Skip to main content
Tag

ess

Thierry SIBIEUDE, cofondateur de la Chaire Innovation Sociale de l’ESSEC Business School

« L’économie sociale et solidaire porte des valeurs humanistes et il n’y a pas besoin d’être de gauche pour être humaniste. Il serait important qu’un certain nombre de journalistes et rédactions soient capables d’aller au-delà de la vision strictement politique des choses, en dépassant les idées reçues. »

By Home, InterviewsNo Comments

Thierry SIBIEUDE, cofondateur de la Chaire Innovation Sociale de l’ESSEC Business School

Professeur Fondateur en 2003, avec Anne Claire Pache, de la Chaire Innovation et Entrepreneuriat Social de l’ESSEC, première initiative du genre consacrée à l’impact social et environnemental dans une Grande Ecole, Thierry Sibieude, docteur en géographie et gestion de l’environnement, est un pilier de la vulgarisation de l’économie sociale et solidaire (ESS) en France.

Reporters d’Espoirs a publié avec lui son premier cours en ligne intitulé « Mieux comprendre l’ESS pour mieux en parler », disponible gratuitement sur Coursera.

A l’occasion des 20 ans de la Chaire et de son départ à la retraite, Thierry Sibieude revient sur son engagement et sur l’avenir de l’ESS.

« Economie sociale et solidaire » et « école de commerce » peuvent paraitre antinomiques. Vous avez œuvré au rapprochement de ces deux mondes en créant la chaire Innovation Sociale à l’ESSEC. Pourquoi ?

Très engagés dans le mouvement associatif parental au service des personnes handicapées, nous avons créé en 1993, mon épouse et moi, une association pour l’accompagnement des enfants autistes. Par ailleurs mon élection à la vice-présidence du conseil départemental du Val d’Oise m’a conduit à interagir fréquemment avec de très nombreuses associations, notamment dans le domaine de l’environnement et dans le secteur social et médico-social. J’ai ainsi constaté qu’il y avait matière à optimiser les choses, avec plus d’engagement et plus de professionnalisme dans l’organisation et le management.  De ce constat est née cette chaire.

Son objectif était à l’époque, en les adaptant aux spécificités du secteur, de transposer des méthodes fonctionnant dans l’entreprise dans les organisations qui travaillent pour l’intérêt général. Des grandes mutuelles au premier rang desquelles la MACIF, et plusieurs acteurs de l’ESS ont été d’accord pour nous accompagner, parce qu’eux aussi avaient identifié un besoin de professionnalisation en termes de management, de gestion de leurs activités, en complément et au service de leur mission sociale.

20 ans après, quel bilan tirez-vous de cette expérience ?

Quand on a fêté les 20 ans de la chaire le 20 juin dernier sur le campus à Cergy, 200 étudiantes et étudiants sur les 450 que j’ai eu le bonheur d’accompagner dans leur parcours au sein de la chaire étaient présents. Plus de la moitié d’entre eux sont aujourd’hui engagés dans des projets professionnels au service de l’intérêt général, dans des associations, structures de l’ESS, ou départements responsabilité sociale des entreprises (RSE) et même ressources humaines (RH) de grandes entreprises. C’est une belle réussite pour un projet pionnier à l’époque, qui a permis de développer les thématiques de l’ESS d’abord au sein de l’ESSEC puis d’autres écoles.

Nous avons à l’ESSEC créé tout un écosystème : le programme d’égalité des chances à l’école « Pourquoi pas moi ? », l’incubateur social des entreprises de l’ESSEC, un laboratoire d’évaluation de l’impact social des entreprises, les Chaires Philanthropie puis Economie Circulaire… ce qui positionne l’école dans une pratique de longue date et crédibilise son discours.

Il y a 20 ans, c’était assez marginal ! Maintenant les enjeux de l’ESS, et dans le prolongement la RSE, le développement durable et la transition écologique, sont de plus en plus abordés, partout en France et dans toutes les écoles. Nous avons fait école !

Qu’est-ce qui est différent aujourd’hui d’il y a 20 ans dans votre manière d’aborder l’ESS ?

Il y a 20 ans, je travaillais avec ceux qui le voulaient, des volontaires, des jeunes engagés et soucieux de leur responsabilité mais aussi de leur impact sur la société.  Maintenant, ces questions-là concernent tout le monde, et rentrent dans le socle commun de nombreux cursus universitaires. Il faut sensibiliser tous les étudiants de tous les programmes et les former à ces dimensions de l’activité de l’entreprise : il y a donc un défi lié changement d’échelle de ce que nous avons construit. Nos réalisations constituent le noyau et la base de la politique globale de l’Essec au regard des enjeux environnementaux et sociaux.

Comment la France se positionne-t-elle ?

Il est difficile d’établir des classements par pays, mais il est clair que le secteur de l’ESS est très présent en France. Il s’est développé dans le cadre de luttes pour la conquête et la défense de libertés collectives, à travers les mouvements syndicaux et politiques engagés à gauche. Il ont ainsi contribué au déploiement de cette économie qui prenait plus en compte des dimensions humaines et sociales que la dimension financière. Les coopératives agricoles ont aussi joué un rôle important pour répondre aux besoins de l’alimentation et du développement des territoires.

Aujourd’hui, la question des limites du modèle uniquement fondé sur la finance se pose dans tous les pays européens, et tous les pays cherchent des solutions.

Quel regard portez-vous sur la médiatisation de l’ESS ?

Paradoxalement, l’ESS est faiblement médiatisée, alors que c’est une économie dont les caractéristiques devraient séduire les journalistes, notamment ceux qui n’ont pas une formation économique très développée. Dans l’ESS, il n’y a pas d’actionnaires à rémunérer, il y a une logique de marché dans le sens où la concurrence existe et qu’on n’est pas dans un monopole d’Etat mais la priorité reste à la mission sociale de l’organisation (mutuelle, coopérative, association ou Fondation).

De plus, elle repose souvent sur de véritables histoires humaines, que ce soit dans le secteur du logement, de la dépendance, des personnes handicapées, de l’alimentation ou bien encore de l’accès au travail : autant de questions qui donnent lieu à des actions sociales. Mais les acteurs de cette économie souffrent d’un déficit d’image et de médiatisation.

D’où la démarche de créer un « MOOC » (cours en ligne) sur le sujet avec Reporters d’Espoirs ?

Tout à fait ! Pour médiatiser plus facilement et de façon plus pertinente l’ESS, il est essentiel de présenter les bénéfices qu’elle génère et la qualité des solutions qu’elle propose pour la société. C’est ce qu’on essaie de faire avec le MOOC réalisé avec Reporters d’Espoirs. Nous sommes partis du constat que si les journalistes ne parlent pas d’ESS, c’est parce qu’ils ne savent pas ce que c’est. Donc ce support est fait pour les aider et c’est pourquoi il s’intitule « Mieux comprendre l’ESS pour mieux en parler ».

L’ESS c’est des histoires individuelles et des aventures collectives particulièrement riches et emblématiques qui participent à la gestion du bien commun et qui valent la peine d’être racontées. Il faut multiplier les relais et accroître la diffusion de ces initiatives qui méritent respect et considération.

Du côté des acteurs de l’ESS, une grande partie dans le domaine associatif notamment, disent ne pas s’intéresser au marketing, à la communication, aux relations presse. Pourtant ils doivent, dans leur intérêt et dans celui de celles et ceux qu’ils ont choisi de servir, se saisir sans états d’âme des outils et moyens qui permettent de se faire connaître et de promouvoir la cause qu’ils défendent. En même temps, c’est aux journalistes d’aller au-delà des apparences et d’effectuer un travail d’analyse et de mise en perspectives des activités de l’ESS pour les traiter avec à-propos et objectivité.

De quelles apparences parlez-vous ?

De la vision très stéréotypée selon laquelle l’ESS serait un monde de bisounours réservé à la gauche. Que l’on trouve plus souvent ces valeurs dans des partis de gauche, oui, mais pas exclusivement. L’ESS promeut des valeurs humanistes et il n’y a pas besoin d’être de gauche pour être humaniste. Il serait important qu’un certain nombre de journalistes soient capables d’aller au-delà de la vision strictement politique des choses, en dépassant les idées reçues.

Le groupe Bayard Presse est par exemple très pertinent dans son traitement de l’ESS, avec notamment La Croix, Le Pèlerin.  Ce qu’il faudrait, c’est par exemple que Les Echos, Le Monde, Le Point s’engagent avec une vraie démarche d’analyse sur ces thématiques pour les présenter à leurs lecteurs.

Quels sont les principaux enjeux de l’ESS à l’avenir ?

C’est indiscutablement l’évaluation de l’impact social de son action.  Avec trois dimensions. D’une part positionner des actions par rapport aux objectifs du développement durable qui constitue un cadre de référence connu et accepté par tous. Ensuite comment maximiser l’impact sur les populations que l’on sert. Enfin, comment s’investir dans la coopération avec d’autres acteurs, pour faire bouger les lignes.

Propos recueillis par Samuel Delwasse.

Une du Pèlerin du 25 août 2022

[Série ESS750] Sur le chemin de Compostelle, un père et son fils rencontrent les acteurs de l’Economie Sociale et Solidaire. Reporters d’Espoirs x Pèlerin suivent leur périple.

By HomeNo Comments

Le Pèlerin et Reporters d’Espoirs s’associent pour vous faire découvrir le périple de Thierry et Martin Sibieude pendant 2 mois.

Chaque semaine, du Puy-en-Velay à la frontière pyrénéenne, suivez les aventures et les rencontres des deux baroudeurs sur nos sites internet et dans Le Pèlerin. Ce jeudi 25 août, Le Pèlerin, magazine hebdomadaire, leur consacre un article et sa Une pour présenter le parcours et les raisons de cette aventure.

*

Leur complicité saute aux yeux. Thierry et Martin Sibieude sont assis à l’ombre des parasols, à la table d’un café. Les paroles fusent et trahissent l’enthousiasme qui anime père et fils. Mardi 23 août, ce duo à l’énergie contagieuse s’est lancé sur les routes avec un projet ambitieux: marcher 750 kilomètres au départ du Puy-en-Velay (Haute-Loire) sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, à la rencontre des acteurs de l’économie sociale et solidaire. Malgré une préparation physique digne d’athlètes professionnels, Martin est songeur: « Tant de kilomètres, c’est encore abstrait, c’est fou de se dire que nous allons fouler chaque centimètre de cet itinéraire. »


> Pour lire l’intégralité de l’article de Thérèse Thibon dans Le Pèlerin, cliquez ici

29-30 août # RDV sur notre stand aux Rencontres des Entrepreneurs de France, Paris

By Agenda, HomeNo Comments

L’équipe de Reporters d’Espoirs vous attend aux Rencontres des Entrepreneurs de France organisées par le MEDEF, lundi 29 et mardi 30 août 2022 à Paris.
Venez nous rencontrer sur le stand AÉSIO mutuelle qui nous accueille fort aimablement et où nous serons à votre disposition :
👉 Pour parler médias et information porteuse de solutions
👉 Pour vous présenter en avant-première nos actions à venir notamment la Revue Reporters d’Espoirs
👉 Pour parler économie sociale et solidaire et innovation sociale, en vous dévoilant en avant-première le programme #jinvESStigue qui sera lancé en octobre.

Le programme de l’événement : https://www.laref.org

Reporters d’Espoirs s’associe à l’ADASI et au RAMEAU pour la sortie du livre « Oser l’intérêt général ! »

By Agenda, Les articlesNo Comments

Livre « Oser l’intérêt général ! »
12 dirigeants racontent comment leur parcours d’accompagnement a été un levier de développement

 

 

Depuis quelques années, les acteurs d’intérêt général sont confrontés à des défis de transformation majeurs : un accroissement et une complexification des besoins sociétaux ainsi que la nécessité d’y répondre dans un contexte de raréfaction des ressources.

L’accompagnement des structures d’intérêt général et notamment l’accompagnement stratégique, est un enjeu majeur tant pour elles-mêmes que pour leurs parties prenantes. Il a d’autant plus d’impact lorsqu’il s’intègre dans un parcours qui permet de répondre pleinement aux besoins identifiés.

Afin de mieux rendre compte de l’utilité des parcours stratégiques pour les projets d’intérêt général, l’ADASI et Le RAMEAU ont souhaité donner la parole à celles et ceux qui l’ont vécu  à des moments charnière de leur projet.
Les témoignages de douze dirigeant(e)s associatifs ont donné lieu au livre « Oser l’intérêt général ! » qui a été présenté en avant-première le 6 juin lors d’une matinée-débat dans les locaux d’AG2R LA MONDIALE.

Les interviews ont été réalisées par le journaliste Sébastien Poulet-Goffard, dans un travail éditorial accompagné par Reporters d’Espoirs.

 

> Le livre est disponible en numérique aux Editions du net sur ce lien

Agenda et appels à projets de l'économie sociale et solidaire en Ile-de-France

By L'actu de Reporters d'EspoirsNo Comments

Agenda de l’Atelier Ile-de-France

L’agenda de l’Atelier Ile-de-France – Centre de ressources de l’économie sociale et solidaire, vient d’être mis à jour.

Parmi les rendez-vous les plus marquants : le Forum national des associations et fondations (27/10), la Semaine de la finance solidaire et le Salon Handicap et Emploi (03/11), la conférence « Transformons nos territoires » (04/11) et bien d’autres événements majeurs de l’économie solidaire et sociale.

L’Atelier Ile-de-France organisera et participera avec ses partenaires à diverses interventions : Mois de l’économie sociale et solidaire (01/11), rencontre de Barcamp (10/11), Atelier Recherche d’emploi seniors (03/11) ou encore Atelier « Economie sociale et solidaire, avenir des territoires durables » (23/11).

Appels à projets de l’Atelier Ile-de-France

D’autre part, l’Atelier Ile-de-France présente plusieurs appels à projets dans le domaine de l’économie sociale et solidaire :

 

A propos de l’Atelier Ile-de-France :

L’Atelier – Centre de ressources de l’économie sociale et solidaire a pour objet de favoriser le développement et la promotion de l’économie sociale et solidaire sur le territoire francilien. Cette association a été créée à l’initiative du Conseil régional d’Île-de-France, de la CRESS IDF, de diverses collectivités territoriales et de l’ensemble des acteurs du secteur.

 

Cécile Monnier

4e édition nationale du Mois de l’Economie Sociale et Solidaire

By L'actu de Reporters d'EspoirsOne Comment

Le Mois de l’Economie Sociale et Solidaire en France est une initiative des Chambres Régionales de l’Economie Sociale pour faire découvrir au plus grand nombre, pendant un mois, et au travers d’initiatives les plus diverses possibles, une autre façon de concevoir l’économie.

Le Mois de l’Economie Sociale et Solidaire, c’est :

  • Plus de 175 000 participants attendus.
  • Plus de 1500 manifestations partout en France, grâce à la mobilisation de près de 800 organisateurs.
  • Un programme constitué de journées portes ouvertes, visites d’entreprises, forum de l’emploi, témoignages d’acteurs.
  • Un site Internet dédié : www.lemois-ess.org.

Qu’est-ce que l’Economie Sociale et Solidaire ?

Il existe  des entreprises responsables qui se distinguent par leur mode d’organisation et leur finalité. Elles ont établi depuis plus d’un siècle des règles du jeu originales :

  • elles rassemblent des personnes motivées par la mise en œuvre d’un projet,
  • elles concilient objectifs d’intérêt collectif et activités économiques,
  • elles intègrent dans leur organisation et dans leur fonctionnement démocratie, innovation et développement durable.

Ces entreprises sont des coopératives, des mutuelles, des associations, des structures d’insertion par l’activité économique, des fondations… Elles sont présentes sur tous les secteurs d’activités, de la banque à la culture, en passant par le commerce équitable. En France, elles représentent plus de 215.000 établissements employeurs, soit 9,1% des entreprises farnçaises et plus de 2,2 millions de salariés, soit près de 10% du total de l’emploi salarié en France.

Participer et inscrire une manifestation

Les organisateurs des manifestations proposées dans le cadre du Mois de l’Economie Sociale et Solidaire doivent être :

  • des acteurs de l’économie sociale et solidaire : associations, coopératives, mutuelles, fondations des entreprises de l’ESS, SIAE, syndicats employeurs de l’ESS…
  • des collectivités, des institutions ou émanations d’institutions engagées dans une démarche de soutien et de développement de l’économie sociale et solidaire.

Pour inscire une manifestation, merci de remplir un formulaire d’inscription.

Vous pouvez retrouvez le programme complet de votre région sur www.lemois-ess.org.