agendaL'actu de Reporters d'EspoirsPrix

« L’Europe a fait émerger un art de vivre unique au monde », par Michaela Wiegel, membre du jury 2021

By 26 février 2021mars 12th, 2021No Comments

« Avec la passion, l’envie, la motivation et l’énergie, l’expérience proposée par le « Prix européen du jeune reporter » ne pourra être que positive »

Michaela Wiegel rejoint le jury du Prix Reporters d’Espoirs qui se déploie au-delà des frontières françaises pour marquer l’ambition européenne de l’association. Le prix se concentre sur les nouvelles générations de reporters, porteuses des initiatives de demain avec le journalisme de solutions. Il est doté de 10 000 euros, grâce au concours de la Fondation du Crédit Mutuel et du Fonds jeunes et innovants. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 15 avril et les modalités pour postuler détaillées surwww.reportersdespoirs.org/prixeuropeen. A cette occasion, nous rassemblons des personnalités de la culture et des médias qui nous livrent leurs espoirs en l’Europe, la jeunesse et le journalisme.

 


Merci Michaela de nous faire le plaisir de rejoindre le jury de cette première édition du Prix européen du jeune reporter ! En quoi partagez-vous la démarche qui anime Reporters d’Espoirs ?

Je trouve cela formidable que le Prix Reporters d’Espoirs s’inscrive dans une démarche européenne cette année. Dans le contexte de la pandémie, il est d’autant plus important de créer de l’espoir et surtout des opportunités à la jeunesse. Il n’y a pas de conditions de diplôme ou de cursus à ce Prix, c’est le meilleur moment pour initier un tel projet. En effet, j’ai peur que cette pandémie soit, en termes économiques ou même en termes d’opportunités, une menace pour les jeunes. Nous avons besoin de projets de ce type pour permettre aux jeunes de sortir de la seule perspective du confinement.

Votre définition de l’espoir ?

L’espoir, c’est établir un projet pour toute une société, donner des raisons de croire en l’avenir, tout en créant une sorte de cohésion face aux défis qui nous menacent tous en tant qu’êtres humains – climat, inégalités, par exemple.

De quelle manière le journaliste peut-il y contribuer ?

Nous sommes dans une société d’abondance et de surconsommation d’informations. A mes yeux, le reporter doit ouvrir des voies nouvelles et informer sur les possibilités envisageables face aux défis contemporains. Mettre en lumière les projets qui font sens, des reportages qui offrent des possibilités est une mission de plus en plus nécessaire dans nos sociétés.

Vous êtes correspondante politique de la Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) pour la France. Quels liens entretenez-vous avec vos deux pays ?

Je couvre la vie politique en France et ailleurs en tant que correspondante politique de la Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ), journal quotidien allemand. Je tâche de voyager le plus possible pour ne pas avoir une vision exclusivement parisienne des enjeux politiques. Et je m’efforce d’expliquer la France en Allemagne, mon pays natal avec lequel je garde un lien très fort.

Les cultures françaises et allemandes sont très différentes mais nous parvenons je crois à surmonter ces différences. Nous avons l’esquisse d’un formidable projet de paix, d’échanges et de possibilités avec l’Europe. Aussi j’ai non seulement une double mais une triple identité : je me sens véritablement européenne. J’ai connu la période « glorieuse » de l’Europe où j’avais l’impression que les frontières n’existaient plus. La pandémie a sonné le grand retour des frontières. L’acquis européen demeure fondamental et il est plus que nécessaire de le défendre pour l’avenir.

En quoi l’Europe est-elle une entité essentielle pour vous ?

Nous avons avec l’Europe la chance d’avoir une entité unifiée au-delà des différences entre les Etats. Ce qui est merveilleux, c’est la diversité européenne en matière culturelle – littéraire et musicale notamment. Lorsqu’on se rend sur d’autres continents, on peut se rendre compte de cette richesse : la vision européenne constitue une manière de voir l’espace, d’observer le monde. L’Europe a fait émerger un art de vivre unique au monde.

Dans « La Ruée vers l’Europe » de Stephen Smith (essai paru en 2016), l’auteur affirmait que : « Vouloir faire de la Méditerranée la douve d’une « forteresse Europe » en érigeant autour du continent de l’opulence et de la sécurité sociale des remparts – des grillages, un mur d’argent, une rançon versée aux États policiers en première ligne pour endiguer le flot [de migration] – corrompt les valeurs européennes ». Quelles sont, à vos yeux, les principales valeurs européennes ? 

Il faut rappeler que les valeurs qui fondent l’Europe sont inscrites dans les textes juridiques européens notamment dans les traités. Ces valeurs restent partagées par d’autres pays à l’image des Etats-Unis. Nous avons une façon particulière d’aborder les valeurs européennes notamment en ce qui concerne le principe d’égalité. Notre compréhension de la protection sociale ne se retrouve pas ailleurs. Nous sommes marqués, en Europe, par cette aspiration à ce que chaque citoyen puisse se soigner indépendamment de sa situation financière. Ainsi et au-delà de la consécration des valeurs dans les Traités, nous avons une très forte tradition d’Etat-providence depuis l’après-guerre qui tend à être davantage valorisée.

Un sujet qui vous a touchée récemment ?

S’il faut en choisir un, je pense à l’histoire du couple fondateur du laboratoire BioNTech qui a conçu l’un des vaccins pour lutter contre la Covid-19. C’est un couple de jeunes turcs, qui ont grandi en Allemagne et sont parvenus à apporter une solution concrète et utile à toute l’humanité par le vaccin. Parlons davantage des réussites comme celle-ci ! Ce sont des parcours exemplaires qui peuvent en inspirer d’autres.

Avez-vous un conseil à adresser aux jeunes qui participent au Prix européen Reporters d’espoirs ?

Je leur conseille d’écrire sur des thématiques qui les animent. Avec la passion, l’envie, la motivation et l’énergie, l’expérience proposée par le « Prix européen du jeune reporter » ne pourra être que positive.

Propos recueillis par Inès Barbe.

 

Et si vous rejoigniez vous aussi le Prix européen du jeune reporter ?

> Candidatez au Prix ou invitez les belles plumes de 18 à 30 ans de votre connaissance, journalistes ou non, étudiants ou non, à postuler !

 


A propos de Reporters d’Espoirs & du Prix

Le Prix Reporters d’Espoirs met à l’honneur depuis 2004 les journalistes, innovateurs des médias, et étudiants-futurs professionnels des médias, pour leurs sujets traités sous l’angle « problème + solution ». Il a distingué plus de 100 lauréats depuis sa création, et célèbrera en 2021 sa 11e édition. Le Prix a permis à des journalistes de défendre leur travail au sein de leur rédaction, de gagner en notoriété auprès du public, de maintenir ou développer leurs rubriques, ou encore de convaincre leur média de la pertinence du journalisme de solutions. Le Prix s’inscrit dans la mission de Reporters d’Espoirs « pour une info et des médias qui donnent envie d’agir ». Pour en savoir plus : www.reportersdespoirs.org

Leave a Reply