Skip to main content
Tag

toulouse

« Les voyageurs que l’on invite nous ressemblent. Leurs films aident chacun à prendre conscience de ses propres capacités » – Patricia Ondina, fondatrice du Festival du film Partances

By Home, InterviewsNo Comments

Amoureuse des périples hors des sentiers battus, Patricia Ondina a créé il y a vingt ans le festival de films de voyage et d’aventure « Partances » près de Toulouse. À l’approche de la 18e édition, elle partage sa conception du voyage et d’un certain cinéma documentaire « constructif ». Reporters d’Espoirs y sera, contribuera à l’animation du festival, et vous donne donc rendez-vous le week-end des 11, 12 et 13 mars à la salle Altigone de Saint-Orens (31). Pour découvrir le programme, rendez-vous sur www.partances.com.


Après une année d’absence, le festival Partances revient dans quelques jours pour mettre à l’honneur l’ouverture sur le monde, le voyage et l’aventure.

Évidemment, on est très heureux de reprendre de vraies rencontres. Avec comme thématique en clin d’œil à cette période mouvementée, « Contre vents et marées », qui reflète aussi les réalisations que l’on va donner à voir cette année.

Revenons-en aux origines : d’où est venue l’idée de votre festival de film de voyage et d’aventure ?

Le hasard des rencontres ! Mon conjoint et moi étions voyageurs, faisions et montions des films, des projets personnels que l’on n’osait pas vraiment présenter. Au fin fond de la Chine, nous avons rencontré les organisateurs d’un festival sur le voyage et l’aventure, auquel nous avons ensuite assisté à notre retour en France. Nous en sommes sortis éblouis et enthousiasmés de l’énergie qui s’en dégageait. Par la suite, nous avons eu la chance de voir nos films sélectionnés dans plusieurs festivals, ce qui nous a permis de mieux connaitre l’organisation des festivals et de nous émerveiller à chaque fois de la magie qui opérait.

Nous avons alors voulu reproduire dans notre région ces moments de découverte, d’évasion, d’ouverture au monde et de rencontres avec des gens qui font des choses incroyables.

Voyage et aventure sont aussi synonymes d’échange et de partage : c’est ce que vous faites en invitant acteurs, réalisateurs et producteurs de films documentaires.

L’objectif n’est évidemment pas de passer des films pour passer des films, mais bien de créer un véritable échange entre les réalisateurs ou les gens qui incarnent ces films et le public. Des temps permettent aux spectateurs de poser leurs questions, de rencontrer chacun des invités sur leur stand, d’échanger pendant les entre-actes… Et un voyage ça dure longtemps dans la tête !

Vous faites ainsi voyager vos spectateurs ‘par procuration’.

Parmi nos spectateurs, certains ne voyagent pas beaucoup alors que d’autres sont de vrais globe-trotteurs. Peu importe ! On peut voyager de mille façons, y compris à travers les livres et à proximité de chez soi. L’important c’est cette forme de communion à certains moments : des fenêtres que l’on ouvre, des univers que l’on essaie de faire découvrir.

Comment est établie votre programmation ?

Il est difficile de choisir, et c’est forcément injuste pour ceux qui ne figurent pas dans la sélection. Nous visionnons tous les films que nous recevons (il y en a beaucoup !) et faisons une sélection « aux tripes ». Nul besoin de films qui présentent un exploit, mais il faut qu’ils nous embarquent dans une aventure, ne nous lâchent pas, aient une connotation humaniste, incluent un échange avec les gens des pays visités – parce qu’effectivement, ce qui fait le voyage c’est aussi le partage. 

 « Contre vents et marées »  est le thème de cette 18e édition : vous mettez donc à l’honneur des personnes qui, confrontées à des obstacles, les ont surmontés.

La nature des obstacles peut être géographique ou liée à un parcours de vie. Dans tous les cas, « nos » aventuriers font preuve d’un sacré entêtement et d’obstination. Parce qu’il est difficile de se rendre aux Zanskar [région himalayenne très isolée] quand le seul moyen de traverse, le fleuve gelé, se met à dégeler en cours de route ; parce qu’il est dangereux de traverser la banquise au vu du réchauffement climatique ; ou encore parce qu’il est périlleux de vouloir participer à une course autour du monde quand on a seize ans, un rêve mais ni moyen ni expérience. Les films en sélection cette année mettent en lumière l’idée d’être endurant et tenace.

Dans la sélection figurent notamment deux documentaires dans le contexte de (l’après)guerre en Syrie et au Liberia, mais qui témoignent de la résistance de la société civile. Pourquoi avoir sélectionné « Daraya, une bibliothèque sous les bombes » et « Water gets no enemy » ?

Ces films peuvent a priori représenter des choix audacieux au regard de l’objectif du festival qui n’est pas de montrer la guerre ou l’horreur de la guerre, mais des gens qui dans des contextes particuliers parviennent à accomplir des choses exceptionnelles.

Dans Daraya, on suit de jeunes gens qui construisent une bibliothèque sous les bombes pour essayer de préserver un minimum d’enseignement, de culture et de normalité alors qu’ils subissent la guerre dans une partie de la Syrie.

Avec Water Gets No Enemy, on est au Libéria, pays qui n’est plus en guerre mais l’a été. Là, le sport et le surf en particulier sont prétextes à construire autre chose pour ceux qui ont vécu des choses difficiles, particulièrement les jeunes [qui ont parfois été enfants-soldats]. C’est une très belle histoire d’autant qu’au-delà de la promotion d’un sport et de ce que montre le film, les réalisateurs ont distribué et installé 70 filtres à eau dans des écoles, villages et dispensaires.

Seriez-vous une avocate du « cinéma de solutions », le pendant du journalisme constructif version 7e Art ?

Les films que Partances ne cesse de promouvoir depuis vingt ans témoignent de l’existence d’énergies formidables qui méritent d’être partagées. A côté des catastrophes dont témoignent les médias d’information, nous voulons révéler ce qui fonctionne, montrer qu’une rencontre avec l’autre n’est pas forcément une violence, mettre à l’honneur y compris dans les situations les plus terribles la capacité de gens qui se démènent, vont au bout de leur rêve, réalisent des choses… C’est pour ces raisons que ces films et documentaires nous font tant de bien. Les personnes et les voyageurs que l’on invite au festival pourraient, pour certains, être nos voisins, nous ressembler. Ce sont parfois des gens ordinaires qui accomplissent des choses extraordinaires. En cela leurs films aident chacun d’entre nous à prendre conscience de ses propres capacités.

Une interview réalisée par Morgane Anneix pour Reporters d’Espoirs

Les 22 et 23 septembre: le Train de la Relance et Reporters d’Espoirs sont à Toulouse pour mettre la lumière sur les initiatives en Occitanie

By AgendaNo Comments

Ces mercredi 22 et jeudi 23 septembre, Reporters d’Espoirs débarque avec « Le Train de la relance » à Toulouse pour mettre la lumière sur les initiatives qui font bouger la région Occitanie

Durant tout le mois de septembre, le Train de la Relance sillonne les 12 régions de France métropolitaine.

L’étape en région Occitanie se déroule à Toulouse les 22 et 23 septembre en présence d’invités exceptionnels, notamment le médecin et explorateur Jean-Louis Etienne.

Durant ces 48h, chacun est invité à venir découvrir le Train et participer à des animations et rencontres “positives” pilotées par le Printemps de l’Optimisme, à rencontrer son futur employeur sur le Village de l’Emploi animé par Pôle Emploi, à explorer les aides du plan de relance dont il peut bénéficier. Et à suivre en direct ou en rediffusion les émissions Reporters d’Espoirs.

Un Train ouvert au grand public pour présenter l’enjeu et l’impact du plan France Relance sur nos territoires et nos emplois

Avec France Relance, l’État se mobilise pour accompagner la sortie de crise, en investissant pour construire la France de 2030 : plus écologique, plus compétitive, plus solidaire.
Pour que la relance du pays soit une réussite, chaque Français doit s’en saisir à son échelle. Qui sont celles et ceux déjà engagés dans cet élan, au service du pays ? Quelles initiatives se déploient près de chez vous ? Quels outils sont mis à disposition des territoires et des Français par l’Etat pour soutenir l’effort de relance dont vous pourrez bénéficier ? Comment devenir à votre tour acteur de la relance ? 

Le train sifflera… 12 fois !  

6-7 septembre Paris Gare de l’Est

8-9 septembre Amiens

10-11 septembre Caen

13-14 septembre Rennes 

15-16 septembre Le Mans

17-18 septembre Orléans

20-21 septembre Limoges

22-23 septembre Toulouse

24-25 septembre Marseille

27-28 septembre Saint-Etienne

29 septembre Besançon

30 septembre Strasbourg

Les partenaires nationaux du Train de la relance : le Gouvernement, France Télévisions, Skyrock, Edf, Sncf, Le Printemps de l’Optimisme, Pôle Emploi, et Reporters d’Espoirs.

Au programme de l’étape en Occitanie, ces mercredi 22 et jeudi 23 septembre à Toulouse

∙         Concert de SHEIK OF SWING le jeudi 23 à 11h dans la gare

∙         Le Village de l’emploi

Son déploiement s’effectuera sur le parvis de la gare.
Animé par des conseillers de Pôle emploi, il mobilisera également des entreprises, notamment les partenaires EDF et SNCF.

Il est ouvert mercredi 13h-18h et jeudi 10h-14h

∙         Les rencontres à bord du train, voie 6 :

o    Visite du train-expo, librairie positive, animations mercredi 11h-15h et jeudi 11h-15h.

o    Animations dans la voiture Mobilisation des énergies positives animées par le Printemps de l’optimisme.

o    Coaching avec Skyrock pour réaliser son CV vidéo : s’inscrire pour une séance au 06 60 62 47 28, mercredi à 11h ou jeudi à 11h.

o    Ateliers : tout au long de la journée, La Ligue des optimistes de France vous propose des ateliers de développement personnel et des séances de coaching.

∙         Les Rencontres « 1 jeune, 1 solution »
Ces rencontres se tiennent en parallèle du passage du Train de la relance. À chaque étape, elles sont organisées dans une université partenaire – ici à l’Université de Toulouse. Leur objectif est d’informer au mieux les jeunes de chaque région sur les dispositifs qui les intéressent (insertion, emploi, permis de conduire gratuit, etc.).

Reporters d’Espoirs monte à bord du Train avec son studio-radio – et embarque le médecin et explorateur Jean-Louis Etienne, le journaliste François Saltiel, et des acteurs de solutions de la région

Sur chaque étape, en lien avec les médias locaux et ses journalistes-invités, l’ONG « pour une information qui donne envie d’agir » anime 3h de plateau radio filmée par étape dans son wagon-studio radio.Ces émissions seront transmises en direct et en replay.

L’opportunité d’inviter des porteurs d’initiatives économiques, sociales et environnementales qui témoignent qu’au-delà de la crise, la France bouge et se réinvente dans toutes les régions. Et d’examiner l’impact de « France relance » sur ses bénéficiaires entreprises, associations, acteurs publics et privés.

Cette coopération se place dans le droit fil de la mission de Reporters d’Espoirs : délivrer une information qui met en lumière les initiatives concrètes et constructives, et diffuse l’envie d’agir.

Ce mercredi 22 septembre : 3 émissions animées par le journaliste François Saltiel avec des acteurs de solutions invités en plateaux, à suivre sur www.reportersdespoirs.org/letrain

En partenariat avec La Dépêche du Midi et France Info.

Plateau 1 : 10h-11h L’Occitanie c’est… la mobilité 

  • Gil Bousquet, Journaliste – responsable Economie & Aéronautique, La Dépêche du Midi
  • Ange Nzihou,  Chercheur au Centre de recherche RAPSODEE: est l’un des pionniers de la valorisation des résidus.
  • Béatrice Korsakissok, Cofondatrice et Vice-Présidente de Syntony GNSS, Toulouse (31): conçoit des systèmes de navigation satellitaire réceptionnant les signaux GPS et Galileo.
  • Benjamin Talon, Cofondateur de l’entreprise SOBEN, Cahors (46): conçoit et fabrique en série des amortisseurs et des robots électriques autonomes TwinswHeel.

Plateau 2 : 13h-13h45 Oui, notre région a du talent !

  • Monsieur Étienne Guyot, Préfet de la région Occitanie
  • Jean-Louis Etienne, médecin, explorateur
  • Samuel Corgne, Dirigeant d’Ergo Santé, Gard (30): fabrique des équipements ergonomiques pour personnes handicapées.
  • Dominique Froment, Directrice du CROUS Toulouse, (31): le CROUS a mis en œuvre des opérations importantes de rénovation des logements étudiants.
  • 1 jeune 1 solution : Christophe Mozeer, Dirigeant de Mozeer Signal (MC4), entreprise de travaux publics basée à Portet sur Garonne (31)

13h45-14h Oui, notre région a du talent ! Jean-Louis Etienne en discussion avec des acteurs de solutions de son département, le Tarn

  • Ange Nzihou,  Chercheur au Centre de recherche RAPSODEE: est l’un des pionniers de la valorisation des résidus.
  • Myriam Joly, Missègle, « voisine » de Jean-Louis Etienne.

Plateau 3 : 14h-15h Ruralité et transition

  • Christophe Agnus, journaliste, président de Reporters d’Espoirs
  • Myriam Joly, Dirigeante de Missègle, Tarn (81): un atelier de confection et une marque de vêtements, spécialisée dans les fibres naturelles.
  • Margaux Zekri, Chargée de projet économie circulaire chez 3PAformation, Toulouse (31): propose des dispositifs allant de la découverte des métiers de la transition écologique jusqu’à la formation diplômante dans ce secteur.
  • Julie Bodeau, Chargée de mission chez Chambre régionale d’agriculture d’Occitanie: propose de lancer diagnostic bilan carbone de l’exploitation

Le parcours du train : traindelarelance.gouv.fr

Le programme des émissions Reporters d’Espoirs : reportersdespoirs.org/letrain

Votre contact presse

Anne Rabasse
Responsable RP Reporters d’Espoirs
06 62 59 41 41
anne.rabasse1@gmail.com

Reporters d’Espoirs à Toulouse pour les 3e Trophées des Solutions

By Agenda, FDS en régions, Les articlesNo Comments

Le Journal Toulousain est le 1er hebdo de solutions, chaque semaine il met à l’honneur des initiatives sociales et des projets innovants pensés par des citoyens soucieux de trouver réponses aux problèmes du quotidien. Le 18 avril au soir, se tient la troisième édition des Trophées des Solutions créés par le JT. Cet événement, prime les actions inédites menées par des citoyens, des associations, des collectivités ou encore des entreprises.

15 projets sont nommés selon 3 catégories :

SOCIALE – SOCIÉTALE – ENVIRONNEMENTALE

 

LES NOMINÉS 2019

  • Catégorie ENVIRONNEMENTALE

TerrOïko, qui signifie « territoire et lieu de vie », œuvre pour la préservation de la biodiversité. La start-up développe des outils et services pour les ingénieurs écologues.
Le 100e Singe propose un espace de coworking agricole en zone périurbaine, à 20 minutes à peine de Toulouse. Inédite, l’initiative vient de recevoir le soutien du Conseil départemental.
La Mairie de Blagnac a préempté 45 hectares pour dynamiser l’installation d’agriculteurs sur la zone des Quinze Sols. En partenariat avec le Marché d’intérêt national de Toulouse Occitanie.
Ethikis vient de lancer LongTime, le premier label européen contre l’obsolescence programmée.
Citoy’enR est une coopérative d’intérêt collectif qui produit de l’électricité à partir de panneaux installés sur des bâtiments publics ou privés de Toulouse et de ses environs.

  • Catégorie SOCIALE

Le Restô des Lacs, à Peyssies, au sud de Toulouse, a été racheté par un Établissement et service d’aide par le travail pour permettre à des travailleurs handicapés d’évoluer en milieu ordinaire.
Adepape 31, est une association de pupilles de l’État qui accompagne les jeunes majeurs quand ils perdent le droit aux mesures de protection de l’Aide sociale à l’enfance (ASE).
Le Carillon, est un réseau d’entraide qui propose aux commerçants d’afficher sur leur devanture les services qu’ils sont prêts à rendre gratuitement aux personnes sans domicile.
Le Garage pour Tous qui compte une vingtaine de salariés en réinsertion professionnelle, s’est donné pour mission de lutter contre l’exclusion.
Sens Dessus Dessous, association qui réalise des versions de films pour les sourds et malenten-dants, accompagne des évènements comme Cinélatino ou les soirées des Vidéophages.

  • Catégorie SOCIETALE

Le Codev, est un laboratoire d’idées composé de bénévoles issus de la société civile, qui organise régulièrement des cafés-débats autour des enjeux de développement de la métropole toulousaine.
Politizr, est une plateforme Web qui relie les citoyens à leurs élus. Sans prétendre apporter des solutions, elle se propose d’ouvrir les débats, voire de faire évoluer les points de vue.
Rallumons l’étoile ! souhaite mettre sur les rails un RER toulousain. Pour prouver la pertinence de son projet, le collectif prévoit de lancer la ligne Castelnau-d’Estretefonds – Baziège en 2019.
La Rap (Résistance à l’agression publicitaire), milite contre les effets négatifs des activités publicitaires sur l’environnement et les citoyens, par des actions spectaculaires et non violentes.
Le Gérontopôle du CHU de Toulouse, a mis au point une semelle révolutionnaire pour prévenir la perte d’autonomie des personnes âgées de plus de 65 ans.

 

Reporter d’Espoir est partenaire de cet événement, important pour le journalisme de solution. Gilles Vanderpooten sera en outre présent en tant que membre du jury.

Le Mouves organise la 6ème étape du Tour des régions de l’entrepreneuriat social à Toulouse!

By L'actu de Reporters d'EspoirsNo Comments

Composé de 7 évènements dans 7 régions, le Tour des régions de l’entrepreneuriat social organisé par le Mouvement des entrepreneurs sociaux (Mouves) a pour objectif de faire connaitre cette autre manière de faire l’entreprise et de créer un environnement favorable à son développement en faisant dialoguer les acteurs qui peuvent y participer (décideurs, entrepreneurs, professionnels, étudiants, …).
La région Midi-Pyrénées a été désignée « troisième région la plus dynamique » par le magazine économique Challenges et regorge d’atouts économiques (attractivité, filières d’excellences, infrastructures, etc.). Par ailleurs, Toulouse est la ville favorite des entrepreneurs sociaux pour sa politique locale en faveur de l’entrepreneuriat social (Baromètre BEST-CMN Partners – 2012).
Des conditions favorables au développement d’un entrepreneuriat social local que le Mouves souhaite vivement encourager.

Pour cela, il réunira les acteurs du développement économique du territoire (décideurs politiques, entrepreneurs classiques, entrepreneurs sociaux, étudiants, …) lors de la 6ème étape de son Tour des régions de l’entrepreneuriat social, le 16 avril à l’ESC Toulouse.
Cette journée affiche clairement comme ambition de construire de nouvelles alliances entre acteurs publics/privés et entreprises sociales au service du développement économique des territoires et de l’intérêt général. Ainsi, la programmation a été conçue pour faire émerger des solutions concrètes aux besoins sociaux du territoire : mobilité, diversité dans les ressources humaines, diversité dans les achats et circuits courts.

Synthèse du programme :

  • Matinée et après-midi – Des ateliers « Fabriques à solutions » mettront à contribution les participants pour répondre à des problématiques concrètes impliquant les entreprises sociales (mobilité, circuits courts, diversité dans les ressources humaines et diversité dans les achats d’entreprise).
  •  Grande soirée – Restitution des groupes de travail suivi d’une table ronde sur le thème «de nouvelles alliances au service du développement économique des territoires ».
  •  La journée se clôturera par un cocktail dans les locaux de l’ESC Toulouse.

Le programme détaillée et les inscriptions Ici

Première Journée Nationale de l’Accessibilité à Toulouse

By L'actu de Reporters d'EspoirsOne Comment

Le samedi 8 octobre 2011, une vingtaine de villes de France se mobilisera pour une cité accessible à tous. A Toulouse, 200 bénévoles sont attendus. Ils parcourront les rues de la ville à la recherche de lieux accessibles aux personnes à mobilité réduite et sensibiliseront les commerçants à l’importance de l’accessibilité.

Y a-t-il une cabine d’essayage adaptée dans ce magasin ?  Ce bar a-t-il des toilettes accessibles ? La douche de cette chambre d’hôtel est-elle de plain-pied ? Ce musée est-il équipé d’une boucle magnétique ? Pour une personne dite valide, ces questions ne se posent pas. Pourtant pour une personne à mobilité réduite (personnes en situation de handicap, certains seniors, parents avec une poussette, femmes enceintes etc), elles sont primordiales et touchent tous les aspects du quotidien : accès à l’éducation, aux transports, à la culture, aux loisirs, à la consommation… Sans accessibilité, pas d’intégration sociale ! Alors, le 8 octobre, mobilisons-nous pour une cité accessible !

Cette Première Journée Nationale de l’Accessibilité a pour objectifs de :

  • Évaluer le niveau d’accessibilité des établissements recevant du public (Mairie, bureau de poste, commerce, restaurant, banques etc.)
  • Aller à la rencontre des commerçants et les sensibiliser à l’importance de l’accessibilité
  • Mettre gratuitement à la disposition du public les informations sur les bonnes adresses accessibles  via le site www.jaccede.com.

Les Jaccedeurs recensent les lieux accessibles

Affiche JNA ToulouseGisèle, Bruno, Corinne, Sam, Laurence, Simon, Odile,… Grâce à l’engagement de Jaccedeurs à mobilité réduite et de leurs proches, vingt opérations auront lieu en simultané à Aix-en-Provence, Avignon, Châlons-en-Champagne, Évreux, Grenoble, Laon, Le Havre, Lisieux, Lyon, Marseille, Mouroux, Nantes, Nice, Paris, Rennes, Saint-Denis, Saint-Sébastien-sur-Loire, Sélestat, Toulouse et Villeneuve d’Ascq.

Pour une action de terrain efficace, Jaccede met un kit à la disposition des bénévoles. Il contient un mètre (pour vérifier la largeur des portes, l’espace dans les rayons, la hauteur d’une marche…), un plan de la zone à sillonner, des guides de sensibilisation pour les commerçants, des fiches pour recenser les lieux, une fiche mémo des différents critères, et des autocollants pour s’identifier auprès des commerçants.

Résolument positive et solidaire, la journée est ouverte à TOUS : personnes à mobilité réduite, personnes « valides », élus, étudiants, habitants, petits et grands… Des fauteuils roulants seront prêtés afin que les participants « valides » puissent tester par eux-mêmes, l’importance de l’accessibilité.

Pour participer à l’action de Toulouse, il suffit de s’inscrire sur www.jaccede.com.

Le programme de la Journée Nationale de l’Accessibilité à Toulouse

A Toulouse, les participants sont donc attendus le samedi 8 octobre, à partir de 10 h à la salle Barcelone. Ils seront accueillis et formés aux principaux critères d’accessibilité. Entre 11h30 et 15h30, ce sera le recensement proprement dit. Les bénévoles se retrouveront à 15h30 à l’Université Paul Sabatier pour saisir les informations recueillies pendant la journée sur le site www.jaccede.com. Enfin, un pot de clôture permettra à tous les participants de faire le bilan  de cette première Journée Nationale de l’Accessibilité à Toulouse.

 

Initiée par l’association Jaccede.com, cette première Journée Nationale est soutenue au plan national par le groupe NOVALIS TAITBOUT, l’Enseigne La Poste, SFR. Au plan local, l’initiative est soutenue par les Mairies de Toulouse et Ramonville St Agne, l’Université Paul Sabatier, le conseil Régional Midi-Pyrénées, Thales Alenia Space, et de nombreuses associations parmi lesquelles : SIAM/UFCV, TOULOUS’ ASSO, Unis Cité,  APIHMS, ARTIVITY, GIHP MP, ANPEA, SAHEHD-GAHMU, TRISOMIE 21 HG, Handi-Social, AAD MP, ADIM, AFEV 31, AFM 31, AFMPLR, AFSEP 31, AJH, AST, CMV, Comité Handisport MP, association Dominique, EMET, LE CRI 31, UMEN, UNADEV 31, UNAFAM 31, …