HomeInterviews

“Le logiciel libre a gagné de nombreuses batailles” – Sylvestre Ledru, directeur de l’ingénierie et responsable France de Mozilla

By 21 avril 2022mai 17th, 2022No Comments

Grand contributeur au monde du logiciel libre, Sylvestre Ledru est directeur de l’ingénierie et responsable de Mozilla pour la France. L’organisation est à l’origine du navigateur web Firefox, de l’application de messagerie Thunderbird et d’outils dédiés à un web plus libre, accessible et ouvert à tous de manière sécurisée et respectueuse de la vie privée.


Comment vous êtes-vous intéressé à l’informatique et au monde du logiciel libre (open-source) ?

Comme beaucoup dans l’industrie, j’ai commencé par les jeux vidéo avant de m’intéresser à l’informatique au début des années 1990. À l’époque, on me disait qu’il n’y avait pas d’avenir dans ce secteur et qu’il y aurait beaucoup de chômage ! J’y suis tout de même allé par passion. Et j’ai découvert plein de gens brillants dans le logiciel libre qui me donnaient envie de rejoindre ces communautés pour à la fois apprendre et améliorer l’état de la technologie.

C’est passionnant de voir aujourd’hui comment l’open-source a gagné : que ce soit sur un site web, un logiciel, sur un téléphone, un ordinateur ou un serveur, ces systèmes reposent sur du logiciel libre. Les grandes entreprises du numérique s’en servent pour gagner du temps en adaptant l’outil à leurs besoins et économiser des millions d’euros de licences. Est-ce que Google aurait pu grossir si vite avec du logiciel propriétaire ? Est-ce que Android aurait pu démarrer sans le noyau Linux ?

Est-ce que Mac OS X aurait été un tel succès sans l’utilisation par Apple de briques libres ? Si PHP n’avait pas existé, est-ce que Facebook aurait pu démarrer aussi rapidement ? Que serait AWS (hébergeur cloud le plus utilisé du monde) sans le logiciel libre ?

Quelle est la position des Français dans le monde du logiciel libre ?

En France, nous avons la chance de bénéficier d’études quasiment gratuites et donc de temps libre pour utiliser ces logiciels et les améliorer, contrairement à d’autres pays où les études coûtent cher et requièrent de travailler en parallèle pour survivre. C’est une des raisons pour lesquelles les Français sont très présents dans ce secteur.

L’un des logiciels libres les plus connus est le lecteur vidéo VLC : il est d’origine française. La recherche française a investi dans la création d’outils open-source de machine learning (ex: Scikit-Learn) ou de langages machines bas niveau (ex: OCaml). Les contributeurs les plus actifs de Debian (distribution Linux la plus utilisée pour les serveurs) comportent des Français. Un outil structurant du web d’aujourd’hui, Docker, a été créé par quelques français également… La France est très à la pointe, et les Français sont présents dans toutes les grandes entreprises technologiques du monde. Peut-être est-ce lié à notre culture, à notre devise, ou à un penchant à travailler pour le bien commun qui est ancré. Peut-être est-ce aussi notre esprit critique qui explique notre penchant particulier pour l’informatique.

Mozilla est une des marques les plus connues du monde de l’open-source, une sorte de porte-drapeau.

Mozilla a été créée sur les cendres de Netscape, au début des années 2000 en partant du constat qu’il y avait une meilleure façon de faire du web qu’Internet Explorer – que Microsoft a d’ailleurs délaissé en arrêtant d’investir. À l’époque, Firefox s’appelait la Mozilla Suite, et le navigateur a popularisé des fonctionnalités comme les onglets, le blocage de pop-ups et des mesures liées à la protection de la vie privée… certaines de ces fonctionnalités qui paraissent aujourd’hui évidentes. Au fur et à mesure, des centaines, des milliers de gens se sont mobilisés pour contribuer à améliorer le logiciel ou rapporter des bugs.

Aujourd’hui, Mozilla est une entreprise d’environ 700 salariés dans le monde, doublée d’une fondation. Nous coopérons avec tous les acteurs de la tech, y compris avec nos concurrents, pour développer des fonctionnalités nouvelles, définir des standards et faire avancer le web.

Vous défendez un “Internet accessible, libre et ouvert à tous”. Dans une situation de conflit où le web se ferme à certains endroits, comment parvenez-vous à assurer cette mission ?

Nous ne fournissons pas de connexion Internet ni filaire ni satellitaire, en revanche on investit énormément sur la sécurité : le HTTPS pour tous il y a quelques années avec Let’s Encrypt, le langage bas-niveau Rust ou encore la résolution des failles de sécurité de Firefox en moins de 24h. Le navigateur Tor, basé sur Firefox, permet de brouiller l’origine de la requête web afin d’outrepasser certaines restrictions ou surveillances émises localement. C’est notamment utile pour les journalistes dans une zone de conflit ou un dissident politique. On peut citer ici le cas d’Edward Snowden, lorsqu’il a échangé avec les journalistes du Guardian et du Washington Post. Tor est open-source et on coopère régulièrement pour intégrer des fonctionnalités de Tor dans Firefox.

Avez-vous le sentiment que la conscience progresse quant à l’importance de protéger nos données personnelles ?

Nous avons mis en place l’outil Firefox Monitor pour permettre à chacun de savoir si ses données ont fait partie d’une fuite de données.

Je suis impressionné par le nombre d’appels d’arnaque au CPF (Compte personnel de formation) que l’on peut recevoir. Ces gens exploitent les fuites de données pour vous contacter et vous mettre en confiance, notamment en vous donnant des informations personnelles comme votre adresse.

On a tellement d’informations personnelles sur énormément de systèmes informatiques d’entreprises qu’une fuite est parfois inévitable.

Quand une structure collecte des données sur les utilisateurs, il faut s’assurer qu’elle en ait besoin, qu’elle détient uniquement le minimum nécessaire, sur une durée limitée dans le temps. C’est là que le RGPD [la réglementation européenne sur la Protection des Données] est intéressant et apporte un cadre juridique solide, à tel point qu’il a inspiré les californiens avec le Digital Privacy Act.

Notez que les fake news se nourrissent de l’accumulation des données : les bulles de filtre peuvent vous enfermer, par un algorithme, dans une catégorie de personnes considérées comme intéressées par la désinformation. Et ce sont ces sites de fake news qui sont arrosés de publicités, ce qui a tendance à créer un cercle vicieux pour les algorithmes. Donner un cadre légal et juridique est nécessaire pour lutter contre cela.

Quel est votre regard sur le programme French Tech ? Apporte-t-il quelque chose à Internet tel que vous le concevez ?

Nous avons en France des entreprises qui ont des modèles vertueux, comme Doctolib, BlaBlaCar, Swile ou Alan, dont les modèles économiques ne reposent pas sur l’accumulation de données. La tech en France s’est dynamisée comme jamais ces dernières années. Ces entreprises s’inspirent du management à l’américaine qui est, je pense, assez adapté au monde de la tech, les salaires y sont plus valorisés que par le passé pour conserver les talents français. J’espère qu’un jour, on sera capable de créer des géants européens.

Vous écrivez régulièrement sur différents blogs (linuxfr et votre propre blog) afin de partager votre expertise, vos problématiques et vos solutions.

J’ai la chance de travailler sur des projets à la pointe de la technologie. L’objectif, quand on écrit des billets de blog, c’est d’expliquer notre démarche à des structures qui aimeraient aller dans la bonne direction, et les inspirer pour qu’elles gagnent du temps. Il nous arrive chez Mozilla d’écrire des publications scientifiques qui sont réutilisées par tous les acteurs de la tech, contribuant ainsi à un cercle vertueux d’amélioration des technologies.

Quel est votre rapport personnel à l’information ? Quels médias consultez-vous ? En quelles sources d’information avez-vous confiance ?

Je suis un grand consommateur d’informations. Dans la presse généraliste, je lis Le Monde, Les Jours et Courrier International parce que j’aime avoir du recul sur la France d’un point de vue étranger. Dans la presse technique, je lis Linux Weekly News et Twitter où il existe de bonnes sources véritablement expertes.

Dans les oreilles de Sylvestre Ledru (attention, podcasts spécialisés ! 🙂)

  • IRL de Mozilla (anglais)
  • How to Fix the Internet de l’EFF (anglais)
  • Darknet Diaries de Jack Rhysider (anglais)
  • Open Source Security Podcast de Josh Bressers et Kurt Seifried (anglais)
  • Mécaniques du Journalisme de France Culture
  • Les Odyssées de France Inter

Propos recueillis par Gilles Vanderpooten et Joshua Tabakhoff, Reporters d’Espoirs.

Leave a Reply