AgendaInterviewsL'actu de Reporters d'EspoirsL'actu des médiasPrix

Mémona Hintermann, grande reporter et membre du jury du prix Européen

By 16 février 2021août 20th, 2021No Comments

« Je crois que le Prix a une utilité fondamentale. La jeunesse qui va y concourir aura, demain, les leviers de commande. L’idée est donc, pour Reporters d’Espoirs, de mobiliser et de créer une synergie autour des idéaux qui nous rassemblent à travers l’Europe ».

Mémona Hintermann rejoint le jury du Prix Reporters d’Espoirs qui se déploie au-delà des frontières françaises pour marquer l’ambition européenne de l’association. Le prix se concentre sur les nouvelles générations de reporters, porteuses des initiatives de demain avec le journalisme de solutions. Il est doté de 10 000 euros, grâce au concours de la Fondation du Crédit Mutuel et du Fonds jeunes et innovants. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 15 avril et les modalités pour postuler détaillées ici. A cette occasion, nous rassemblons des personnalités de la culture et des médias qui nous livrent leurs espoirs en l’Europe, leur perception du journalisme et leur amour de la langue française.

Grande reporter, Mémona a couvert les grands conflits dans le monde, dont la chute du mur de Berlin et les guerres de Yougoslavie. Dans plusieurs ouvrages, elle a mis à l’honneur les principes sur lesquels elle a bâti sa vie : méritocratie, respect de la pluralité et ascenseur social républicain. Elle a été membre du Conseil supérieur de l’audiovisuel de 2013 à 2019 et est désormais administratrice de Reporters d’Espoirs.


Mémona nous accorde un interview dans lequel elle explique son engagement auprès de Reporters d’Espoirs et du journalisme de solutions et nous délivre sa vision d’une Europe qui tire sa richesse de ses différences.

Gilles Vanderpooten – Mémona, cela fait maintenant plusieurs années que vous côtoyez Reporters d’Espoirs. En quoi cet engagement est-il important pour vous ?

Mémona Hintermann-Affejee – Changer le monde par les médias est devenu une urgence absolue. Il s’agit, à travers cette vision, de faire en sorte que le journalisme participe davantage à l’écriture du monde actuel pour lui donner une grammaire plus fiable. Cela me semble crucial pour la démocratie. L’idée qui irrigue tous les pans de cette action est de permettre au plus grand nombre de pouvoir réfléchir sur de grandes problématiques contemporaines en mettant en avant des initiatives qui nous relient les uns aux autres. Cette démarche s’adresse ainsi à la société dans son ensemble.

En tant que Grand-reporter, vous avez approché la misère, la guerre, les conflits… est-ce-que cela vous a donné d’autant plus envie de croire en l’avenir et de prôner l’espoir ?

Les gens attendent précisément que les médias abordent ce qui arrive près de chez eux, ce qui est susceptible de les toucher directement. Ils veulent que l’on s’intéresse aux solutions qu’il est possible d’apporter, des réponses aux problèmes immédiats qu’ils rencontrent. Peut-être également évoquer des façons de corriger les inégalités, d’envisager une manière de vivre qui soit plus fraternelle, transmette un idéal, projette une société plus juste. Ces mots peuvent paraitre grandiloquents. Apaiser la société devrait s’inscrire dans l’ADN même du journalisme. Le journalisme doit devenir un endroit apaisé où restituer des récits de vie, où les « petites gens » pourraient être entendus.

J’ai toujours voulu être journaliste pour défendre cette vision. De par mon histoire et mon origine sociale, rien ne m’y prédestinait. Née d’un père absent, et d’une mère sans le sou, c’est grâce à l’école, le concours de l’ORTF, et une bonne dose de volonté, que j’ai pu emprunter ce chemin. Grâce à la méritocratie, j’ai pu toucher mon rêve du bout des doigts.

Sil ne fallait quun exemple témoignant de votre appétence pour un journalisme  « constructif », nous pourrions citer le titre de l’un de vos ouvrages : « Ils ont relevé la tête : Des histoires qui nous aident à vivre ». Les sujets de vos reportages sont tout autant portés sur « les puissants » que sur « les mendiants ». Est-ce-que vous avez pu observer, dans ces deux mondes, des personnes qui agissent pour le bien commun ?

A l’aune des 4 900 reportages que j’ai réalisés tout au long de ma carrière en tant qu’envoyée spéciale, j’ai amassé une masse d’informations incroyable sur un sujet : la personne. Avant tout, j’ai essayé de montrer le quotidien des civils confrontés à une violence si intense qu’ils n’avaient plus que les petits instants des jours passants sur lesquels concentrer leur attention pour pallier la souffrance. Dans nos sociétés contemporaines, il y a encore des millions d’âmes plongées dans un panorama de survie. Rien qu’en France, plus de 2,5 millions de personnes vivent dans une extrême pauvreté. Elles ont droit à la parole, c’est à nous de leur offrir ce droit en y travaillant tous ensemble.

Arrivée au terme d’un parcours professionnel, je continue de rencontrer des hommes et des femmes exemplaires. Partout. C’est notamment le cas de Louis Gallois. Il a été à la tête de fleurons de l’industrie notamment PSA, Airbus ou encore la SNCF. Il connait les entrailles du pouvoir. Des personnalités comme la sienne reviennent désormais à l’essentiel puisque l’éthique de l’être humain est fondamentalement d’aider les plus vulnérables. Comme le disait si bien le Général de Gaulle : « la seule querelle qui vaille est celle de l’Homme ». Des êtres qui se battent pour donner une voix à tout un chacun m’inspirent tous les jours.

Dans la vision que je me fais du journalisme de solutions, personne n’est à exclure. Les personnes aisées comme les moins favorisées participent ensemble à l’effort commun. La jeunesse est également impliquée. Si les jeunes parviennent à mettre le doigt sur les grandes problématiques qui traversent leur génération par le truchement de cette forme de journalisme, alors tout le monde y gagnera.

Des idées de reportages « porteurs despoirs » qui vous touchent ?

Même si les journalistes sont pris par l’actualité brûlante, ils savent que ce qu’on appelle les « sujets décalés » offrent la possibilité de traiter sous un angle différent une question mille fois débattue. Par exemple ? Quelle solidarité développent des associations qui œuvrent dans le même champ : existe-il des liens entre associations caritatives européennes pour mieux se faire entendre à Bruxelles contre le gaspillage alimentaire ? Une autre piste : les restrictions aux libertés depuis un an s’appuient-elles sur le même type de cadre juridique que chez nous ? Tout reportage sur le thème « comment font les voisins » nourrit le sentiment d’appartenance ou pas… à une même construction voulue par les survivants du dernier grand cataclysme sur notre continent.

Prenons un autre de vos ouvrages, autobiographique, écrit avec un certain Lutz Krusche : Quand nous étions innocents : Un amour franco-allemand. De la France à la Pologne en passant par l’Allemagne, l’Europe fait partie intégrante de votre histoire, de l’itinéraire de votre vie… Quel lien entretenez-vous avec l’Europe ?

La relation avec notre voisin allemand est essentielle pour éviter que les deux côtés du Rhin soient à nouveau ensanglantés.  Lutz, mon mari, est un journaliste allemand. Il a été en poste à Washington, à Londres, à Paris et a pu couvrir toutes les zones alentours. Il a entrepris un périple à travers l’Europe dans sa jeunesse en vue de fuir l’Armée rouge. Pour notre génération, il s’agissait de protéger un avenir commun au sein de l’Europe. Nous savons ce que vaut la liberté, à la fois celle de dire mais également celle de montrer.

En ce sens, je crois que le Prix a une utilité fondamentale. La jeunesse qui va y concourir aura, demain, les leviers de commande. L’idée est donc, pour Reporters d’Espoirs, de mobiliser et de créer une synergie autour des idéaux qui nous rassemblent à travers l’Europe.

Avez-vous un conseil à donner aux jeunes reporters et « apprentis-reporters » –puisqu’il est ouvert à tous, indépendamment de la nature des études, formations ou métiers- qui participent au Prix européen porté par Reporters d’Espoirs ?

J’invite la jeunesse de tous les horizons à candidater à ce Prix européen du jeune reporter. Il transcende les origines sociales, les nationalités mais également les parcours. C’est « l’Europe dans tous ses Etats » ! ■

Propos recueillis par Gilles Vanderpooten et Inès Barbe.

 

Et si vous rejoigniez vous aussi le Prix européen du jeune reporter ?

> Candidatez au Prix ou invitez les belles plumes de 18 à 30 ans de votre connaissance, journalistes ou non, étudiants ou non, à postuler !

 


A propos de Reporters d’Espoirs & du Prix

Le Prix Reporters d’Espoirs met à l’honneur depuis 2004 les journalistes, innovateurs des médias, et étudiants-futurs professionnels des médias, pour leurs sujets traités sous l’angle « problème + solution ». Il a distingué plus de 100 lauréats depuis sa création, et célèbrera en 2021 sa 11e édition. Le Prix a permis à des journalistes de défendre leur travail au sein de leur rédaction, de gagner en notoriété auprès du public, de maintenir ou développer leurs rubriques, ou encore de convaincre leur média de la pertinence du journalisme de solutions. Le Prix s’inscrit dans la mission de Reporters d’Espoirs « pour une info et des médias qui donnent envie d’agir ». Pour en savoir plus : www.reportersdespoirs.org

Leave a Reply