrir le programme, rendez-vous sur www.partances.com.


Après une année d’absence, le festival Partances revient dans quelques jours pour mettre à l’honneur l’ouverture sur le monde, le voyage et l’aventure.

Évidemment, on est très heureux de reprendre de vraies rencontres. Avec comme thématique en clin d’œil à cette période mouvementée, « Contre vents et marées », qui reflète aussi les réalisations que l’on va donner à voir cette année.

Revenons-en aux origines : d’où est venue l’idée de votre festival de film de voyage et d’aventure ?

Le hasard des rencontres ! Mon conjoint et moi étions voyageurs, faisions et montions des films, des projets personnels que l’on n’osait pas vraiment présenter. Au fin fond de la Chine, nous avons rencontré les organisateurs d’un festival sur le voyage et l’aventure, auquel nous avons ensuite assisté à notre retour en France. Nous en sommes sortis éblouis et enthousiasmés de l’énergie qui s’en dégageait. Par la suite, nous avons eu la chance de voir nos films sélectionnés dans plusieurs festivals, ce qui nous a permis de mieux connaitre l’organisation des festivals et de nous émerveiller à chaque fois de la magie qui opérait.

Nous avons alors voulu reproduire dans notre région ces moments de découverte, d’évasion, d’ouverture au monde et de rencontres avec des gens qui font des choses incroyables.

Voyage et aventure sont aussi synonymes d’échange et de partage : c’est ce que vous faites en invitant acteurs, réalisateurs et producteurs de films documentaires.

L’objectif n’est évidemment pas de passer des films pour passer des films, mais bien de créer un véritable échange entre les réalisateurs ou les gens qui incarnent ces films et le public. Des temps permettent aux spectateurs de poser leurs questions, de rencontrer chacun des invités sur leur stand, d’échanger pendant les entre-actes… Et un voyage ça dure longtemps dans la tête !

Vous faites ainsi voyager vos spectateurs ‘par procuration’.

Parmi nos spectateurs, certains ne voyagent pas beaucoup alors que d’autres sont de vrais globe-trotteurs. Peu importe ! On peut voyager de mille façons, y compris à travers les livres et à proximité de chez soi. L’important c’est cette forme de communion à certains moments : des fenêtres que l’on ouvre, des univers que l’on essaie de faire découvrir.

Comment est établie votre programmation ?

Il est difficile de choisir, et c’est forcément injuste pour ceux qui ne figurent pas dans la sélection. Nous visionnons tous les films que nous recevons (il y en a beaucoup !) et faisons une sélection « aux tripes ». Nul besoin de films qui présentent un exploit, mais il faut qu’ils nous embarquent dans une aventure, ne nous lâchent pas, aient une connotation humaniste, incluent un échange avec les gens des pays visités – parce qu’effectivement, ce qui fait le voyage c’est aussi le partage. 

 « Contre vents et marées »  est le thème de cette 18e édition : vous mettez donc à l’honneur des personnes qui, confrontées à des obstacles, les ont surmontés.

La nature des obstacles peut être géographique ou liée à un parcours de vie. Dans tous les cas, « nos » aventuriers font preuve d’un sacré entêtement et d’obstination. Parce qu’il est difficile de se rendre aux Zanskar [région himalayenne très isolée] quand le seul moyen de traverse, le fleuve gelé, se met à dégeler en cours de route ; parce qu’il est dangereux de traverser la banquise au vu du réchauffement climatique ; ou encore parce qu’il est périlleux de vouloir participer à une course autour du monde quand on a seize ans, un rêve mais ni moyen ni expérience. Les films en sélection cette année mettent en lumière l’idée d’être endurant et tenace.

Dans la sélection figurent notamment deux documentaires dans le contexte de (l’après)guerre en Syrie et au Liberia, mais qui témoignent de la résistance de la société civile. Pourquoi avoir sélectionné « Daraya, une bibliothèque sous les bombes » et « Water gets no enemy » ?

Ces films peuvent a priori représenter des choix audacieux au regard de l’objectif du festival qui n’est pas de montrer la guerre ou l’horreur de la guerre, mais des gens qui dans des contextes particuliers parviennent à accomplir des choses exceptionnelles.

Dans Daraya, on suit de jeunes gens qui construisent une bibliothèque sous les bombes pour essayer de préserver un minimum d’enseignement, de culture et de normalité alors qu’ils subissent la guerre dans une partie de la Syrie.

Avec Water Gets No Enemy, on est au Libéria, pays qui n’est plus en guerre mais l’a été. Là, le sport et le surf en particulier sont prétextes à construire autre chose pour ceux qui ont vécu des choses difficiles, particulièrement les jeunes [qui ont parfois été enfants-soldats]. C’est une très belle histoire d’autant qu’au-delà de la promotion d’un sport et de ce que montre le film, les réalisateurs ont distribué et installé 70 filtres à eau dans des écoles, villages et dispensaires.

Seriez-vous une avocate du « cinéma de solutions », le pendant du journalisme constructif version 7e Art ?

Les films que Partances ne cesse de promouvoir depuis vingt ans témoignent de l’existence d’énergies formidables qui méritent d’être partagées. A côté des catastrophes dont témoignent les médias d’information, nous voulons révéler ce qui fonctionne, montrer qu’une rencontre avec l’autre n’est pas forcément une violence, mettre à l’honneur y compris dans les situations les plus terribles la capacité de gens qui se démènent, vont au bout de leur rêve, réalisent des choses… C’est pour ces raisons que ces films et documentaires nous font tant de bien. Les personnes et les voyageurs que l’on invite au festival pourraient, pour certains, être nos voisins, nous ressembler. Ce sont parfois des gens ordinaires qui accomplissent des choses extraordinaires. En cela leurs films aident chacun d’entre nous à prendre conscience de ses propres capacités.

Une interview réalisée par Morgane Anneix pour Reporters d’Espoirs