Interviews

« Nous avons créé une école de la transition écologique pour les jeunes qui n’aiment pas l’école », Frédérick Mathis, fondateur et directeur de l’école ETRE

By 18 janvier 2022No Comments

ETRE se définit comme la première école française de la transition écologique, dédiée aux jeunes en rupture scolaire et aux adultes en quête de sens. Avec son modèle de formation gratuit et tourné vers les métiers manuels, cette école entend former les nouveaux acteurs des métiers « verts et verdissants ». Frédérick Mathis, son fondateur et codirecteur nous partage sa conception de l’enseignement, les valeurs fondatrices de son établissement et ses projets pour l’avenir.


ETRE fondée en 2017, est l’école de la transition écologique. Comment est né ce projet ?

En 2004, j’ai fondé l’association 3PA pour sensibiliser les jeunes à l’écologie. A l’époque ces enjeux étaient déjà bien implantés dans le débat public mais pourtant les jeunes que je côtoyais dans les foyers étaient loin de ces préoccupations. J’ai décidé d’attirer leur attention avec des ateliers écologiques concrets comme la confection de charpentes ou l’apprentissage du maraîchage. C’est de leur intérêt pour notre approche que sont nées nos propres formations.

A quels besoins ETRE répond-t-elle ?

Notre formation répondait dès le départ à un besoin : d’un côté, chaque année en France plus de 90 000 jeunes sortent du système scolaire sans diplôme. Au bout de 3 ans, 70% d’entre eux se retrouvent sans emploi. D’un autre côté, des institutions comme l’ADEME (Agence de la transition écologique) prévoient la création de plusieurs centaines de milliers d’emplois dans les énergies renouvelables et la transition écologique. Aussi, nous avons créé l’école de la transition écologique pour faire converger ces deux besoins, et avec les jeunes qui n’aiment pas l’école.

Au départ, certaines incompréhensions ont émergé quant à notre méthode d’enseignement. Mais avec le temps, l’apport de notre école a fini par convaincre les organismes institutionnels et surtout les entreprises qui voient en nous une réponse pour pallier le manque de formation dans les métiers de la transition écologique.

En quoi votre approche diffère-t-elle des formations professionnalisantes qui existent par ailleurs ?

Nous proposons des formations centrées sur les métiers « verts » et « verdissants », c’est-à-dire, les métiers liés à la protection de la nature et à la transition écologique. En 2015 nous avons créé un CAP en menuiserie spécialisé en économie circulaire avant d’inaugurer, en 2017 notre première école ETRE dans la région toulousaine. Cette école a suscité un vif intérêt de la part d’autres collectivités. C’est pourquoi dès 2019, et grâce à notre nomination comme lauréat de la fondation La France s’engage, nous avons essaimé des écoles ETRE sur tout le territoire métropolitain. Aujourd’hui nous comptons 8 écoles actives dont 4 en région Occitanie et une à Paris.

Que viennent chercher les étudiants dans votre école ?

Nos élèves, qu’ils soient déscolarisés où déjà diplômés, viennent chercher un sens à leur formation. 20% de nos membres sont des adultes déjà qualifiés qui ressentent le besoin de donner un objectif concret à leur métier. Nous souhaitons que nos étudiants trouvent à la fois un emploi qui leur permette de garantir leurs fins de mois tout en requalifiant leur moi. C’est pourquoi nos programmes vont du stage de découverte à la formation qualifiante.

Prenez-vous en compte les spécificités régionales dans vos formations ?

L’ancrage local est la grande force de notre école. Il nous permet d’aborder au mieux les enjeux et le savoir-faire de chaque région. Notre école parisienne par exemple, se concentre sur les questions de mobilités et notamment sur le développement du vélo en ville.

 

Trouvez-vous que les métiers manuels et les métiers dits « verts » bénéficient d’une couverture médiatique avantageuse ?

Les métiers manuels sont encore victimes d’une mauvaise presse. Mais la question de la transition écologique revalorise fortement leur reconnaissance sociale. Aujourd’hui nous ne sommes plus uniquement maçons mais « éco-constructeurs ». D’autre part, nous avons de plus en plus de demandes provenant de jeunes bac+5 qui sont en crise de sens. Le défi désormais est de réconcilier les voies intellectuelles et manuelles qui sont toutes deux indissociables pour mener au mieux la transition écologique.

Il y a des pays dans lesquels dit-on la convergence du manuel et de l’intellectuel fonctionnent mieux qu’en France. Vous inspirez-vous d’expériences menées ailleurs, par exemple en Suisse ?

Nous nous inspirons beaucoup des pédagogies dites alternatives dans la construction de notre proposition. J’ai moi-même grandi dans une école à pédagogie Decroly qui développe la pédagogie active et par le faire. Nous regardons ce qu’il se passe dans d’autres pays, notamment dans les pays du nord de l’Europe qui mettent en place des pédagogies centrées sur l’apprenant et le faire.

Votre action a été relayée notamment par Reporters d’Espoirs. Cette médiatisation, et plus généralement le développement du journalisme de solutions, ont-ils un impact positif sur l’activité de votre école ?

Notre passage sur la scène de votre évènement La France des solutions en 2019 a été un réel tremplin pour notre médiatisation. Les médias pratiquant le journalisme de solutions font cet effort de compréhension qui demande du temps. Mais notre visibilité n’est pas encore optimale, il reste de nombreux médias que nous n’avons pas réussi à interpeller.

Que pouvons-nous vous souhaiter pour 2022 ?

Notre ambition et de poursuivre le développement de l’école sur tout le territoire. Nous souhaitons atteindre le nombre de 30 écoles d’ici 3 ans. Cet objectif n’est pas sans fondement : nous observons une véritable demande que ce soit de la part des jeunes ou des entreprises. A plus court terme nous aimerions passer de 8 écoles à 15 d’ici fin 2022. Cette extension nous permettrait de toucher encore plus de jeunes : en 2021, ETRE avait déjà accompagné 600 étudiants, nous souhaitons atteindre les 2000 en 2022.


 

Propos recueillis par Louise Darrieu, Reporters d’Espoirs.

Leave a Reply