agendaL'actu de Reporters d'EspoirsL'actu des médiasPrix

Entretien avec Alexia Kefalas, membre du jury du Prix européen

By 19 mars 2021juin 1st, 2021No Comments

« Le journaliste retranscrit ce qu’il observe, tel Hermès, le messager des Dieux de l’Olympe ».

Après des études en France au cours desquelles elle travaille comme correspondante du quotidien grec Ta NEA, Alexia Kefalas repart en Grèce, où elle collabore au quotidien grec Kathimerini et devient correspondante du Figaro, de Courrier International ainsi que des chaînes de télévision France 24, TV5MONDE, TSR et de la radio RTL.


Merci Alexia de nous faire le plaisir de rejoindre le jury de cette première édition du Prix européen du jeune reporter ! En quoi partagez-vous la démarche qui anime Reporters d’Espoirs ?

Tout d’abord merci pour votre invitation. J’aime promouvoir mon métier. Il m’a toujours passionné et continue à le faire. L’essentiel est de transmettre. Nous avons un métier exigeant face à l’infobésité, nous devons donc répondre par nos fondamentaux, double checker, filtrer, et intéresser. Le journaliste ne fait le jeu de personne, il retranscrit ce qu’il observe tel Hermès, le messager des Dieux de l’Olympe. Nous avons besoin d’avoir de modèles qui donnent un sens en ces temps difficiles.

Votre définition de lEspoir ?

On dit souvent que l’espoir est le pilier du monde. J’adhère aussi à la vision de Jon Agee dans « Le bon côté du mur » qui dévoile une histoire métaphorique qui évoque avec humour les murs ou autres frontières que les humains érigent par peur de l’autre. L’Espoir, c’est de ne pas dresser ces murs..

Comment le journaliste peut-il lincarner ?

Nous pouvons apporter des outils, retranscrire notre expérience du terrain, croiser nos infos avec des analystes, écrivains ou experts pour mieux décrypter. Fondamentalement, notre rôle est de donner des clés pour une meilleure compréhension dans un monde complexe. Ainsi, plus nous nous informons et plus notre champ est éclectique pour trouver des solutions.

Vous êtes correspondante de plusieurs médias français, comme Le Figaro, depuis la Grèce. Comment définiriez-vous le lien que vous entretenez dune part avec la Grèce, dautre part avec la France ?

C’est un lien européen. Nous sommes une vraie fédération d’Etats qui ont chacun une histoire mais aussi des racines communes. Cette année, nous fêtons le bicentenaire de la Révolution grecque. Cette dernière est intervenue en 1821, dans la lignée de la Révolution française. Et c’est grâce aux philhellènes (amis de la Grèce) que les Grecs ont pu se relever et surtout se soulever contre le joug ottoman. Ce joug a duré 400 ans, on le retrouve même sur les 400 plis de la fustanelle, jupette portée par la garde présidentielle de la place Syntagma à Athènes.

L’amitié franco-grecque résulte d’une influence mutuelle qui a traversé les siècles. La crise greco-turque en est un exemple phare. Elle est très actuelle et très dangereuse. La France a été l’un des seuls Etats à réagir concrètement, sur le terrain.

LEurope est-elle une entité qui vous semble essentielle dun point de vue culturel, littéraire, ou politique ?

Evidemment. Même si des ratés ont encore eu lieu récemment avec la problématique des vaccins. Toutefois et malgré les erreurs sur la crise grecque, la Grèce reste attachée à son appartenance à l’Union européenne. C’est une Europe qui n’est pas parfaite mais il y a des solidarités internes pour aller de l’avant et faire avancer la construction européenne vers un horizon commun. D’ailleurs Europe tient son la mythologie grecque!

Vous qui côtoyez la Grèce comme la France et qui observez lAllemagne, pensez-vous pertinent de parler de « peuple européen » ?

Même si LE peuple européen n’a pas d’existence véritable, il reste que LES peuples européens existent. L’Europe se doit de promouvoir des valeurs européennes et de les entretenir afin de perpétuer cette appartenance à une entité commune. L’Europe est une structure, les peuples sont libres de circuler. Nous avons tendance à tourner le dos au passé mais finalement, nous sommes tous des réfugiés de l’Histoire. Je préfère parler d’un « peuple du monde ».

Quelle place occupe la francophonie en Grèce ?

La francophonie recule dans le monde entier. Les instituts français ont tendance à fermer, en Grèce notamment. C’est regrettable mais ne le considérons pas comme une fatalité, regardons vers l’Afrique, où l’essor de natalité, rime avec la transmission de la langue française. Cette francophonie peut tout à fait renaitre, c’est justement la force de la langue française.

Des reportages « porteurs despoirs » vous ont-ils particulièrement touchée récemment ?

Je citerais volontiers le portrait d’Albert Bourla. Né en Grèce, à Thessalonique, dont les parents ont été déportés. Après des études de vétérinaire, il a gravit les échelons et est désormais le directeur général de Pfizer depuis le 1er janvier 2019. L’une de ses premières décisions à été de construire un centre de data à Thessalonique.

Un deuxième exemple : celui d’un jeune réfugié guinéen. Il n’avait pas obtenu l’asile et pourtant il a été accepté à SciencesPo. Après un reportage sur son parcours, une mobilisation s’est déclenchée en France pour l’accepter et l’accompagner dans son cheminement. J’ai aussi réalisé un reportage pour France 24 sur Alia Camara, un jeune réfugié guinéen arrivé dans le camp de Moria à Lesbos, qualifié de « camp de la honte ». Tout ce qu’il aimait, c’était le football. Il s’en est sorti et a pu intégrer une équipe de football  grecque (Panionos).

Avez-vous un conseil à adresser aux candidats au Prix européen du jeune reporter despoirs ?

Déjà, Jules Vernes s’interrogait sur le futur du journaliste. Aujourd’hui une grande prolifération d’information avec, notamment, les réseaux sociaux et les chaînes d’infos parfois anxiogènes. Il faut garder le cap vers un journalisme qui sépare la nouvelle de l’analyse, et éviter les formules toutes faites pour éviter de succomber à la filature de l’émotion. Ce sera mon conseil.

Propos recueillis par Inès Barbe.


A propos de Reporters d’Espoirs & du Prix

Le Prix Reporters d’Espoirs met à l’honneur depuis 2004 les journalistes, innovateurs des médias, et étudiants-futurs professionnels des médias, pour leurs sujets traités sous l’angle « problème + solution ». Il a distingué plus de 100 lauréats depuis sa création, et célèbrera en 2021 sa 11e édition. Le Prix a permis à des journalistes de défendre leur travail au sein de leur rédaction, de gagner en notoriété auprès du public, de maintenir ou développer leurs rubriques, ou encore de convaincre leur média de la pertinence du journalisme de solutions. Le Prix s’inscrit dans la mission de Reporters d’Espoirs « pour une info et des médias qui donnent envie d’agir ».

Leave a Reply