AgendaHome

Coup de projecteur sur l’ESS avec le Prix de l’innovation sociale 2022

By 14 octobre 2022No Comments

« L’économie sociale et solidaire, un sujet médiatique ? », voici la question à laquelle nous avons tenté de répondre lors de l’atelier-débat organisé par Reporters d’Espoirs dans les locaux de France Télévisions ce lundi 10 octobre.

En présence d’une quarantaine de journalistes économiques et acteurs de terrain et en compagnie de Raphaëlle Duchemin qui animait cette soirée, nous avons présenté notre nouveau programme J’invESStigue et ses 4 piliers :

  • le MOOC « Mieux comprendre l’économie sociale et solidaire pour mieux en parler » (lancé le 17 octobre sur coursera),
  • l’étude qualitative et quantitative sur la médiatisation de l’ESS (dont la synthèse est disponible ici, et la version complète sera en ligne le 20 octobre)
  • le Tour des Reporters d’Espoirs
  • ainsi que le Prix Reporters d’Espoirs de l’innovation sociale.

S’appuyant sur les résultats de l’étude, nous avons partagé les enseignements à retenir, leviers et bonnes pratiques à encourager pour assurer à l’économie sociale et solidaire un traitement médiatique conforme à ce qu’elle représente et aux tendances qu’elle influence dans le monde économique.

> Les résultats de l’étude qualitative synthétisés ici

BÉRANGÈRE DUNGLAS LAURÉATE DU PRIX REPORTERS D’ESPOIRS DE L’INNOVATION SOCIALE 2022

La journaliste de France 3 Normandie s’est vue remettre le Prix de l’innovation sociale par Marie-Laure Augry (Vice-présidente des Assises du journalisme, ex-journaliste-présentatrice et médiatrice de France 3), membre d’un jury composé notamment de Cécile Allegra (documentariste, lauréate du Prix Albert Londres 2015), Sébastien Bohler (Neuroscientifique, auteur, journaliste, rédacteur en chef de la revue Cerveau & Psycho), Claire Léost (Présidente de Prisma Media, romancière), ou encore Alfred de Montesquiou (Grand reporter (Prix Albert Londres), réalisateur).

> Voir la liste complète des membres du jury

En proposant dans la région de Rouen de petits logements à bas prix, le programme « Un Toit vers l’Emploi » de l’association Entrepreneurs du Monde créée par Franck Renaudin, permet d’accompagner des personnes sans-abris dans leur réinsertion. De petites maisons en bois, rebaptisées « Yoops », parfois louées sur des emplacements mis à disposition par la ville de Rouen, représentent une aubaine pour des personnes à la recherche de logements abordables comme étape dans un parcours de reconstruction.

Bérangère Dunglas s’est intéressée à la faisabilité économique du modèle mis en place par Franck Renaudin. « Je connaissais vaguement l’ESS avant ce documentaire, explique-t-elle. C’est l’initiative en elle-même qui m’a parlée, plus que la volonté de traiter un sujet d’une entreprise de l’ESS. Ce qui était intéressant avec Franck, c’était la volonté de mener des actions pour aider les autres, mais dans un cadre professionnel, en créant une entreprise, des emplois. Les sans-abris ne reçoivent rien. On ne leur donne pas les logements, ce n’est pas simplement une démarche caritative, ils doivent payer un loyer et participer à ce projet ».

De gauche à droite, Catherine André (journaliste et membre du jury), Raphaëlle Duchemin (journaliste), Bérangère Dunglas (journaliste et lauréate du Prix de l’innovation sociale 2022), Marie-Laure Augry (membre du jury) et Gilles Vanderpooten (directeur général de Reporters d’Espoirs).

Un axe du programme, visant un accompagnement vers l’insertion socio-économique des sans-abris via la structure associative « Case départ », s’appuie sur des bénévoles et des subventions de l’État. Ce n’est en revanche pas le cas de l’axe principal de « Un Toit vers l’Emploi ». Franck Renaudin a créé « La Fabrik à Yoops », entreprise chargée de la construction de ces logements, dont le coût sera amorti au fil des années par les loyers modérés versés par les locataires. « C’est bien la preuve qu’on peut avoir des entreprises sociales qui font partie de l’économie, sans vivre de subventions, et qui ont un modèle économique indépendant et viable », ajoute Bérangère. La mise à l’honneur de cette initiative dans un tel reportage est encourageante pour les acteurs d’un modèle parfois méconnu du grand public. « Je suis convaincu que, par son modèle autonome et social, l’ESS peut être un pont entre grands groupes et institutions publiques », se réjouit Franck Renaudin.

L’ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE, UN SUJET MÉDIATIQUE ?

Reporters d’Espoirs a réalisé, en parallèle d’un cours en ligne sur l’ESS destiné principalement aux étudiants en journalisme et aux journalistes professionnels, une étude à la fois qualitative et quantitative. Cette étude s’intéresse à : Comment l’ESS est-elle traitée dans les médias généralistes ? Comment les journalistes l’appréhendent-ils ? Comment les acteurs de l’ESS perçoivent-ils le sort qui leur est réservé médiatiquement ?
Avec 60 journalistes et 8 acteurs de terrain, nous avons ainsi tenté d’analyser la sphère médiatique et son rapport à l’ESS.

  • Si 95% des journalistes interrogés disent éprouver un intérêt pour l’ESS et y voir un modèle alternatif prometteur…
  • …58% admettent ne connaître que moyennement ce que recouvre l’ESS
  • …et seuls 24% admettent traiter « souvent » de ce secteur.
  • 45% des journalistes admettent que l’ESS est absente des sujets évoqués lors des conférences de rédaction.
De gauche à droite. Franck Renaudin (porteur du programme Un Toit vers l’Emploi), Bérangère Dunglas (journaliste et lauréate du Prix de l’innovation sociale 2022), Erwann Tison (directeur des études à l’Institut Sapiens) et Raphaëlle Duchemin (journaliste et membre du jury)

C’est là tout le défi auquel l’ESS est confrontée pour sa visibilité : comment peut-elle sortir de son statut de sous-sujet, trop souvent restreint au champ associatif subventionné ? Comment parvenir à la « banaliser » – c’est-à-dire à admettre qu’elle représente un modèle économique efficace qui a sa place au même titre que d’autres modèles économiques – tout en valorisant ses spécificités ? Erwann Tison, directeur d’études à l’Institut Sapiens, esquisse une cause en même temps que quelques pistes pour y remédier : « Le déficit dont l’étude rend compte, explique-t-il, tient à deux principaux biais selon moi. D’un côté, l’ESS est une discipline bicentenaire qui est rentrée comme normative dans les études économiques et sociales. D’un autre côté, il y a un accord tacite pour ne pas se mélanger à certaines structures, pour une question de valeurs. Pour caricaturer on a ‘les méchants capitalistes’ d’un côté et ‘les saints coopérativistes’ de l’autre. Alors qu’en réalité les deux mondes sont très complémentaires et l’ESS peut faire le pont entre l’économie publique et privée. Il y a encore beaucoup de chemin à faire, et, de par le mouvement de rupture insufflé par l’ESS, on ne pourra pas survivre dans notre monde sans une révolution de l’économie traditionnelle ».

Dans le cadre de ce travail, Reporters d’Espoirs bénéficie du mécénat d’AESIO mutuelle, deuxième acteur mutualiste de France spécialisé dans la protection des personnes.

Leave a Reply