HomeInterviews

« Mettons la même ambition sur le sujet de l’impact que sur celui des ventes et du produit ! » – Kat Borlongan, directrice de l’impact chez Contentsquare, ancienne directrice générale de la FrenchTech

By 17 mars 2022avril 1st, 2022No Comments

Nommée directrice de la Mission French Tech en 2018, Kat Borlongan a contribué à façonner l’image startup de la France en lançant le French Tech Visa et French Tech Tremplin, deux programmes au service de l’égalité des chances. Décidée à faire évoluer les choses, elle vient de rejoindre l’une des plus belles licornes françaises en tant que directrice de l’Impact. Elle est l’une des rares, sinon la première, personne à occuper ce poste dans une entreprise du secteur de la technologie, rattachée au plus haut niveau de l’entreprise.


Vous avez dirigé la Mission French Tech pendant trois ans et demi. De quel programme êtes-vous la plus fière ?

J’ai sans aucun doute deux programmes favoris.

Le premier est le Visa French Tech : je suis naturalisée française depuis décembre 2021 et le drame de la carte de séjour, pour l’avoir vécu, est une expérience désagréable et blessante. Le fait de créer un visa pour dire « Vous êtes bienvenus en France, venez écrire l’histoire avec nous » me tient à cœur. En octobre 2018, je parlais pour la première fois publiquement en tant que Directrice Générale de la French Tech aux côtés du président de la République. Nous avons annoncé que nous mettrions en place ce programme d’ici mars. Cela me surprenait moi-même de penser qu’on arriverait à faire bouger le système de l’immigration mais on a réussi à le faire, avec même un peu d’avance !

Le deuxième, c’est Tremplin : un programme qui va chercher des personnes éloignées de la technologie –en raison d’obstacles culturels, économiques ou sociaux-, pour les amener dans cet univers et leur donner les mêmes chances qu’à des personnes de milieux plus privilégiés. Beaucoup d’expérimentations témoignent qu’injecter ainsi davantage de diversité dans l’écosystème peut le faire grandir.

Vous avez récemment rejoint Contentsquare, licorne française qui a réalisé une levée de fonds record l’année dernière : 408 millions d’euros. Pourquoi cette start-up spécialisée dans l’expérience utilisateur plutôt qu’une autre ?

Une fois ma mission achevée auprès de la French Tech, j’ai cherché à rejoindre une licorne européenne [entreprise valorisée à plus d’un milliard d’euros] prête à s’investir de manière ambitieuse dans l’impact social. J’ai échangé avec des investisseurs, des journalistes du Financial Times et de TechCrunch qui ont une vue globale dans ce domaine. Mais je n’ai pas trouvé mon bonheur parmi leurs recommandations.

Par hasard, Jonathan Cherki, le fondateur de Contentsquare, m’invite à échanger avec lui.

Il me présente son entreprise qu’il a créée alors qu’il était encore étudiant, devenue une société en hypercroissance en moins de 10 ans.  Je comprends au fil de la discussion qu’il se pose beaucoup de questions sur le sens de son entreprise. Au-delà des activités très rentables mises en avant sur le site web de l’entreprise, j’apprends qu’il a lancé une fondation dédiée à l’accessibilité numérique, et je comprends qu’il est prêt à aller plus loin. Le lendemain, je lui dis « si tu es prêt à aller aussi loin, on ne va pas se contenter de bâtir une politique RSE (Responsabilité sociale de l’entreprise), mais on va écrire les 10 prochaines années de l’entreprise. Si tu m’accordes un siège au comité exécutif et le budget qui va avec, alors on va positionner la démarche d’engagement au cœur de la stratégie de l’entreprise ».

Vous êtes « Chief Impact Officer » : en quoi cela consiste-t-il ?

Les entreprises comptent de plus en plus de responsables de l’impact et je m’en réjouis, mais peu ont un siège au comité exécutif. Nous sommes deux en France à avoir cette position dans les start-up de la tech, avec Jean-Gabriel Levon co-fondateur d’Ynsect [entreprise spécialisée dans l’élevage d’insectes et leur transformation en ingrédients].  

Mon rôle consiste à m’assurer que Contentsquare ne soit jamais en retard par rapport aux avancées, demandes et valeurs de la société. J’ai deux champs d’action. D’un côté l’impact, qui nous amène à redéfinir la norme de ce qu’est une bonne « expérience utilisateur » : pas seulement une question d’ergonomie, mais d’accessibilité, de protection de la vie privée et de respect de la planète.  D’un autre côté, la responsabilité tournée sur la diversité et l’inclusion car Contentsquare rachète des entreprises à travers le monde et il faut créer une culture commune ; sur l’engagement dans la démarche climatique ; et sur l’éthique des données. Contribuer ainsi à redéfinir ce qu’est la réussite d’une grande startup, c’est une mission rêvée pour moi.

Au sein de la FrenchTech, vous avez créé l’indice Next40 pour promouvoir 40 jeunes entreprises françaises considérées comme prometteuses et susceptibles de devenir des leaders technologiques. A propos de redéfinition de ce qu’est la réussite pour une entreprise : pensez-vous qu’il y ait une place pour un indice Next40 « pour le bien commun » qui ne soit pas seulement basé sur les levées de fonds mais aussi sur l’impact positif sur la société ?

C’est évidemment nécessaire ! Nous y avons réfléchi dans le cadre de la FrenchTech. Je soutenais l’idée d’avoir un indice ou d’indexer les startups à impact positif mais il était difficile de trouver des critères objectifs : l’entreprise doit-elle être labellisée BCorp ? Faut-il être dans une verticale « for good » ? Doit-il y avoir une certaine distribution des richesses en interne ? Etc. Alors nous nous sommes focalisés sur des critères objectifs de performance économique, tout en décernant des Impact Awards.

J’ai travaillé en parallèle sur un « Board Impact » : mettre en place un indice fondé sur les critères de l’inclusion, l’égalité des genres et la planète. Le projet a été interrompu avec mon départ.

Vous voulez lutter contre « l’impact washing ». De quelle manière ?

Depuis toujours, j’ai un fort engagement associatif. À la French Tech, l’obsession pour les « licornes » (26 licornes à ce jour) a tendance à mettre de côté les startups « for good » qui sont considérées comme méritantes mais sans perspective d’une hypercroissance qui permettrait à ses fondateurs une exit favorable [opération de sortie d’un ou plusieurs actionnaires du capital d’une société, moyennant un retour financier élevé].

En regardant de plus près, j’ai compris que si les projets à impact ne fonctionnaient pas, c’était dû au fait que les entreprises sous-investissaient dans l’impact. Elles pensent que c’est quelque chose de simple. Alors elles engagent des profils de communicants pour gérer ces projets-là, qui sont en réalité très complexes et ne peuvent pas relever uniquement de la com mais bien de la stratégie. Il faut reconnaitre que ce n’est pas évident : faire tourner une startup, c’est comme construire un avion en plein vol. Mais si on mettait la même ambition, le même investissement et les mêmes profils sur le sujet de l’impact que sur celui des ventes, du produit, etc., alors on pourrait potentiellement réussir à faire de grandes avancées concrètes en la matière.

Une interview réalisée par Gilles Vanderpooten et Joshua Tabakhoff

Leave a Reply