agendaL'actu de Reporters d'EspoirsL'actu des médiasPrix

Gian-Paolo Accardo, membre du jury du Prix européen – La rencontre

By 9 avril 2021juin 1st, 2021No Comments

Gian-Paolo Accardo est un journaliste italo-néerlandais né à Bruxelles, fondateur et rédacteur en chef du site d’information Voxeurop (www.voxeurop.eu). Il a précédemment été rédacteur en chef adjoint de Presseurop.eu, de Courrier international et correspondant pour Internazionale, des médias réputés pour leur ouverture sur les langues européennes et leur horizon s’étendant au-delà des frontières nationales. Vous l’avez peut-être également entendu sur les ondes de France Inter, où il a longtemps contribué aux émissions dédiées au continent comme « Allô, l’Europe » et « Transeuropéenne » aux côtés de José-Manuel Lamarque et Emmanuel Moreau.


 

L’Europe, à vos yeux et par votre parcours, est une évidence !

Complètement. J’ai grandi et fait mes études entre Bruxelles, Rome et Paris. Après des stages et des piges entre la France et l’Italie, mon premier poste était à Internazionale, l’homologue italien de Courrier international, que j’ai rejoint par la suite à Paris et où je suis resté une quinzaine d’années. Mes cinq dernières années là-bas d’ailleurs ont été consacrées à PressEurop, traitant de l’actualité européenne en dix langues. En 2014, nous reprenions cette ligne éditoriale avec la même équipe mais sous un autre nom : c’est la naissance de Voxeurop, pour lequel je travaille toujours avec autant d’acharnement et de passion.

Pourquoi Voxeurop ? Avez-vous identifié un manque dans le paysage médiatique ?

Depuis que je m’intéresse à la presse et à l’information européenne, je remarque que l’Europe est de plus en plus intégrée mais qu’il n’existe pas de média européen ou paneuropéen pour la raconter, pour aborder les grandes thématiques qui circulent sans frontières notamment le climat, l’éducation ou encore le chômage des jeunes. Au niveau de l’Union européenne, nous avons trois piliers que sont le législatif, le judiciaire et l’exécutif sans pour autant avoir le quatrième pouvoir que constitue une presse libre et indépendante.

Pour toucher un maximum de lecteurs européens, vous avez décliné Voxeurop en plusieurs langues.

Nous pensons que si l’on souhaite s’adresser aux citoyens européens, il faut s’adresser à chacun dans sa langue. Aujourd’hui, les contenus de Voxeurop sont disponibles en anglais, français, italien, allemand et espagnol.

 

Le journalisme de solutions, est-ce une démarche qui vous parle et que vous pratiquez ?

Par nature, j’ai tendance à penser que « good news is no news »… mais que cet adage était valable jusqu’à une époque où le nombre de bonnes nouvelles était relativement élevé. Avec la crise, nous avons pu observer l’émergence d’une résistance par rapport aux mauvaises nouvelles, qui coïncide avec une baisse du budget consacré à la réalisation des reportages, qui sont les plus vecteurs de bonnes nouvelles. Le journalisme de solutions s’est affirmé au moment où la crise est devenue plus importante parce que les citoyens étaient plus réceptifs. Le journalisme de solutions, pratiqué avec rigueur et déontologie, n’est d’ailleurs pas en contradiction avec la Charte de Munich, un des documents de référence de l’éthique journalistique. L’enthousiasme et l’engagement dans l’information ne sont pas à proscrire dans la mesure où ils sont transparents.

Nous concevons à Reporters d’Espoirs le journalisme de solutions comme une méthode, et estimons que chaque journaliste peut faire preuve du même professionnalisme, du même regard critique et détachement vis-à-vis du sujet de son reportage, qu’il traite de problème ou de réponse à un problème. Il peut tout à fait traiter de réponses concrètes, de prise d’initiative, sans pour autant être engagé ou céder à l’éloge !

Le journaliste est un être humain. Aussi, prétendre qu’il est neutre partout et tout le temps est une chimère. Dans les reportages, par exemple, l’auteur ne se met pas forcément en retrait. Cela aide d’ailleurs le lecteur à se plonger dans son travail. La clé est l’honnêteté dans la transmission de l’information et la transparence à l’égard du lecteur.

Pensez-vous qu’il existe un journalisme européen ?

Le journalisme européen est composite. Je distingue le journalisme paneuropéen, tel qu’il est pratiqué par Voxeurop avec une vision transnationale, des journalismes nationaux qui composent une mosaïque de pratiques distinctes formant un tout. Dans les coalitions de grands quotidiens européens comme LENA (Leading European Newspaper Alliance, rassemblant 7 journaux de 7 pays) ou Europa, un des principaux obstacles que rencontrent les rédactions est que l’adaptation des articles entre les différents médias est relativement difficile. De ce point de vue, il n’y a pas un journalisme européen unique mais toute une mosaïque de pratiques journalistiques à l’échelle européenne.

Merci Gian-Paolo de rejoindre le jury du Prix européen du jeune reporter. En quoi vous retrouvez – vous dans cette initiative ?

Je suis tout à fait curieux de découvrir le fonctionnement du journalisme de solutions, les sujets qui intéressent les jeunes reporters tout autant que le langage qu’ils utilisent. C’est une opportunité de plonger dans le bain de la nouvelle génération de reporters. Enfin, si les reportages des lauréats du Prix européen du jeune reporter sont de grande qualité, il me semble envisageable de les publier et de les traduire en plusieurs langues sur Voxeurop.

Propos recueillis par Inès Barbe et Gilles Vanderpooten, Reporters d’Espoirs.


A propos de Reporters d’Espoirs & du Prix

Le Prix Reporters d’Espoirs met à l’honneur depuis 2004 les journalistes, innovateurs des médias, et étudiants-futurs professionnels des médias, pour leurs sujets traités sous l’angle « problème + solution ». Il a distingué plus de 100 lauréats depuis sa création, et célèbrera en 2021 sa 11e édition. Le Prix a permis à des journalistes de défendre leur travail au sein de leur rédaction, de gagner en notoriété auprès du public, de maintenir ou développer leurs rubriques, ou encore de convaincre leur média de la pertinence du journalisme de solutions. Le Prix s’inscrit dans la mission de Reporters d’Espoirs « pour une info et des médias qui donnent envie d’agir ».

Leave a Reply