Skip to main content
Tag

françoise tovo

Françoise Tovo, directrice déléguée au développement des services abonnés chez Le Monde

« Avec le Fil Good, on veut montrer par des bulles d’espoir que tout n’est pas négatif dans l’actualité. »

By Home, InterviewsNo Comments

Françoise Tovo, directrice déléguée au développement des services abonnés chez Le Monde

À sa sortie d’école de journalisme, Françoise Tovo fait ses premiers pas au Monde en 1988. Secrétaire de rédaction chargée de la publication mensuelle Le Monde de l’éducation pour son premier poste,elle occupe différentes fonctions comme adjointe à la direction artistique, cheffe d’édition, puis rédactrice en chef. Trente-cinq ans après son arrivée, elle y officie toujours avec un profond enthousiasme comme directrice déléguée au développement des services abonnés. À son actif : l’accompagnement de la mutation numérique du journal, la supervision des newsletters, la recherche de sources de diversification éditoriales. Dont la newsletter Le Fil Good, adoptée par 78 000 lecteurs, et à laquelle Reporters d’Espoirs n’est pas resté insensible…

Comment l’idée de la newsletter « Le Fil Good » vous est-elle venue, et de quoi s’agit-il ?

Avec le Fil Good, on veut montrer par des bulles d’espoir que tout n’est pas négatif dans l’actualité. 

Cette newsletter est née de façon prosaïque, à la rentrée de septembre 2020. Après le premier confinement, le moral n’était pas haut. Au lendemain de l’assassinat de Samuel Paty, notre directeur de la rédaction de l’époque, Luc Bronner, nous partageait son sentiment de découragement : « C’est terrible, tout va mal, on va mourir de désespoir. On continue de raconter des histoires positives, de rencontrer des gens formidables, mais ça ne se voit pas ». Il fallait trouver un moyen d’y remédier.

Le Monde est avant tout un média généraliste : l’actualité, avec tout ce qu’elle a de terrible, sera toujours privilégiée. Bien que le positif soit présent, il est difficile à repérer dans nos formats journalistiques et le rouleau-compresseur de la grosse actualité. Aussi une newsletter recensant nos articles positifs, à laquelle les abonnés souscrivent librement, nous a semblé être le meilleur compromis.

L’existence même du Fil Good a-t-elle incité les journalistes à rédiger des articles plus positifs ?

Durant les six premiers mois, en effet, il y a eu plus de papiers à tendance positive, par effet d’entraînement. Puis l’actualité « dure » a repris le dessus, mais on déniche encore malgré tout une demi-douzaine d’article « Fil Good » par jour. Ces contenus viennent de rubriques variées – économie, société, international, ou encore du cahier L’Epoque, consacré aux petits changements et grandes mutations de nos vies quotidiennes.

Par exemple, un article qui met en avant la baisse du chômage et qui relativise la récession en Europe : c’est Fil Good. Un autre article sur une biotech française qui va tester aux Etats-Unis une molécule prometteuse contre le diabète : c’est Fil Good. 

Comment faites-vous pour susciter des reportages ?

Il n’y a pas d’articles commandés spécifiquement pour le Fil Good. Les journalistes pensent à nous envoyer leurs papiers quand ils les considèrent en phase avec la newsletter, ou bien ils les taguent directement de façon à les faire remonter dans la page Fil Good du site, ou bien encore nous allons à la pêche aux contenus dans l’ensemble de la production réalisée. La sélection est faite par des êtres humains orientés par leur subjectivité, et c’est assumé. On met en avant les contenus que nous avons eu plaisir à lire, qui rendent heureux, qui pétillent et nous surprennent.

Vous avez interrompu Le Fil Good… avant de le relancer ! À la demande de vos lecteurs ?

Lors de sa création, une partie de la rédaction se sentait désœuvrée. De nombreux journalistes s’étaient réorientés sur la couverture du Covid, et d’autres ont participé à Fil Good. En mars 2022, le noyau dur de la newsletter a été absorbé par d’autres projets, chronophages, comme ce fut mon cas avec la préparation et le lancement du Monde en anglais, site miroir en anglais du Monde.fr. Il était donc compliqué de continuer. Cette décision a été prise la mort dans l’âme : il a fallu expliquer à nos soixante-cinq mille lecteurs qu’au bout de dix-huit mois on passait à autre chose, même si ça marchait très bien.

Ce qui est malheureux, c’est que le Fil Good s’est arrêté au moment du déclenchement de la guerre en Ukraine. Il y a eu une multiplication de nouvelles très plombantes, et des gens ont pu se détourner de l’information. Ils avaient le sentiment qu’elles ne décrivaient que du noir. La newsletter a alors été relancée en octobre 2022 et a retrouvé son public, et même dépassé les attentes : 78 000 inscrits à ce jour !

Quels sont les retours de vos lecteurs ?

La mise sur pause de la newsletter s’est accompagnée d’une avalanche de messages de personnes éplorées, qui nous demandaient de ne pas nous arrêter, de rester. Ce qui revient le plus dans tout ça, c’est la fatigue informationnelle. Il arrive que des lecteurs envisagent de se désabonner car ils se sentent submergés par le flot de nouvelles négatives et déprimantes : c’est alors le Fil Good qui peut les faire rester lecteurs ou abonnés au Monde. La newsletter leur offre des informations plus rassurantes. Certains nous ont même suggéré d’établir des systèmes de signalétique avec des pastilles vertes, pour mettre en avant l’actualité positive au sein de la masse d’informations effrayantes.

De plus, le Fil Good est un levier de fidélisation : plus les abonnés s’y inscrivent, plus ils sont amenés à rester. Une fois informés et accrochés, ils ne partent plus. C’est également une manière originale de valoriser des papiers passés sous le radar, car peu exposés en Une du site, ou n’ayant pas encore trouvé leur public.

Ce choix d’un format newsletter est-il une évidence ?

Ce qu’il y a de bien avec une newsletter, c’est que l’information qu’elle contient n’est pas imposée. En y souscrivant, les lecteurs donnent leur consentement pour la recevoir, et ils disposent de la liberté de l’ouvrir, de la lire ou non. Cela permet de développer une relation de confiance : s’ils le souhaitent, nous les acheminons vers quelque chose de positif. 

On teste également dans ces formats jusqu’à quel niveau de familiarité positive on peut aller. C’est le cas avec la newsletter Darons, Daronnes, dirigée par Clara Georges.  Elle y fait usage d’un véritable franc-parler pour raconter et partager son expérience et ses questionnements de mère. Cette manière de s’adresser aux gens ne fonctionne pas partout, nos articles se doivent d’adopter une certaine neutralité journalistique. Dans une newsletter, c’est différent : on parle à l’oreille du lecteur. Pour nos rédacteurs, c’est un nouveau terrain de jeu.

Propos recueillis par Sixtine Guellec et Gilles Vanderpooten.