HomeInterviews

Reporter de guerre, reporter d’espoir: Extrait de « Imaginer le monde de demain »

By 24 mars 2022avril 1st, 2022No Comments

Publié chez Actes Sud en juillet 2020, Imaginer le monde de demain – Le rôle positif des médias est le livre-manifeste pour le journalisme de solutions écrit par Gilles Vanderpooten, journaliste et directeur de Reporters d’Espoirs. Alors que le conflit en Ukraine a éclaté il y a exactement un mois, nous vous proposons de (re)découvrir cet extrait sur la place du journalisme de solutions jusque dans les reportages les plus durs: à savoir, le journalisme de guerre.


Paroles d’un correspondant international : « Parce que je couvre les guerres, la destruction de civilisations, parce que j’ai vu la destruction de pays et de peuples, je sais que le défi est de rebâtir. À chacun de mes retours du théâtre des opérations, on me renvoie sur le terrain d’une autre guerre. Jamais on ne m’a demandé d’aller observer la reconstruction d’un pays ». 

Ce constat dans lequel pointe un regret revient régulièrement dans les propos des reporters de guerre, lorsqu’on évoque avec eux la possibilité d’un journalisme de solutions. Il est souhaitable de le pratiquer y compris dans les situations les plus problématiques, les plus dramatiques de guerre et de conflit, là où il est possible d’observer le pire comme le meilleur de l’humanité, sa propension à détruire comme à bâtir, à sombrer comme à être résiliente, nous confient-ils.

Delphine Minoui, grand reporter au Figaro, spécialiste de l’Iran et du Moyen-Orient, lauréate du prix Albert-Londres, connaît bien ces terrains sur lesquels elle tâche d’apporter précisément un regard constructif. Elle affiche la couleur sur son blog : « Vu de l’extérieur, le Moyen-Orient fait peur. On y parle de bombe iranienne, de chaos irakien, de croissant chiite, de risques de guerre civile au Liban. Chaque jour, la liste des conflits ne cesse de s’allonger : Occident contre Orient, Modernité contre Tradition, Religieux contre Laïcs, Sunnites contre Chiites… » Elle partage le souhait de Martyn Lewis [ex-présentateur à la BBC] d’aller au-delà des gros titres effrayants de l’actualité pour « donner la parole aux hommes et aux femmes qui rythment le quotidien de cette région du monde, à la fois intrigante et passionnante ». Car, dit-elle, « derrière les discours fracassants et les dérives fascisantes, il y a encore beaucoup de citoyens qui se battent dans les marges et ils sont plus nombreux qu’on imagine ». 

La journaliste met cette intention en pratique dans l’ouvrage Les Passeurs de livres de Daraya, dans lequel elle raconte le pari de jeunes révolutionnaires syriens d’exhumer plusieurs milliers d’ouvrages trouvés dans les décombres de leur ville assiégée, pour les rassembler dans une bibliothèque clandestine dans les sous-sols de la ville de Daraya. On comprend comment ils ont pu résister psychologiquement aux assauts d’incessants bombardements et attaques au gaz chimique, « en bâtissant quelque chose quand tout s’effondre autour de nous ». Non qu’ils aient toujours été de grands lecteurs mais parce qu’ils ont trouvé dans le livre un refuge, un symbole de liberté, un moyen de lutte contre la déshumanisation, une réponse à l’oppression par la culture, « une page ouverte sur le monde lorsque toutes les portes sont cadenassées ».

Si l’initiative n’apporte pas de solution en soi au conflit et peut apparaître anecdotique au regard de l’ampleur du désastre, elle témoigne en revanche de la formidable capacité de résistance psychologique à la domination politique et religieuse, par la littérature. Delphine Minoui illustre par là même la possibilité qu’ont les journalistes d’aborder des situations tragiques avec des angles nouveaux, originaux, porteurs d’espoir. Comme un murmure au milieu du chaos. « Mon propos est de montrer que ces jeunes, en opposant la beauté des mots à la violence des bombes, incarnent la troisième “voix” syrienne, prise en étau entre Bachar al-Assad et les djihadistes. On ne peut pas se cantonner à raconter la guerre sur la ligne de front. Derrière chaque conflit, l’ironie c’est qu’il y a la vie, l’amour, la joie, des bébés nés sous les bombes à Daraya. Tous ces à-côtés me semblent importants, pour aller au-delà des chiffres de morts, de blessés, de torturés. Mettre des noms, incarner des histoires à hauteur d’homme, c’est le meilleur moyen de réveiller les consciences. »

Le besoin de “solutions” semble d’autant plus fort pour des reporters en proie à la souffrance humaine, à regarder l’exemple de Cécile Allegra, grand reporter, lauréate du prix Albert-Londres en 2015 avec sa coréalisatrice Delphine Deloget pour le documentaire Voyage en barbarie sur les camps de torture du désert du Sinaï. Elles y dévoilent comment de jeunes Érythréens, fuyant la dictature, sont capturés, déportés, vendus, torturés. Du reportage à la prise d’initiative pour poursuivre d’une autre manière le travail de sensibilisation, il n’y a parfois qu’un pas. La journaliste l’a franchi en créant l’association Limbo* pour aider des rescapés de camps d’Égypte, de Libye, du Soudan, à entreprendre, le temps de “vacances résilientes” – quatre semaines par an –, une reconstruction afin de reprendre le chemin d’une vie normale et de ne pas sombrer dans le suicide. Accueillis dans le village de Conques en Occitanie – propice au calme et au sentiment de sécurité –, ils suivent des stages leur permettant de recréer une vie sociale, de retrouver de la confiance en soi et en les autres au contact des habitants du village, à travers soutien psychologique, randonnées au grand air, art-thérapie. Parmi les participants, des rescapés du documentaire. Trois ans après la création de l’association, voilà matière à un reportage “constructif”.

Parce que le reportage de guerre demeure le genre journalistique par excellence, salué de tous, portant celui qui l’exerce au plus haut rang de l’estime de la profession, il est un terrain d’autant plus intéressant pour un journalisme de solutions lui – même mis au défi d’apporter les preuves de sa pertinence.

Imaginer le monde de demain – Le rôle positif des médias. Gilles Vanderpooten avec Reporters d’Espoirs. Actes Sud, Juillet 2020.

Leave a Reply