All Posts By

Gilles Vanderpooten

L’interview de Xavier Antoyé, rédacteur en chef du Progrès, Le Bien Public, et Le Journal de Saône et Loire

By InterviewsNo Comments

Nous l’avons la chance de pouvoir interroger Xavier Antoyé à l’occasion de l’étape lyonnaise du Tour des Reporters d’Espoirs, qui nous a mené à la rencontre du Progrès, du Club de la presse de Lyon, et de l’école de journalisme de l’ISCPA.


Quelques mots sur votre parcours ?

Journaliste de Presse Quotidienne Régionale depuis plus de 30 ans, j’ai effectué la moitié de ma carrière au Dauphiné Libéré, et suis aujourd’hui rédacteur en chef de 3 des 9 titres du groupe EBRA : Le Progrès, Le Journal de Saône et Loire et Le Bien Public.

Quelle place pour le journalisme de solutions dans les innovations du Progrès ?

L’ensemble de notre groupe de presse, EBRA, s’est engagé depuis plus d’un an dans cette démarche. Pour nous, le journalisme de solutions c’est le journalisme du « comment ». On ne cherche pas à répondre simplement aux 5W [technique d’écriture utilisée par les journalistes] car ce n’est plus suffisant aujourd’hui. Il faut aussi dire « comment résoudre le problème ». Pour compléter la fameuse phrase d’Albert Londres, il devient nécessaire d’aussi panser les plaies. Dénicher les idées qui permettent d’avancer fait désormais partie intégrante de notre rôle.

Notre credo c’est que chacun détient une partie de la solution. Un problème global et mondial nécessite des initiatives locales. En tant que quotidien régional, il est primordial pour nous d’en parler à nos lecteurs.

Un exemple d’initiative entreprise par votre journal ?

L’ensemble du groupe EBRA* a lancé depuis un an le supplément thématique hebdomadaire « Ici, on agit », qui traite de la lutte contre le réchauffement climatique. C’est un supplément commun à nos 9 journaux, diffusé à plus de 900 000 exemplaires. Nos rédactions s’emparent chaque mois d’une thématique, par exemple les mobilités, le traitement de l’eau, ou le rôle du télétravail dans la diminution de l’empreinte carbone des entreprises. Nous cherchons à mettre en avant des initiatives locales et à les décrypter. C’est un journalisme de solutions et d’investigation, qui expose un problème et explique les réponses qui ont été mises en œuvre pour y remédier. L’enquête est au cœur du journalisme de solutions. Notre ambition est d’apporter des idées concrètes qui donnent envie d’agir à nos concitoyens.

*Le groupe EBRA comporte 9 titres régionaux référents de l’Est de la France : Le Républicain Lorrain, L’Alsace, Le Progrès, Le Journal de Saône et Loire, Le Bien Public, Le Dauphiné Libéré, L’Est Républicain, Dernières Nouvelles d’Alsace, Vosges Matin

Propos recueillis par Gilles Vanderpooten


« Sur ma chaîne YouTube dédiée à l’agriculture, je tâche d’éviter la béatitude tout autant que la condamnation absolue. C’est la clé d’un dialogue serein entre citoyens et agriculteurs. » Pierre Girard

By Interviews, L'actu de Reporters d'Espoirs, L'actu des médiasNo Comments

Pierre Girard est un journaliste et présentateur de télévision français, né le 16 novembre 1982 à Strasbourg. Depuis janvier 2009, il présente Xenius sur Arte, le magazine quotidien de la connaissance. En 2019, il crée Tous Terriens, une chaîne YouTube sur l’agriculture de solutions.

Read More

« J’ai le sentiment qu’un monde plus empathique est en train de se construire, mais dont peu de médias parlent » Etienne Pflimlin, président de la Fondation du Crédit Mutuel

By Interviews, L'actu de Reporters d'Espoirs, L'actu des médias, PrixNo Comments

Étienne Pflimlin est le président de la Fondation du Crédit Mutuel, qui œuvre à la promotion de la lecture et de la langue française, avec une forte dimension de lutte contre l’exclusion économique et sociale. La fondation a soutenu plus de 1500 actions de terrain depuis sa création, et a permis de donner une dimension européenne au Prix Reporters d’Espoirs en direction des jeunes de 18 à 30 ans. Ancien président du Crédit Mutuel, européen convaincu, Etienne Pflimlin partage son sentiment quant au traitement médiatique des questions européennes.

Read More

« Serait-ce le retour d’une société unie par un récit collectif ? » Virginie Raisson-Victor

By Interviews, L'actu de Reporters d'Espoirs, L'actu des médiasNo Comments

Virginie Raisson-Victor, analyste en politique internationale et co-auteure pour la célèbre émission pédagogique d’Arte Le Dessous des Cartes, lance le Grand Défi des entreprises pour la planète.

Virginie Raisson-Victor, analyste en politique internationale, co-auteure pour le magazine géopolitique Le Dessous des Cartes à l’antenne d’Arte depuis 1990, et cofondatrice du Lépac (Laboratoire d’Études Politiques et Cartographiques), a récemment lancé Le Grand défi (ex Convention21). Avec 150 représentants d’entreprises françaises tirées au sort, cette initiative inspirée de la Convention citoyenne pour le climat, vise à formuler 100 recommandations d’actions prioritaires pour « décarboner l’économie, régénérer la biosphère et mettre en œuvre une économie compatible avec les limites planétaires ». Les acteurs des médias sont appelés à y prendre part. Entretien.


Comment appréhendez-vous la place des médias aujourd’hui ?

Je pense qu’il devient urgent de repenser la sphère médiatique, qui diffuse chaque jour un lot d’informations négatives, pas toujours représentatives de la réalité mais presque toujours anxiogènes.

Je ne supporte plus d’écouter les informations ou de les regarder à la télévision. L’information en continu ne m’apporte rien de neuf sur ma vision du monde. Je préfère lire la presse qui offre un recul sur l’actualité chaude. Le monde médiatique dans lequel je me retrouve est celui qui prend le temps d’analyser et d’être au plus près des faits. Réaliser une émission de vulgarisation scientifique comme Le Dessous des Cartes, nécessite un arbitrage long et coûteux. Je suis consciente que la pression économique et rédactionnelle empêche les journalistes de s’adapter à ce modèle, et c’est pour cela, je pense, que les médias doivent se réinventer.

A propos du climat, comment devrait-il être selon vous traité médiatiquement ?

Déjà, il faut enseigner ce volet de la réflexion sur le climat dans les écoles de journalisme. Si j’avais un conseil à adresser aux journalistes : lire la synthèse du GIEC et se former, par exemple avec la Fresque du Climat qui en simplement trois heures offre déjà une approche très enrichissante. Ensuite, tant que l’on pensera le climat comme devant se résumer à des pages « planète » au lieu de le considérer comme un sujet transversal, sociétal, politique et économique, il sera très difficile de progresser. Les journalistes doivent saisir le climat non comme un sujet en soi, mais comme un sujet qui rassemble toutes les problématiques actuelles.

Sur le climat toujours, vous avez récemment lancé le projet du Grand Défi des entreprises pour la planète.

L’idée est née avec la Convention citoyenne pour le climat qui, au-delà des polémiques autour de la loi climat a montré l’importance de la pédagogie et du rôle de l’information pour éclairer la décision. Partant de là, nous avons donc décidé avec Jérôme Cohen [Président d’ENGAGE, dont l’ambition est « d’aider les citoyens et les entreprises à se saisir des grands défis du XXIe siècle »] d’adapter ce format aux entreprises, afin de les intégrer au processus de transition écologique. Car les entreprises sont clairement au cœur de la transition. Nous avons donc d’abord écrit une tribune, qui a été signée par plusieurs centaines de scientifiques, d’intellectuels, d’associations, et publiée dans les Échos en décembre 2020. C’est ainsi qu’est né le Grand défi.

Pour avoir un débat le plus inclusif et ouvert possible, nous avons ensuite défini un processus en trois phases.

La première est une phase de consultation des parties prenantes de l’entreprise, mais aussi de la société civile organisée et des territoires.

La seconde phase est celle de l’élaboration des 100 propositions d’actions par les représentants de 150 entreprises tirés au sort. Pour mener leurs travaux, ils seront répartis en trois collèges (dirigeants, salariés et investisseurs) et suivront une session qui leur permettra de « mettre à niveau » leurs connaissances et objectifs sur le climat et la biodiversité

La troisième phase est celle de la diffusion. Par exemple, les propositions seront remises aux acteurs économiques mais aussi à la nouvelle assemblée et au nouveau gouvernement. Au même moment, nous lancerons une plateforme collaborative dédiée à la transformation des entreprises afin qu’elles y trouvent aussi bien des données et des analyses que les outils nécessaires et les solutions disponibles. Pendant cette phase, les médias seront des acteurs clés du succès.

Que souhaitez-vous faire aboutir avec ce processus de convention climat qui impliquera très fortement le monde entrepreneurial ?

Encore aujourd’hui, l’entreprise à la française se pense comme un système pyramidal. Or l’efficacité d’organisations comme Le Grand Défi, Time For The Planet [mouvement visant à rassembler 1 milliard d’euros pour créer 100 entreprises luttant contre le réchauffement climatique] ou d’autres, s’explique par le pari de l’intelligence collective. Notre société change et s’adapte aux nouvelles mentalités. La nouvelle génération se pense comme un collectif. Elle partage tout : les appartements, les vélos, l’engagement et les convictions. Une entreprise qui intégrera l’inclusivité et le collectif prendra de l’avance sur les autres. La réflexion sur le climat et la construction d’un avenir commun ont dessiné de nouvelles perspectives d’entrepreneuriat coopératif. Il faut comprendre que la relation hiérarchique professionnelle n’est plus ajustée aux réalités sociétales. Le bien commun semble reprendre du terrain aux intérêts particuliers. Serait-ce le grand retour d’une société unie par un récit collectif ?

Comment les médias peuvent-ils prendre part à ce changement ?

Déjà, en rapportant ce récit collectif qui est en train d’émerger. Ensuite, il faut repenser la galaxie de l’information. On sait qu’une majeure partie de la population s’informe sur les réseaux sociaux. Aussi les influenceurs et youtubeurs doivent être autant considérés que les médias traditionnels. La clé de ce changement c’est la pédagogie et l’enseignement. C’est pourquoi le Grand Défi tient à embarquer les médias dans cette aventure. Ils se doivent d’être acteurs d’une information libre et documentée pour lutter contre l’information qui désespère et l’éco-anxiété. La situation est grave mais la seule solution c’est de continuer d’espérer et de s’engager. L’action libère et rend optimiste. ■

Propos recueillis par Gilles Vanderpooten

L’interview de François Saltiel, journaliste et membre du Prix Reporters d’Espoirs

By Interviews, L'actu de Reporters d'Espoirs, PrixNo Comments

« Les réseaux sociaux peuvent créer de l’engagement, de l’espoir et des réactions positives, plus qu’aucun média n’aurait pu imaginer »

François Saltiel, journaliste à Arte et France Culture, enseignant à l’IFP (Institut Français de Presse) et cofondateur de l’association d’éducation aux médias et du Festival Txiki dans les Pyrénées-Atlantiques, rejoint le jury du Prix Reporters d’Espoirs 2021 dont les lauréats seront dévoilés le 24 juin. Il nous confie son regard sur les nouveaux médias, revient sur son parcours, et partage la manière dont il voit évoluer ses étudiants de 20 ans -lui qui fête tout juste son 40e anniversaire – auprès desquels il enseigne le journalisme.


Gilles Vanderpooten – De ton ouvrage « Le vendeur de thé qui changea le monde avec un hashtag » (Flammarion, 2018) ressort l’idée que les réseaux sociaux peuvent être utiles et diffuser l’envie d’agir. « Un magnifique tapis volant à emprunter pour découvrir le monde » écris-tu.

François Saltiel – On a souvent tendance à ne considérer que les aspects négatifs des réseaux sociaux. Ils existent mais permettent aussi à des gens des quatre coins du monde de se rejoindre sur une idée, se fédérer, se rencontrer et parvenir à faire avancer les choses. #MeToo est un bel exemple : il a libéré la parole des femmes et l’écoute des hommes et a mis sur le devant de la scène la question du harcèlement. Il a permis une prise de conscience et dans certains cas un renforcement du système législatif. De même #Blacklivesmatter a permis de rendre visible la violence policière à l’égard d’une communauté et de faire en sorte que les gens se réunissent. Je trouve que ce sont des usages qui montrent la force et la puissance des réseaux sociaux.

« Le vendeur de thé qui changea le monde avec un hashtag », que j’évoque dans l’un des chapitres du livre, c’est l’histoire d’une photographie d’un très beau vendeur de thé pakistanais de 18 ans qui a été massivement diffusée sur les réseaux sociaux au moment où le contexte politique était très tendu entre l’Inde et le Pakistan, notamment dans la région du Cachemire. Cette photographie est parvenue à fédérer et apaiser les tensions entre des Indiens et des Pakistanais qui ensemble se sont mis à la relayer. A son insu, le vendeur de thé est devenu une sorte d’ambassadeur, le temps d’une trêve, de la trêve du thé. C’est un exemple témoignant que les réseaux sociaux peuvent créer de l’engagement, de l’espoir et des réactions positives, plus qu’aucun média n’aurait pu imaginer.

Comment mets-tu en pratique l’idée d’être « reporter d’espoir »?

Je me rends compte que mes chroniques même les plus légères suscitent l’intérêt des gens parce qu’il y a un véritable besoin d’espoir, une envie, dans un espace médiatique assez saturé d’informations négatives qui se répètent. J’essaie de relayer au maximum les histoires de femmes et d’hommes qui se regroupent, militent, se lancent des défis sur les réseaux sociaux pour nettoyer les plages, les rues, distribuer de la nourriture à des gens qui en ont besoin. Ces histoires suscitent un élan favorable. J’essaie par cette pratique de casser le cliché journalistique selon lequel il serait nian-nian de parler des choses qui vont bien.

Quelques mots sur ton parcours dans le monde des médias ?

J’ai démarré le journalisme quand j’avais 20 ans grâce à un stage à la rédaction de Culture Pub, une émission qui a marqué ma génération, et j’y suis resté assez longtemps. De petits reportages en plus grands formats de 52 minutes, j’ai fait de la production et de la radio. Jusqu’à ce que j’arrive il y a cinq ans sur le plateau de 28 Minutes sur Arte [rendez-vous quotidien d’Arte pour décrypter l’actualité en France et à l’international, animé par Elisabeth Quin et Renaud Dély].

En parallèle j’anime des émissions de débats sur France Culture.

J’anime aussi une association d’éducation aux médias avec laquelle j’organise des événements, dont le Txiki festival qui réunit chaque année des enfants autour du cinéma et de l’éducation aux images, et mène des interventions dans les collèges et lycées. Il me parait essentiel de donner des outils à la nouvelle génération pour la compréhension des usages du numérique. On dit souvent que c’est la génération des « digital natives » et que les outils numériques n’ont aucun secret pour eux. C’est un mythe : ce n’est pas parce que tu as grandi avec que tu sais t’en servir.

Tu côtoies les jeunes également en tant qu’enseignant en journalisme.

J’enseigne à Paris II, à l’IFP (Institut Français de Presse) et ai enseigné durant dix ans à Paris III – Sorbonne-Nouvelle. L’enseignement a toujours accompagné mon parcours. Je fais partager mon savoir et je reçois des étudiants leur expérience, leur vision du monde, leur manière d’aborder les médias. L’un des problèmes de notre société étant le cloisonnement générationnel, je suis convaincu qu’il faut trouver un moyen de se reconnecter. L’université me sert à prendre le pouls d’une jeunesse qui m’aurait sans doute échappé si je n’étais pas enseignant.

Cette jeunesse qui a 20 ans en 2021, aborde-t-elle le métier d’une manière spécifique ?

Je trouve la jeunesse d’aujourd’hui plus aguerrie aux pratiques du métier, plus critique, plus consciente que l’était ma génération, peut-être parce qu’elle dispose d’outils plus sophistiqués. Les jeunes de 20 ans sont conscientisés, avec une véritable prise de position. Ils ont d’ailleurs souvent une lecture très subjective des choses.

Je pense qu’un journaliste subjectif, incarné, peut exister. On sait tous que lorsqu’on aborde un sujet on y va avec un a priori, avec une idée, avec une pensée. Il faut être assez mature, honnête, pour se rendre compte que ce que tu pensais au départ va être contredit par la réalité du terrain. On a tendance dans le journalisme à raconter les choses de manière manichéenne. Un gentil et un méchant, c’est plus facile à appréhender. La difficulté dans ce métier est d’accepter et d’intégrer la nuance, et surtout, de la transmettre. La jeunesse a peut-être une vision du monde un peu fermée, ancrée, qui se confronte à la réalité lors de ses premiers pas dans le métier. Mais je préfère un jeune qui a une vision un peu radicale plutôt qu’un jeune qui n’a pas de vision du tout.

 

Il faut donc une bonne dose de curiosité lorsqu’on est journaliste, pour s’aventurer au-delà de ses sujets de prédilection !

Oui, on dit qu’il faut « savoir penser contre soi-même », sortir de sa zone de confort, être curieux. On a tendance à mettre naturellement à l’écart les sujets que nous ne connaissons pas, par facilité. Je crois beaucoup que la curiosité journalistique nous amène à nous intéresser à des thématiques qui a priori ne nous intéressaient pas, et qui se révèlent finalement passionnantes… et parfois davantage que nos sujets de prédilection. Un journaliste n’est pas un sachant ni un expert, il apprend beaucoup pour transmettre au mieux, et c’est ce qui est si passionnant dans ce métier : l’on ne cesse d’apprendre.

Tu nous fais le plaisir de rejoindre le jury du prix Reporters d’Espoirs. Qu’en attends-tu ?

J’attends de la surprise ! Quand je dis surprise, ce n’est pas forcément un artifice, je n’attends pas des productions fantasques, j’attends une surprise qui n’est pas gratuite. Le sel d’un reportage n’est pas toujours dans l’originalité du sujet, mais aussi dans la personnalité du journaliste : son angle, son écriture, le ton utilisé, au service du message et des informations transmises.

Propos recueillis par Gilles Vanderpooten


A propos de Reporters d’Espoirs & du Prix

Le Prix Reporters d’Espoirs met à l’honneur depuis 2004 les journalistes, innovateurs des médias, et étudiants-futurs professionnels des médias, pour leurs sujets traités sous l’angle « problème + solution ». Il a distingué plus de 100 lauréats depuis sa création, et célèbrera en 2021 sa 11e édition. Le Prix a permis à des journalistes de défendre leur travail au sein de leur rédaction, de gagner en notoriété auprès du public, de maintenir ou développer leurs rubriques, ou encore de convaincre leur média de la pertinence du journalisme de solutions. Le Prix s’inscrit dans la mission de Reporters d’Espoirs « pour une info et des médias qui donnent envie d’agir ».

Gian-Paolo Accardo, membre du jury du Prix européen – La rencontre

By Interviews, L'actu de Reporters d'Espoirs, L'actu des médias, PrixNo Comments

Gian-Paolo Accardo est un journaliste italo-néerlandais né à Bruxelles, fondateur et rédacteur en chef du site d’information Voxeurop (www.voxeurop.eu). Il a précédemment été rédacteur en chef adjoint de Presseurop.eu, de Courrier international et correspondant pour Internazionale, des médias réputés pour leur ouverture sur les langues européennes et leur horizon s’étendant au-delà des frontières nationales. Vous l’avez peut-être également entendu sur les ondes de France Inter, où il a longtemps contribué aux émissions dédiées au continent comme « Allô, l’Europe » et « Transeuropéenne » aux côtés de José-Manuel Lamarque et Emmanuel Moreau.


 

L’Europe, à vos yeux et par votre parcours, est une évidence !

Complètement. J’ai grandi et fait mes études entre Bruxelles, Rome et Paris. Après des stages et des piges entre la France et l’Italie, mon premier poste était à Internazionale, l’homologue italien de Courrier international, que j’ai rejoint par la suite à Paris et où je suis resté une quinzaine d’années. Mes cinq dernières années là-bas d’ailleurs ont été consacrées à PressEurop, traitant de l’actualité européenne en dix langues. En 2014, nous reprenions cette ligne éditoriale avec la même équipe mais sous un autre nom : c’est la naissance de Voxeurop, pour lequel je travaille toujours avec autant d’acharnement et de passion.

Pourquoi Voxeurop ? Avez-vous identifié un manque dans le paysage médiatique ?

Depuis que je m’intéresse à la presse et à l’information européenne, je remarque que l’Europe est de plus en plus intégrée mais qu’il n’existe pas de média européen ou paneuropéen pour la raconter, pour aborder les grandes thématiques qui circulent sans frontières notamment le climat, l’éducation ou encore le chômage des jeunes. Au niveau de l’Union européenne, nous avons trois piliers que sont le législatif, le judiciaire et l’exécutif sans pour autant avoir le quatrième pouvoir que constitue une presse libre et indépendante.

Pour toucher un maximum de lecteurs européens, vous avez décliné Voxeurop en plusieurs langues.

Nous pensons que si l’on souhaite s’adresser aux citoyens européens, il faut s’adresser à chacun dans sa langue. Aujourd’hui, les contenus de Voxeurop sont disponibles en anglais, français, italien, allemand et espagnol.

 

Le journalisme de solutions, est-ce une démarche qui vous parle et que vous pratiquez ?

Par nature, j’ai tendance à penser que « good news is no news »… mais que cet adage était valable jusqu’à une époque où le nombre de bonnes nouvelles était relativement élevé. Avec la crise, nous avons pu observer l’émergence d’une résistance par rapport aux mauvaises nouvelles, qui coïncide avec une baisse du budget consacré à la réalisation des reportages, qui sont les plus vecteurs de bonnes nouvelles. Le journalisme de solutions s’est affirmé au moment où la crise est devenue plus importante parce que les citoyens étaient plus réceptifs. Le journalisme de solutions, pratiqué avec rigueur et déontologie, n’est d’ailleurs pas en contradiction avec la Charte de Munich, un des documents de référence de l’éthique journalistique. L’enthousiasme et l’engagement dans l’information ne sont pas à proscrire dans la mesure où ils sont transparents.

Nous concevons à Reporters d’Espoirs le journalisme de solutions comme une méthode, et estimons que chaque journaliste peut faire preuve du même professionnalisme, du même regard critique et détachement vis-à-vis du sujet de son reportage, qu’il traite de problème ou de réponse à un problème. Il peut tout à fait traiter de réponses concrètes, de prise d’initiative, sans pour autant être engagé ou céder à l’éloge !

Le journaliste est un être humain. Aussi, prétendre qu’il est neutre partout et tout le temps est une chimère. Dans les reportages, par exemple, l’auteur ne se met pas forcément en retrait. Cela aide d’ailleurs le lecteur à se plonger dans son travail. La clé est l’honnêteté dans la transmission de l’information et la transparence à l’égard du lecteur.

Pensez-vous qu’il existe un journalisme européen ?

Le journalisme européen est composite. Je distingue le journalisme paneuropéen, tel qu’il est pratiqué par Voxeurop avec une vision transnationale, des journalismes nationaux qui composent une mosaïque de pratiques distinctes formant un tout. Dans les coalitions de grands quotidiens européens comme LENA (Leading European Newspaper Alliance, rassemblant 7 journaux de 7 pays) ou Europa, un des principaux obstacles que rencontrent les rédactions est que l’adaptation des articles entre les différents médias est relativement difficile. De ce point de vue, il n’y a pas un journalisme européen unique mais toute une mosaïque de pratiques journalistiques à l’échelle européenne.

Merci Gian-Paolo de rejoindre le jury du Prix européen du jeune reporter. En quoi vous retrouvez – vous dans cette initiative ?

Je suis tout à fait curieux de découvrir le fonctionnement du journalisme de solutions, les sujets qui intéressent les jeunes reporters tout autant que le langage qu’ils utilisent. C’est une opportunité de plonger dans le bain de la nouvelle génération de reporters. Enfin, si les reportages des lauréats du Prix européen du jeune reporter sont de grande qualité, il me semble envisageable de les publier et de les traduire en plusieurs langues sur Voxeurop.

Propos recueillis par Inès Barbe et Gilles Vanderpooten, Reporters d’Espoirs.


A propos de Reporters d’Espoirs & du Prix

Le Prix Reporters d’Espoirs met à l’honneur depuis 2004 les journalistes, innovateurs des médias, et étudiants-futurs professionnels des médias, pour leurs sujets traités sous l’angle « problème + solution ». Il a distingué plus de 100 lauréats depuis sa création, et célèbrera en 2021 sa 11e édition. Le Prix a permis à des journalistes de défendre leur travail au sein de leur rédaction, de gagner en notoriété auprès du public, de maintenir ou développer leurs rubriques, ou encore de convaincre leur média de la pertinence du journalisme de solutions. Le Prix s’inscrit dans la mission de Reporters d’Espoirs « pour une info et des médias qui donnent envie d’agir ».

[Sur la route du tour] Rencontre avec Chantal Pétillat, rédactrice en chef de La Nouvelle République du Centre-Ouest

By Interviews, L'actu de Reporters d'Espoirs, Sur la route du tourNo Comments

« En plus de donner un formidable écho aux initiatives locales, pratiquer le journalisme de solutions est formateur et stimulant pour la rédaction d’un journal régional comme le nôtre »

 

Chantal Pétillat est la rédactrice en chef de La Nouvelle République du Centre-Ouest, journal qui irrigue quotidiennement à plus de 150 000 exemplaires les régions Centre-Val de Loire et Nouvelle-Aquitaine. Nous l’avons rencontrée ce mardi à Tours en compagnie de Mémona Hintermann et d’une trentaine de journalistes connectés depuis quatre départements, à l’occasion de la première étape du « Tour des Reporters d’Espoirs ». Cette initiative nous conduit tout au long de l’année 2021 à rencontrer médias et écoles de journalisme des régions de France.

Chantal, la presse régionale et vous, c’est une longue histoire, une véritable passion !

L’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine (IJBA) où j’ai réalisé mes études, m’a donné l’occasion de toucher un peu à tout : radio, télévision et presse écrite. La presse écrite m’a tout de suite intéressée, en lien sans doute avec la licence d’histoire que j’avais obtenue auparavant.

J’ai travaillé dans plusieurs quotidiens, à Sud-Ouest et au Courrier Picard, avant de rejoindre La Nouvelle République, où je pense avoir occupé tous les postes envisageables. Rédactrice dans une départementale, secrétaire de rédaction, et surtout « localière » dans des bureaux détachés – autrement dit journaliste qui couvre une zone géographique en particulier. C’est ainsi que j’ai réalisé toute ma carrière jusqu’à présent dans la presse quotidienne régionale.

Jusqu’à aboutir à la rédaction en chef !

Oui et, entre temps, j’ai formé la rédaction à une nouvelle ligne éditoriale, j’ai pu travailler au secrétariat général de la rédaction, ou encore être détachée sur le numérique.

Quelles sont vos thématiques de prédilection ?

Toutes les thématiques m’intéressent ! Et d’être « localière » m’a passionné, avec cette idée de proximité avec un territoire que l’on appréhende dans sa profondeur et à travers ses spécificités économiques et sociales. Ce qui est enrichissant, c’est la grande diversité des rencontres.

Quelle est votre conception d’un « journalisme de solutions » ?

Il s’agit de donner la parole à celles et ceux qui agissent concrètement dans la perspective de faire bouger les lignes. Nous suivons les initiatives dans le temps. Nous racontons leurs difficultés, leurs réussites. Nous les mettons « en vitrine ».

C’est un élément de la raison d’être de la presse quotidienne régionale ?

Complètement. La presse quotidienne régionale diffuse des solutions auprès des lecteurs mais aussi auprès des acteurs locaux. Sa force est le maillage serré des territoires. Les médias nationaux en tirent d’ailleurs d’innombrables idées. Nous mettons la lumière sur ces personnes qui innovent et qui font des choses parfois incroyables à leur échelle. Au-delà de la proximité, la presse quotidienne régionale bénéficie d’une vraie fiabilité.

Avez-vous une rubrique dédiée aux initiatives ou est-ce une démarche transverse ?

Prenons une illustration. Lorsque nous réalisons le portrait de Solange qui accueille des personnes âgées chez elle dans une petite ville. A travers son histoire, nous en venons à envisager la question des personnes âgées dans sa globalité, problématique qui relève de la politique sociale. Ainsi, nous mettons en lumière des initiatives, pour les contextualiser dans une problématique globale rencontrée sur le territoire.

On pourrait dire que l’on pratique cette démarche depuis longtemps sans le savoir. D’un autre côté, il faut admettre que le journalisme de solutions ne parle pas encore à l’ensemble des journalistes. Je suis convaincue qu’il s’agit d’un chemin que l’on doit approfondir. C’est en ce sens que nous avons participé à l’opération 24h pour La France des solutions coordonnée par Reporters d’Espoirs. Parce qu’en plus de donner un formidable écho aux initiatives locales, c’est formateur et stimulant pour notre rédaction.

Comment aller plus loin selon vous ?

Aujourd’hui, relayer les initiatives ne suffit plus. Il est désormais indispensable de s’interroger sur l’utilité du message. Le journaliste n’est plus seulement un fin observateur des territoires, le journal n’est plus uniquement le « miroir de la vie locale ». Il me semble que nous devons adopter de nouvelles façons de travailler sur les territoires, en coopération plus étroite avec les citoyens.

Vous avez déjà posé un nouveau jalon en ce sens, sur les questions climatiques et de biodiversité.

Nos journalistes ont en effet créé un groupe Facebook intitulé Foutue Planète ?. C’est un lieu qui est source d’enquêtes. On y partage informations, initiatives et réflexions sur l’environnement, le climat et la biodiversité. A l’initiative de cinq journalistes de La Nouvelle République et Centre Presse, il rassemble toutes les bonnes volontés qui veulent agir ou réagir face au dérèglement climatique.

 

Entretien entre Chantal Pétillat et Gilles Vanderpooten, retranscrit par Inès Barbe, Tours le 9 mars 2021.

Journalisme temps

Entretien avec Gaspard Koenig, défenseur d’un journalisme qui prend le luxe de se laisser le temps

By Interviews, L'actu de Reporters d'Espoirs, PrixNo Comments

« Je suis fermement convaincu que le journalisme c’est du terrain, du terrain, du terrain. Ce que je fais, c’est carte blanche, aléatoire : l’essence du journalisme. J’invite les candidats à faire de même. » Koenig 

Le philosophe Gaspard Koenig revient d’un périple de quatre mois à cheval à travers l’Europe. Il nous fait le plaisir de rejoindre le jury du Prix Reporters d’Espoirs, et partage à cette occasion avec nous des rencontres qui l’ont fait évoluer, sa conception de l’Europe, de la liberté, et d’un journalisme qui prend le luxe de se laisser le temps.


Vous revenez d’un voyage de quatre mois à cheval, 2500 kilomètres à travers l’Europe, sur les pas de Montaigne qui avait entrepris le même chemin en 1580 – du Périgord à Rome, en passant par Meaux, ou Mulhouse. Vous aviez pour objectif de « faire revivre l’humanisme européen », l’avez-vous rencontré ?

L’humanisme européen, c’est assez vague comme projet de départ : « humaniste » parce qu’à la rencontre des gens. Mais c’est chemin faisant que les choses se précisent ou non. Or je n’ai pas trouvé de sentiment d’appartenance européenne sur mon passage. Dire qu’il existe une culture ou des idées européennes ne me semble pas très conforme à ce que ressentent les gens. Les Humanistes du XVIe siècle étaient européens, mais parler d’un « humanisme européen », au final, me semble surjoué.

Vous avez peut-être en revanche rencontré une certaine forme d’humanisme en rencontrant des gens ?

Oui, et il se caractérise pour moi par le fait qu’on arrive encore à voyager et à rencontrer des gens hors de tout schéma préétabli, hors de toute application, de toute chose planifiée. C’est là, en étant rendu à l’aléa, qu’on trouve une forme de liberté. Ça fait beaucoup de bien dans un monde de plus en plus normé, où il faut décliner son identité à tout bout de champ. Cette manière de voyager à cheval m’a affranchi de toutes ces procédures de contrôle.

Le fait de réaliser ce périple à cheval a-t-il apporté quelque chose de particulier en termes relationnels ?

A voyager à cheval, il est certain qu’on entre plus facilement en contact avec les gens. Les rencontres se font sur un pied d’égalité, et elles ne sont pas liées aux opérations d’un algorithme. Je suis parti avec des bagages très réduits pour des questions de poids, avec l’idée d’être constamment hébergé, comme un voyageur qu’on accueille gracieusement, sur un bout de canapé. Avec l’idée de prendre non pas les chemins noirs mais de rencontrer la modernité – celle des grandes villes, des banlieues, des nationales, d’Orléans, de Florence… et de provoquer dans cette modernité une forme de disruption, de trouble, qui redonne de la vie, apporte de la spontanéité.

C’était aussi plus facile de réaliser ce voyage à cheval. En effet, si vous arrivez en citadin, vous mettez des mois à franchir les barrières, les biais, les filtres, alors que là, comme cavalier, les gens ne vous demandent pas vraiment ce que vous faites. J’ai été accueilli dans une relation simple et d’égalité. De fait, j’ai cette possibilité d’être à leur table, de partager leur diner, de voir ce dont les gens parlent entre eux, sans biais d’observation.

Au terme de ce périple j’ai l’impression d’être moins « hors sol » qu’avant, d’avoir rencontré des gens très accueillants. La relation d’hospitalité comme la palette des relations humaine font apparaitre une conception à part, même si elle est éphémère puisque la relation est de courte durée. Elle est très claire en même temps que très forte. Je suis d’ailleurs encore en contact avec beaucoup d’entre eux.

Comment avez-vous vécu cette grande aventure à travers l’Europe ? Quel sentiment cette dernière a-t-elle suscité ?

En quatre mois et demi, je n’ai quasiment jamais rencontré d’hostilité. Le cheval inspire la sympathie, la confiance, l’idée de prendre soin de sa bête, ou encore un côté peluche de l’animal. C’est un moyen extraordinaire pour gagner les cœurs, aussi je partais avec un avantage. Traverser l’Europe tout seul, partout, y compris dans la banlieue de Meaux ensoleillée, cela permet un enrichissement intérieur exceptionnel ! J’ai également pu prendre du recul sur les gros titres des journaux et sur l’idée que la société serait au bord de l’explosion.

Montaigne voulait « parler aux gens de ce qu’ils connaissent », qu’en pensez-vous ?

Le biais des sondages est incroyable : quand on demande aux gens « vous sentez-vous abandonnés ? » ils répondent « oui », se conformant gentiment aux stéréotypes que l’on porte sur eux et notamment concernant ce qu’on nomme « la France périphérique ». Or les gens avec peu de revenus peuvent ne pas se sentir pauvres.

Je suis passé par la diagonale du vide. Ce ne sont pas les régions les plus riantes, pour autant les gens détestent qu’on s’apitoie sur eux, en leur nom ou même sur les plateaux télé. Ils veulent qu’on les laisse vivre. Le vrai ressentiment est lié à l’impression que « le centre » prend des décisions extrêmement détaillées qui ne correspondent pas au terrain. Ces êtres se sentent alors enfermés dans des univers normatifs trop complexes, presque intrusifs.

La demande générale reste la suivante : « laissez-nous vivre, on se débrouille bien, qu’on nous laisse gérer ». Tous les gens que je fréquentais étaient ou soutenaient les gilets jaunes. Une norme de plus – pour les gilets jaunes une nouvelle limite de vitesse sur les routes nationales-, quelle qu’ait été la norme, ça fait déborder.

Ce voyage vous a-t-il amené à changer de point de vue ?

Il y a énormément d’aspects sur lesquels j’ai changé. Notamment sur ma relation au travail manuel, à la question du low-cost, au droit des animaux ou encore aux zones pavillonnaires. Le réflexe libéral apparait parfois comme inhumain, surtout lorsque l’on s’aperçoit que ces choses ont été imposées par des politiques publiques, collectivités et industriels : la question du libre choix se pose totalement.

J’ai aussi évolué sur ma vision de l’Europe. L’humanisme, les valeurs européennes, c’est vraiment pour les bobos. La subsidiarité pour permettre aux gens de vivre leur régionalisme, c’est essentiel. Dire aux gens de Périgueux et de Limoges qu’ils appartiennent à la même région ; que les habitants de la Champagne ont les mêmes problèmes que les Alsaciens… c’est un jeu administratif qui n’a rien à voir avec l’ordre spontané !

Enfin, je pense désormais que chacun devrait pouvoir se replier sur son ile. Ce pourquoi je suis pour le revenu universel : retrouver son soi, pouvoir faire une pause. Avoir une coquille où se réfugier. Avoir son île pour d’autant mieux en sortir afin d’aller à la rencontre des autres.

Comment définiriez-vous le rapport des gens aux médias aujourd’hui ? Koenig

La presse régionale reste un média très puissant. Ecrivez un article dans la presse locale, vous êtes sûr que les gens vous reconnaitront. Alors que j’ai écrit des chroniques dans Le Point, jamais personne ne m’a interpellé là-dessus, j’étais totalement inconnu. Les thèmes abordés par les médias nationaux le sont assez peu sur le terrain.

Avez-vous des initiatives concrètes à partager, qui ont du sens et que vous avez appréciées, ici ou là ?

J’en ai croisé tout le temps. Hélas parfois, la loi ne leur permet pas d’aller au bout d’un projet que ce soit pour planter des haies ou pour les transports scolaires. Les personnes qui combinent des vies m’inspirent beaucoup : par exemple ce maréchal-ferrant, récoltant de mirabelles, qui faisait aussi du miel. C’est une combinaison d’activités qui fait que les gens trouvent des solutions pour eux-mêmes. Partout. J’ai pu faire la connaissance de néoruraux, des gens qui refont de l’artisanat, créent une épicerie, se lancent dans l’agriculture biologique…. Des chemins prometteurs que je n’avais jamais explorés auparavant. Koenig Koenig Koenig Koenig Koenig

On vous connait surtout comme philosophe et écrivain, moins peut-être comme éditorialiste – or vous prêtez votre plume, en tant que chroniqueur aux Echos et au Point notamment. Quel regard portez-vous sur le journalisme ?

Je me suis coupé de toute info pendant cinq mois. J’étais très heureux. Je savais vaguement ce qui se passait, sans pour autant passer à côté d’informations vitales. Je regardais The Economist le week-end, mais plus du tout les sites d’information en continu.

S’intéresser au monde oui, mais le faire par étape.

Comme Hegel et sa prière du matin, je me suis astreint à ne suivre les chaines d’information que le matin. Le truc qui rend fou, c’est d’être suspendu aux alertes. Cela a un effet tourbillon. Nous devenons hystériques sur des sujets qui ne nous concernent pas. Certes ça a toujours été l’idéal des Lumières que l’information circule. Mais le but n’est pas d’être abreuvé d’information. Il faut parfois se couper pour se retrouver sur ses propre désirs et projets, ne pas les confondre avec ceux de la planète. Koenig Koenig Koenig Koenig Koenig

Le caractère anxiogène du journalisme, c’est un sujet de préoccupation pour vous ?

L’aspect anxiogène de l’information semble être recherché aujourd’hui par les médias.

Je n’ai pas de carte de presse, mais j’ai l’impression de faire du vrai journalisme que je caractériserai par celui qui ne sait pas ce qu’il cherche. Comme disait Montaigne : « je sais ce que je fuis, pas ce que je cherche ». L’incroyable luxe de se laisser le temps, de changer de sujet, de se laisser guider par le hasard et l’évolution de sa propre réflexion, pour trouver un fil.

Comme Albert Londres errant des mois durant, sur de fausses pistes, le menant à Paris pour finalement trouver le sujet de son reportage à Buenos Aires… Il faut réhabiliter l’idée que le journaliste est envoyé sur le terrain en ayant « carte blanche », et qu’il doit être payé pour cela. Par sa rédaction – qui investit du temps, des pages, un photographe…- et par des lecteurs dont il est crucial qu’ils acceptent de payer.  A mes yeux, l’idée que l’écrit devrait être gratuit sur écran, c’est la mort du journaliste, entrainé dans une course au clic et au trash où il finit par faire des posts sur twitter… Le New York Times ou Les Echos instaurent des paywalls : c’est absolument vital pour des raisons de fond.

Il y a des journalistes de news. Et il y a des reporters. La première chose que les journaux coupent en général ce sont les grands reportages. Or, s’ils font cela au bénéfice du commentaire d’actualité, ils suppriment ce qui fait leur différence et signent leur arrêt de mort. Albert Londres, à la fin de ses reportages, pouvait donner son opinion. Celle-ci était légitime parce qu’elle pouvait être incarnée au vu du parcours, et parce qu’il commençait par le fait.

Un conseil aux candidats au Prix Reporters d’Espoirs -notamment de futurs journalistes- que nous lançons, avec votre concours ?

Je suis fermement convaincu que le journalisme c’est du terrain, du terrain, du terrain. Ce que je fais, c’est carte blanche, aléatoire : l’essence du journalisme. Je les invite à faire de même.

Propos recueillis par Gilles Vanderpooten.

www.gaspardkoenig.com

Et si vous rejoigniez vous aussi le Prix Reporters d’Espoirs ?

> 18 à 30 ans : candidatez au Prix européen du jeune reporter avant le 15 avril !

> Professionnels du journalisme et des médias : postulez aux Prix Radio / TV / Presse écrite / Innovation / Engagement


A propos de Reporters d’Espoirs & du Prix

Le Prix Reporters d’Espoirs met à l’honneur depuis 2004 les journalistes, innovateurs des médias, et étudiants-futurs professionnels des médias, pour leurs sujets traités sous l’angle « problème + solution ». Il a distingué plus de 100 lauréats depuis sa création, et célèbrera en 2021 sa 11e édition. Le Prix a permis à des journalistes de défendre leur travail au sein de leur rédaction, de gagner en notoriété auprès du public, de maintenir ou développer leurs rubriques, ou encore de convaincre leur média de la pertinence du journalisme de solutions. Le Prix s’inscrit dans la mission de Reporters d’Espoirs « pour une info et des médias qui donnent envie d’agir ».

 

Mémona Hintermann, grande reporter et membre du jury du prix Européen

By Interviews, L'actu de Reporters d'Espoirs, L'actu des médias, PrixNo Comments

« Je crois que le Prix a une utilité fondamentale. La jeunesse qui va y concourir aura, demain, les leviers de commande. L’idée est donc, pour Reporters d’Espoirs, de mobiliser et de créer une synergie autour des idéaux qui nous rassemblent à travers l’Europe ».

Mémona Hintermann rejoint le jury du Prix Reporters d’Espoirs qui se déploie au-delà des frontières françaises pour marquer l’ambition européenne de l’association. Le prix se concentre sur les nouvelles générations de reporters, porteuses des initiatives de demain avec le journalisme de solutions. Il est doté de 10 000 euros, grâce au concours de la Fondation du Crédit Mutuel et du Fonds jeunes et innovants. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 15 avril et les modalités pour postuler détaillées ici. A cette occasion, nous rassemblons des personnalités de la culture et des médias qui nous livrent leurs espoirs en l’Europe, leur perception du journalisme et leur amour de la langue française.

Grande reporter, Mémona a couvert les grands conflits dans le monde, dont la chute du mur de Berlin et les guerres de Yougoslavie. Dans plusieurs ouvrages, elle a mis à l’honneur les principes sur lesquels elle a bâti sa vie : méritocratie, respect de la pluralité et ascenseur social républicain. Elle a été membre du Conseil supérieur de l’audiovisuel de 2013 à 2019 et est désormais administratrice de Reporters d’Espoirs.


Mémona nous accorde un interview dans lequel elle explique son engagement auprès de Reporters d’Espoirs et du journalisme de solutions et nous délivre sa vision d’une Europe qui tire sa richesse de ses différences.

Gilles Vanderpooten – Mémona, cela fait maintenant plusieurs années que vous côtoyez Reporters d’Espoirs. En quoi cet engagement est-il important pour vous ?

Mémona Hintermann-Affejee – Changer le monde par les médias est devenu une urgence absolue. Il s’agit, à travers cette vision, de faire en sorte que le journalisme participe davantage à l’écriture du monde actuel pour lui donner une grammaire plus fiable. Cela me semble crucial pour la démocratie. L’idée qui irrigue tous les pans de cette action est de permettre au plus grand nombre de pouvoir réfléchir sur de grandes problématiques contemporaines en mettant en avant des initiatives qui nous relient les uns aux autres. Cette démarche s’adresse ainsi à la société dans son ensemble.

En tant que Grand-reporter, vous avez approché la misère, la guerre, les conflits… est-ce-que cela vous a donné d’autant plus envie de croire en l’avenir et de prôner l’espoir ?

Les gens attendent précisément que les médias abordent ce qui arrive près de chez eux, ce qui est susceptible de les toucher directement. Ils veulent que l’on s’intéresse aux solutions qu’il est possible d’apporter, des réponses aux problèmes immédiats qu’ils rencontrent. Peut-être également évoquer des façons de corriger les inégalités, d’envisager une manière de vivre qui soit plus fraternelle, transmette un idéal, projette une société plus juste. Ces mots peuvent paraitre grandiloquents. Apaiser la société devrait s’inscrire dans l’ADN même du journalisme. Le journalisme doit devenir un endroit apaisé où restituer des récits de vie, où les « petites gens » pourraient être entendus.

J’ai toujours voulu être journaliste pour défendre cette vision. De par mon histoire et mon origine sociale, rien ne m’y prédestinait. Née d’un père absent, et d’une mère sans le sou, c’est grâce à l’école, le concours de l’ORTF, et une bonne dose de volonté, que j’ai pu emprunter ce chemin. Grâce à la méritocratie, j’ai pu toucher mon rêve du bout des doigts.

Sil ne fallait quun exemple témoignant de votre appétence pour un journalisme  « constructif », nous pourrions citer le titre de l’un de vos ouvrages : « Ils ont relevé la tête : Des histoires qui nous aident à vivre ». Les sujets de vos reportages sont tout autant portés sur « les puissants » que sur « les mendiants ». Est-ce-que vous avez pu observer, dans ces deux mondes, des personnes qui agissent pour le bien commun ?

A l’aune des 4 900 reportages que j’ai réalisés tout au long de ma carrière en tant qu’envoyée spéciale, j’ai amassé une masse d’informations incroyable sur un sujet : la personne. Avant tout, j’ai essayé de montrer le quotidien des civils confrontés à une violence si intense qu’ils n’avaient plus que les petits instants des jours passants sur lesquels concentrer leur attention pour pallier la souffrance. Dans nos sociétés contemporaines, il y a encore des millions d’âmes plongées dans un panorama de survie. Rien qu’en France, plus de 2,5 millions de personnes vivent dans une extrême pauvreté. Elles ont droit à la parole, c’est à nous de leur offrir ce droit en y travaillant tous ensemble.

Arrivée au terme d’un parcours professionnel, je continue de rencontrer des hommes et des femmes exemplaires. Partout. C’est notamment le cas de Louis Gallois. Il a été à la tête de fleurons de l’industrie notamment PSA, Airbus ou encore la SNCF. Il connait les entrailles du pouvoir. Des personnalités comme la sienne reviennent désormais à l’essentiel puisque l’éthique de l’être humain est fondamentalement d’aider les plus vulnérables. Comme le disait si bien le Général de Gaulle : « la seule querelle qui vaille est celle de l’Homme ». Des êtres qui se battent pour donner une voix à tout un chacun m’inspirent tous les jours.

Dans la vision que je me fais du journalisme de solutions, personne n’est à exclure. Les personnes aisées comme les moins favorisées participent ensemble à l’effort commun. La jeunesse est également impliquée. Si les jeunes parviennent à mettre le doigt sur les grandes problématiques qui traversent leur génération par le truchement de cette forme de journalisme, alors tout le monde y gagnera.

Des idées de reportages « porteurs despoirs » qui vous touchent ?

Même si les journalistes sont pris par l’actualité brûlante, ils savent que ce qu’on appelle les « sujets décalés » offrent la possibilité de traiter sous un angle différent une question mille fois débattue. Par exemple ? Quelle solidarité développent des associations qui œuvrent dans le même champ : existe-il des liens entre associations caritatives européennes pour mieux se faire entendre à Bruxelles contre le gaspillage alimentaire ? Une autre piste : les restrictions aux libertés depuis un an s’appuient-elles sur le même type de cadre juridique que chez nous ? Tout reportage sur le thème « comment font les voisins » nourrit le sentiment d’appartenance ou pas… à une même construction voulue par les survivants du dernier grand cataclysme sur notre continent.

Prenons un autre de vos ouvrages, autobiographique, écrit avec un certain Lutz Krusche : Quand nous étions innocents : Un amour franco-allemand. De la France à la Pologne en passant par l’Allemagne, l’Europe fait partie intégrante de votre histoire, de l’itinéraire de votre vie… Quel lien entretenez-vous avec l’Europe ?

La relation avec notre voisin allemand est essentielle pour éviter que les deux côtés du Rhin soient à nouveau ensanglantés.  Lutz, mon mari, est un journaliste allemand. Il a été en poste à Washington, à Londres, à Paris et a pu couvrir toutes les zones alentours. Il a entrepris un périple à travers l’Europe dans sa jeunesse en vue de fuir l’Armée rouge. Pour notre génération, il s’agissait de protéger un avenir commun au sein de l’Europe. Nous savons ce que vaut la liberté, à la fois celle de dire mais également celle de montrer.

En ce sens, je crois que le Prix a une utilité fondamentale. La jeunesse qui va y concourir aura, demain, les leviers de commande. L’idée est donc, pour Reporters d’Espoirs, de mobiliser et de créer une synergie autour des idéaux qui nous rassemblent à travers l’Europe.

Avez-vous un conseil à donner aux jeunes reporters et « apprentis-reporters » –puisqu’il est ouvert à tous, indépendamment de la nature des études, formations ou métiers- qui participent au Prix européen porté par Reporters d’Espoirs ?

J’invite la jeunesse de tous les horizons à candidater à ce Prix européen du jeune reporter. Il transcende les origines sociales, les nationalités mais également les parcours. C’est « l’Europe dans tous ses Etats » ! ■

Propos recueillis par Gilles Vanderpooten et Inès Barbe.

 

Et si vous rejoigniez vous aussi le Prix européen du jeune reporter ?

> Candidatez au Prix ou invitez les belles plumes de 18 à 30 ans de votre connaissance, journalistes ou non, étudiants ou non, à postuler !

 


A propos de Reporters d’Espoirs & du Prix

Le Prix Reporters d’Espoirs met à l’honneur depuis 2004 les journalistes, innovateurs des médias, et étudiants-futurs professionnels des médias, pour leurs sujets traités sous l’angle « problème + solution ». Il a distingué plus de 100 lauréats depuis sa création, et célèbrera en 2021 sa 11e édition. Le Prix a permis à des journalistes de défendre leur travail au sein de leur rédaction, de gagner en notoriété auprès du public, de maintenir ou développer leurs rubriques, ou encore de convaincre leur média de la pertinence du journalisme de solutions. Le Prix s’inscrit dans la mission de Reporters d’Espoirs « pour une info et des médias qui donnent envie d’agir ». Pour en savoir plus : www.reportersdespoirs.org

Paolo Levi, membre du jury du Prix européen : « La Covid19, une extraordinaire occasion de relancer le rêve européen de fraternité ! »

By Interviews, L'actu de Reporters d'Espoirs, L'actu des médias, PrixNo Comments

« J’ai deux patries : l’Italie et la langue française. Cette langue extraordinaire, plastique, c’est mon grand amour. Ma grand-mère napolitaine qui avait fait des études en Suisse me disait : « L’allemand se crache, l’anglais se chicotte, l’italien se chante… seul le français se parle ».

En 2021, le Prix Reporters d’Espoirs se déploie au-delà des frontières, avec un prix spécial dédié aux jeunes de 18 à 30 ans, qui marque l’ambition européenne de l’association. Il est doté de 10 000 euros, grâce au concours de la Fondation du Crédit Mutuel et du Fonds jeunes et innovants. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 15 avril et les modalités pour postuler détaillées ici. A cette occasion, nous rassemblons des personnalités de la culture et des médias, qui nous livrent leurs espoirs en l’Europe, le journalisme et la langue française.

Paolo Levi est journaliste et correspondant à Paris de l’agence italienne de presse Ansa. Il collabore également au quotidien turinois, La Stampa. Né en 1977, il fait ses études au Lycée français de Rome (lycée Chateaubriand) puis en Sciences Politiques à l’Université de Rome (La Sapienza) ; exerce 5 années durant comme correspondant à Bruxelles pour la presse italienne ; s’installe à Paris où il travaille depuis 12 ans. Il est régulièrement invité sur les plateaux télé et radio (BFM-TV, Arte-28 Minutes, C dans l’Air, L’Info du Vrai, L’Emission Politique, On Refait le Monde…).

Paolo rejoint le jury du Prix Européen du jeune reporter organisé par Reporters d’Espoirs, auxquels les jeunes de 18 à 30 ans sont invités à proposer un reportage de « journalisme de solutions » (modalités sur www.reportersdespoirsorg/prixeuropeen). A cette occasion, il s’entretient avec Gilles Vanderpooten, directeur de l’ONG (janvier 2021).

 

Paolo, vous n’êtes à l’origine pas très porté sur le journalisme de solutions.

Pendant longtemps je me suis effectivement adonné à un journalisme plutôt critique. Car il est toujours plus drôle, et perçu comme plus intelligent, de démonter, de critiquer. « Good news, are no news » dit un vieil adage anglo-saxon. La limite de cette conception est que l’on peut se tirer une balle dans le pied à force d’amplifier la négativité. Aussi je me suis dit qu’il fallait décrire l’autre versant. Sans abdiquer l’esprit critique, sans décrire le monde merveilleux d’Amélie Poulain, mais pour suggérer autre chose, des voies pour avancer.

L’espoir est une notion qui vous parle ?

Il faut porter l’espoir de temps en temps. Si personne ne le fait, c’est fatalement la prépondérance du désespoir. Assez des diseurs de mauvaises nouvelles qui voudraient nous entrainer avec eux dans un pessimisme cosmique !  Il existe aujourd’hui une pénurie d’optimisme criante, or je prétends que l’espoir est devant nous. On aurait juste besoin d’un peu plus d’ « optimistes de service ».

Pourtant, en ayant diagnostiqué que le virus ne s’arrêterait pas aux frontières de l’Italie, vous étiez plutôt dans le registre de l’annonciateur de catastrophe…

Lorsque je quitte l’Italie en février 2020, il y a une conscience aigüe du virus : à la descente de l’avion, un mur de soignants vous attend pour prendre votre température. Lorsque je retourne en France, c’est le monde d’Amélie Poulain. Invité sur France 5, et ayant pris conscience que le virus ne s’arrêterait certainement pas à la frontière, tout comme le nuage de Tchernobyl en son temps, je dis en substance « on est en guerre, réveillez-vous ! ». Suite à cela, pendant plusieurs semaines, des troupes de télévision ont accouru devant chez moi. Je me suis retrouvé comme disait Andy Warhol avec mon « quart d’heure de célébrité ». Cela aurait été drôle si ce n’était pas tragique.

Vous vous dites à ce moment-là qu’annoncer le désastre ne suffirait pas.

Le problème est qu’en disant le désastre, on contribue à le réaliser. Si l’on est trop souvent porteur de malheur, on contribue au malheur. La parole, les mots, peuvent être puissants. Alors j’ai voulu en même temps porter l’espoir, en disant aussi qu’il y avait un extraordinaire alignement des astres et que cette crise sanitaire, cumulée au Brexit, était aussi annonciatrice d’un grand sursaut européen, un tournant historique, qui j’en suis persuadé finira dans les livres d’histoire.  Confiné à Paris, j’ai passé mes journées sur le toit de mon immeuble à Montmartre. Et là, j’ai twitté, des messages positifs, d’espoir. Et j’ai précisé mon sentiment : cela ne serait qu’une traversée du désert… car ensuite on pourrait vivre un miracle européen, pas seulement du point de vue économique –j’espère de nouvelles Trente Glorieuses !-, mais une explosion de créativité notamment dans la production de livres, de romans… Une nouvelle vague du cinéma. L’histoire nous l’a appris : après chaque période moyenâgeuse, chaque crise, il y a toujours une renaissance. Elle est à nos portes. Il faut se serrer les coudes pour qu’elle se produise et surtout se poser en bâtisseurs plutôt qu’en démolisseurs.

Votre optimisme s’exerce alors à propos d’Europe, ce qui n’est pas si fréquent. Car « l’Europe, l’Europe, l’Europe… » certains déchantent et beaucoup ne s’y reconnaissent pas.

Il y a un an, avec l’arrivée de la Covid19, certaines grandes puissances étrangères comme la Chine, épaulées par des champions du pessimisme à l’intérieur-même de notre magnifique Union, voulaient faire passer le message que l’Europe était « fracturée ». J’ai voulu retourner le discours ambiant. Elle vivait une traversée du désert certes, mais c’était aussi une extraordinaire occasion de relancer le rêve européen de fraternité !

Au bout de moins d’un an, ce que je prétendais s’est vérifié : l’Europe de l’austérité que les peuples européens ne supportaient plus a cédé en une semaine ; le plan de relance européen, qui s’appuie sur la mutualisation de la dette, est une révolution copernicienne. Une Europe plus humaine, plus sociale, plus attentive et empathique est en train de se construire.  On a fait plus en trois mois qu’en 30 ans ! Mais ça, qui le dit ? Or être patriote, et aimer la France aujourd’hui, c’est aimer l’Europe. Tous seuls nos pays vont se faire manger avec les baguettes, comme des rouleaux de printemps. La nouvelle souveraineté doit être européenne. Umberto Eco disait que lorsqu’il voyageait à Tokyo ou à New York, il était frappé de s’entendre dire « Vous, les européens », alors même que nous, européens, sommes les derniers à nous définir comme tels !

Le rêve -culturel- européen, incarné notamment par Erasmus, vous l’incarnez à votre manière, en tant qu’Italien expatrié en France.

Difficile pour un romain de se considérer expatrié à Paris. Vous savez, nos deux villes sont liées par un jumelage exclusif quasi centenaire sous la devise : « Seul Rome est digne de Paris. Seul Paris est digne de Rome’. J’ai deux patries : l’Italie et la langue française. Cette langue extraordinaire, plastique, c’est mon grand amour. Ma grand-mère napolitaine qui avait fait des études en Suisse me disait : « L’allemand se crache, l’anglais se chicotte, l’italien se chante… seul le français se parle ». Je me sens Italien, Français, amoureux de leurs langues, traditions, terroirs, ET Européen : trois identités qui se complètent et qui « s’unissent dans la diversité », pour faire référence à la devise de l’Europe, l’une des plus belles qui soient à mon sens.

Propos recueillis par Gilles Vanderpooten, directeur général de l’ONG Reporters d’Espoirs et retranscrits par Inès Barbe.

Et si vous rejoigniez vous aussi le Prix européen du jeune reporter ?

> Candidatez au Prix

> Invitez les belles plumes de 18 à 30 ans de votre connaissance, journalistes ou non, étudiants ou non, à postuler !

A propos de Reporters d’Espoirs & du Prix

Le Prix Reporters d’Espoirs met à l’honneur depuis 2004 les journalistes, innovateurs des médias, et étudiants-futurs professionnels des médias, pour leurs sujets traités sous l’angle « problème + solution ». Il a distingué plus de 100 lauréats depuis sa création, et célèbrera en 2021 sa 11e édition. Le Prix a permis à des journalistes de défendre leur travail au sein de leur rédaction, de gagner en notoriété auprès du public, de maintenir ou développer leurs rubriques, ou encore de convaincre leur média de la pertinence du journalisme de solutions. Le Prix s’inscrit dans la mission de Reporters d’Espoirs « pour une info et des médias qui donnent envie d’agir ». Pour en savoir plus : www.reportersdespoirs.org