All Posts By

Rédaction

Le 21 mai c’est le Grand Bain des Champs – L’émission du Grand Bain en pleine nature !

By Les articlesNo Comments


Événement phare de la French Tech Aix-Marseille, Le Grand Bain est un événement de prospective positive qui rassemble des acteurs de tous secteurs et horizons. Ensemble, ils dialoguent autour d’actions concrètes qui peuvent, dès aujourd’hui, répondre aux enjeux technologiques, environnementaux et sociaux de demain.


Face aux restrictions imposées par la crise sanitaire, le Grand Bain a proposé une émission live, diffusée gratuitement et largement sur les réseaux sociaux qui a comptabilisé plus de 50 000 vues sur Facebook ou LinkedIn.

Après une première émission urbaine, Le Grand Bain revient le vendredi 21 mai pour une émission rurale : Le Grand Bain des Champs.

Pour cette édition de printemps, le Grand Bain des Champs vous emmène hors des murs, hors de la ville, mais au plus proche des préoccupations actuelles : mettre en avant le dynamisme des territoires ruraux, discuter des enjeux de l’agritech, envisager l’avenir du tourisme, et découvrir des initiatives locales innovantes.

Ce monde de demain auquel nous aspirons, dynamique et soutenable, innovant et responsable, ne se prépare-t-il pas déjà dans nos campagnes ?


Au programme :
2h d’émission en direct de Saint-Paul-Lez-Durance en présence des intervenants, diffusée sur les réseaux sociaux et animée par Julie Davico-Pahin, Présidente déléguée de la French-Tech Aix-Marseille.

  • 2 tables rondes :

– L’appel de la campagne ; Comment s’organise la revanche des campagnes ?
Avec Nicolas Hazard, Président du groupe Inco, Virginie Hils, Fondatrice de Comptoir de Campagne, et Eric Kraus directeur de l’Agence ITER France
Modéré par Stéphanie Ampart, Responsable des partenariats de Sogood

– De l’agritech à l’assiette ; Les nouvelles technologies permettent-elles le développement d’une agriculture durable et performante ?
Avec Florian Breton, Membre du Board de la Ferme Digitale et CEO de Miimosa et MathildeClément, Responsable R&D de Mycophyto.


3 Grands Entretiens avec des personnalités qualifiées
Avec Cédric O, Secrétaire d’Etat chargé du numérique, Joël Giraud, Secrétaire d’Etat chargé de la ruralité.
3 Escales de startups du territoire avec les startups Morgon, Pellenc energy et ProHaktive
Rendez-vous sur le site internet du Grand Bain pour plus d’informations :
https://legrandbain.tech/le-grand-bain-des-champs

A propos de la Capitale French Tech Aix-Marseille Région Sud :
La French Tech Aix-Marseille Région Sud est un collectif d’entrepreneurs et acteurs de l’écosystème tech et numérique du territoire. Sa feuille de route comprend cinq grands axes, en lien avec la stratégie portée par la Mission French Tech nationale.

  • Fédérer et faire rayonner l’écosystème,
  • Booster le financement des start-up,
  • Accompagner à l’international,
  • Nourrir un vivier de talents,
  • Promouvoir la technologie durable et inclusive.

La French Tech Aix-Marseille est soutenue par Aix-Marseille Provence Métropole, la Ville de Marseille, la CCIAMP, la Région Sud, la Caisse d’Epargne CEPAC, SFR, Edmond de Rothschild et Popkast.

Contact :
Jeanne Roques, Responsable éditorial et relations presse :
jeanne@lafrenchtech-aixmarseille.fr

Save the date 03/06/21 – La journée de la Paix Économique

By L'actu de Reporters d'Espoirs, Les articles, PrixNo Comments

La chaire Paix économique, Mindfulness et Bien-être au travail a le plaisir de vous inviter à la première édition de la journée de la Paix économique :

Jeudi 3 juin de 9h à 20h

Un événement 100% virtuel

Réchauffement climatique et urgence écologique sont des mots qui résonnent de plus en plus fort dans notre société.
Comment les citoyens et les organisations s’emparent-ils de ces problématiques ?
Quelles initiatives sont prises pour éviter des conséquences désastreuses ?
Comment former les futurs managers à cette question de la transition?

La Chaire Paix économique de Grenoble Ecole de Management organise une journée dédiée à la Paix économique et questionne sur la manière de se réinventer pour préserver la nature et la réconcilier avec l’humanité.

 

Au programme

Des conférences, des tables-rondes, des ateliers ludiques pour réinventer le lien entre humanité et nature.

Parmi les intervenants de cette journée, retrouvez :

  • Jacques Tassin, chercheur en écologie végétale au CIRAD
  • Camille Etienne, militante écologiste
  • Alexandre Jost, fondateur de la Fabrique Spinoza
  • Éric Piolle, maire de Grenoble
  • Elisabeth Laville, présidente d’Utopies
  • Stéphane Labranche, chercheur et sociologue à l’UGA
  • Loïck Roche, directeur de Grenoble Ecole de Management
  • Dominique Steiler, titulaire de la chaire Paix économique

Pour vous inscrire, suivez ce lien.

Marie-Christine Saragosse, présidente de France Médias Monde et membre du jury du Prix européen

By Interviews, L'actu de Reporters d'Espoirs, L'actu des médias, PrixNo Comments

« Le journalisme de solutions, c’est un journalisme qui ne se détourne pas du réel mais qui invite à agir, qui permet de croire en l’avenir. »

Marie-Christine Saragosse a dès le début de sa carrière travaillé dans le secteur public audiovisuel, tout d’abord au Ministère de la Communication (SJTI) puis au sein du cabinet du Ministre déléguée à la Francophonie. Après avoir dirigé pendant deux ans la direction de la coopération culturelle et du français au Ministère des Affaires étrangères, elle a été rappelée en 2008 à la direction générale de TV5MONDE. Elle est nommée en 2012 Présidente directrice générale de l’Audiovisuel Extérieur de la France, dont la dénomination sociale est devenue France Médias Monde en 2013.


Merci Marie-Christine Saragosse de nous faire le plaisir et l’honneur de rejoindre le jury de cette première édition du Prix européen du jeune reporter ! En quoi partagez-vous la démarche qui nous anime ?

Merci à Reporters d’Espoirs de m’avoir invitée à rejoindre ce jury ! J’ai accepté cette invitation d’abord parce que je suis avec beaucoup d’intérêt les initiatives portées par Reporters d’Espoirs, que nos médias RFI, France 24 et MCD relaient régulièrement. L’information internationale est le cœur de métier des journalistes de notre groupe, mais ils sont aussi extrêmement conscients de la responsabilité sociétale qui est la leur à travers les contenus qu’ils produisent et qui sont suivis chaque semaine par plus de 240 millions de personnes sur les cinq continents. Si l’information « chaude », experte, vérifiée, indépendante et honnête est évidemment notre mission première, nos reportages et nos magazines mettent aussi l’humain au cœur des programmes et ont l’ambition d’encourager à agir, dans tous les domaines. La pandémie a accentué cette prise de conscience de l’importance de ce qu’on qualifie parfois de « journalisme positif » ou « de solutions ». C’est une aspiration des citoyens de la planète en souffrance, d’être inspirés par des exemples de solidarité, des initiatives qui donnent confiance en l’avenir, dans le génie humain… dans l’humanité.

 

Avec France Médias Monde, votre terrain de jeu, c’est la planète ! L’Europe est-elle une entité qui vous importe d’un point de vue culturel, littéraire, ou politique ?

L’Europe est l’un de nos grands bassins de diffusion et d’audience, mais c’est surtout notre continent d’ancrage. Nous proposons beaucoup de contenus, près de 30 heures hebdomadaires, pas seulement sur l’Europe politique et institutionnelle, mais aussi sur l’Europe des 500 millions de citoyens qui l’habitent et la vivent au quotidien.

Nous partageons en Europe des valeurs humanistes, nous poursuivons des projets communs. À l’heure où le Royaume-Uni a quitté l’Union et alors que nous peinons à trouver des solutions à des crises multiples (Covid-19, vague migratoire, terrorisme…), nous devons redoubler d’efforts autour de cette idée de construction européenne qui repose sur un projet de paix, sans doute le bien le plus précieux et dont avons peut-être un peu oublié la valeur. Pour cela, il est essentiel de contribuer à forger cette « conscience européenne », qui passe par notre capacité à s’approprier cet espace dans tout ce qui nous rapproche et dans nos différences.

C’est dans ce contexte que nous lancerons dans les prochaines semaines, avec nos partenaires allemands de Deutsche Welle et une dizaine de médias dans six pays européens, un média numérique en six langues à destination des jeunes sur les réseaux sociaux. Baptisée « ENTR », cette offre  100% vidéo proposera des contenus sur toutes les thématiques qui suscitent l’intérêt et font le plus réagir les jeunes, où qu’ils se trouvent, en s’adressant à eux dans leur langue maternelle et à travers les nouveaux modes narratifs de l’information.

 

À propos de France et de Francophonie : comment voyez-vous évoluer l’appétence que les gens leur portent à l’extérieur ?

À en croire les résultats de nos médias en forte croissance sur tous les continents, je ne peux que constater que cette appétence pour notre pays et pour la francophonie existe. De la même manière la langue française, qui partage avec l’anglais le privilège d’être parlée et enseignée sur les cinq continents, voit son nombre d’apprenants continuer d’augmenter selon l’Observatoire de la langue française. Dans une étude internationale réalisée il y a quelques années, la France était qualifiée « d’enfant terrible du monde », décrite comme un pays amoureux de la culture et du « beau », ayant parait-il inventé la liberté (selon John Kerry après l’attentat de Charlie Hebdo), un pays impertinent, râleur, raffolant du débat d’idées et des idées en général… mais aussi un pays de modernité, de créativité et de curiosité pour le reste du monde. Bien des citoyens du monde envient notre cadre social, nos droits et libertés… On s’en rend mieux compte lorsqu’on travaille à l’international : c’est souvent dans le regard des autres qu’on se voit le mieux !

 

Le Prix invite à la réalisation de reportages écrits sur des problèmes et des réponses concrètes et impactantes qui peuvent essaimer à l’échelle européenne. Y a-t-il un reportage de ce type, et « porteur d’espoirs », qui vous a marqué récemment ?

Je ne peux m’empêcher de penser à des réalisations de nos propres médias dans ce domaine. Certaines émissions les incarnent chaque semaine, que ce soit « Pas2Quartier » sur France 24 qui donne la parole aux jeunes menant des initiatives positives dans les banlieues françaises, ou alors nos émissions environnementales « Élément Terre » sur France 24 et « C’est pas du vent » sur RFI qui montrent comment des femmes et des hommes interviennent concrètement pour lutter contre le réchauffement climatique et donnent des clés à chacun pour agir. Je pourrais aussi évoquer « Le Club RFI » qui met à l’honneur les actions de terrain solidaires menées en Afrique par les Clubs RFI, là encore autour de la protection de l’environnement, mais aussi en termes de prévention sanitaire ou encore pour l’accès à l’éducation. Sur le plan européen, notre nouvelle offre ENTR sera beaucoup centrée sur cette idée de journalisme de solution et proposera des sujets inspirants, porteurs d’espoir pour les jeunes, dans leur langue maternelle.

 

Pour vous, un journalisme ou un média « de solutions », qu’est-ce que ça signifie ?

Le journalisme de solution, c’est un journalisme qui ne se détourne pas du réel mais qui invite à agir, qui permet de croire en l’avenir. C’est mettre en lumière et à la portée du plus grand nombre des parcours, des initiatives qui incitent l’ensemble de la société à s’engager dans la vie publique et qui mobilise le sens du collectif en chacune et chacun d’entre nous. C’est un journalisme qui sans faire preuve d’un angélisme naïf donne confiance en soi, en les autres, en le devenir de l’humanité.

 

Quel conseil voulez-vous adresser aux jeunes, journalistes ou apprentis-reporters (notez que le Prix est ouvert à tous les jeunes de 18 à 30 ans, journalistes ou non, peu importe leur parcours) qui postulent au Prix européen Reporters d’espoirs ?

Faire preuve de créativité (éviter de répéter ce que tout le monde dit), d’optimisme (le sens critique ne signifie pas la démolition systématique de toutes les actions et de toutes les idées), mais aussi de rigueur (ne pas se raconter d’histoire et bosser son sujet) ! J’attends que les candidates et candidats s’emparent d’un sujet qui nous surprenne et nous émeuve, mais nous apprenne aussi des choses utiles, nouvelles. Et j’ajoute qu’il est rare que le génie ne soit pas le fruit d’un gros travail…

 

Votre définition de l’Espoir ?

Pour moi, l’espoir ce n’est pas l’espérance qui a une connotation résignée et impuissante : je m’en remets à des forces extérieures à moi car je suis confrontée à quelque chose sur quoi je n’ai pas prise (il peut arriver dans la vie d’en avoir besoin néanmoins !). L’espoir c’est au contraire une invitation à l’action pour trouver une solution aux problèmes – car c’est possible -, pour améliorer la vie – car c’est possible. L’espoir trace un chemin dans une réalité qu’on a le pouvoir de rendre meilleure.

 

Propos recueillis par Gilles Vanderpooten, Reporters d’Espoirs.


A propos de Reporters d’Espoirs & du Prix

Le Prix Reporters d’Espoirs met à l’honneur depuis 2004 les journalistes, innovateurs des médias, et étudiants-futurs professionnels des médias, pour leurs sujets traités sous l’angle « problème + solution ». Il a distingué plus de 100 lauréats depuis sa création, et célèbrera en 2021 sa 11e édition. Le Prix a permis à des journalistes de défendre leur travail au sein de leur rédaction, de gagner en notoriété auprès du public, de maintenir ou développer leurs rubriques, ou encore de convaincre leur média de la pertinence du journalisme de solutions. Le Prix s’inscrit dans la mission de Reporters d’Espoirs « pour une info et des médias qui donnent envie d’agir ».

Stars4Media répond en direct à vos questions ce jeudi 8 avril à 15h

By L'actu des médias, Les articlesNo Comments

Stars4media vous donne rendez-vous le jeudi 8 avril de 15h à 16h sur ZOOM pour répondre à vos questions en français.

Journalistes et pros des médias : vous avez de 2 à 10 ans d’expérience pro et un projet d’innovation (éditorial, data, tech, participation, journalisme de solutions…) ?
=> Bénéficiez d’un accompagnement + d’une bourse de 5400 euros + élargissez votre réseau, grâce à Stars4Media dont Reporters d’Espoirs est partenaire.

Inscription sur https://bit.ly/3wgDRlt

En savoir plus sur Stars4Media, le programme européen d’échange et de formation pour les professionnels des médias visant à accélérer l’innovation et la coopération transfrontalière. 

Cleantech open France a ouvert son concours destiné aux startups et PME éco-innovantes !

By Les articlesNo Comments

UN CONCOURS POUR LES ENTREPRENEURS DES CLEANTECH

Le concours Cleantech Open France est dédié aux startups françaises des technologies de l’environnement (cleantech). Il a été créé en 2010 pour répondre aux besoins spécifiques des entrepreneurs cleantech. Il offre des opportunités d’accompagnement, de financement, de collaborations avec les acteurs clés de l’écosystème de l’innovation, ainsi que de la visibilité. Enfin, c’est un tremplin pour un développement sur les marchés européens et américains.


LES 9 FILIÈRES DU CLEANTECH OPEN FRANCE :

  • Energies renouvelables,
  • Efficacité énergétique
  • Eau, air et protection de la biodiversité (des milieux, des espèces et des individus),
  • Mobilité,
  • Digital & IOT
  • Chimie verte & nouveaux matériaux,
  • Construction & immobilier,
  • Agriculture & alimentation,
  • Économie circulaire

 

RÉCOMPENSES : ACCOMPAGNEMENT, VISIBILITÉ, CONNEXIONS

  • Participez au Cleantech Open Global Forum aux USA en digital,
  • Présentez votre projet aux meilleurs experts techniques et business des cleantech (industriels, investisseurs, chercheurs, entrepreneurs, etc.)
  • Bénéficiez d’un label mondialement reconnu et gagnez en notoriété et en visibilité
  • Bénéficiez d’un accès privilégié à la communauté Cleantech Open France tout au long de l’année
  • Bénéficiez d’une année d’adhésion gratuite au Cleantech Open France vous permettant de bénéficier de tous les évènements de l’écosystème,

 

 

CRITÈRES D’ÉLIGIBILITÉ

• Vous développez une innovation dans l’une des 9 filières du Cleantech Open France
• Votre société est de droit français et ses statuts sont déposés
• Vous réalisez jusqu’à 5 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel
Quelles informations dans le dossier ?
• Description du produit/service, caractère innovant et différenciant, barrières à l’entrée
• Equipe
• Marché : taille, clients ciblés, concurrence
• Ecosystème de partenaires : financiers, R&D, académiques, etc.
• Impact environnemental de la solution
• Modèle économique
• Stratégie commerciale
• Maturité : commerciale, technologique, etc.
• Chiffre d’affaires réalisé et/ou prévisionnel
• Résultat net réalisé et/ou prévisionnel

Pas de nouveau dossier à constituer ! Il suffit de nous transmettre le même dossier (type business plan) que vous avez envoyé à une organisation pour laquelle vous avez candidaté préalablement (incubateurs, pôle de compétitivité, concours / prix, etc.).
Comment s’inscrire ? Remplir le formulaire et télécharger votre dossier de candidature ici.


 

POUR TOUTE INFORMATION COMPLÉMENTAIRE :

Chef de projet
Theotime Lamoureux – theotime.lamoureux@cleantechopenfrance.com – 06 35 55 97 33
Assistant chef de projet
Thomas Bruno – thomas.bruno@cleantechopenfrance.com – 06 01 29 32 31
Directeur Délégué
Pierre Deron – pierre.deron@cleantechopenfrance.com – 06 16 99 06 57

 

#Épisode 4 : le Tour des Reporters d’Espoirs fait étape le 29 mars à Marseille avec Raphaëlle Duchemin !

By Les articles, Sur la route du tourNo Comments

#Épisode 3 du tour des Reporters d’Espoirs : 3 rencontres prévues avec les étudiants de l’EJCAM, les journalistes de La Marseillaise et la rédaction de Marcelle. 

L’association Reporters d’Espoirs a lancé début mars son tour des régions de France, à la rencontre des journalistes et étudiants, pour échanger sur le journalisme de solutions, le traitement médiatique des enjeux climatiques, et l’impact de l’information sur la vie des gens. Après Tours le 9 et Nice le 26, le Tour fait étape à Marseille lundi 29 mars en compagnie de Raphaëlle Duchemin, voix bien connue de la radio qui a œuvré sur les ondes de France Bleu, France Info, RMC et Europe 1 où elle a animé l’émission quotidienne La France Bouge.

 

Etape à Marseille, lundi 29 mars 2021 avec 3 rendez-vous :

  • Un échange avec les étudiants de l’EJCAM, école de journalisme et de communication de Marseille.
  • Une rencontre avec des journalistes de plusieurs médias régionaux et nationaux dans les locaux du média Marcelle.
  • Une rencontre avec la rédaction d’un média-phare régional, en l’occurrence La Marseillaise.

Après trois premières étapes à Marseille, Nice et Tours, de nouvelles rencontres suivront notamment à Bordeaux, Lyon, Amiens et Lille.

 

 

Contactez-nous

Pour toute information ou pour envisager une étape dans votre école ou école de journalisme, nous sommes à votre écoute :

Augustin Perraud
Relations presse Reporters d’Espoirs
ap@reportersdespoirs.org
01 42 65 20 88

Gilles Vanderpooten
Directeur général Reporters d’Espoirs
gv@reportersdespoirs.org
01 42 65 20 94

#Épisode 2 : RDV à Nice vendredi 26 mars

By Les articles, Sur la route du tourNo Comments

Le Tour des Reporters d’Espoirs fait étape ce vendredi 26 mars à Nice Matin et à l’EDJ Nice avec Raphaëlle Duchemin !

Après Tours, c’est au tour de la ville de Nice d’accueillir la deuxième étape, ce vendredi 26 mars, en compagnie de Raphaëlle Duchemin, voix bien connue de la radio qui a œuvré sur les ondes de France Bleu, France Info, RMC et Europe 1 où elle a animé l’émission quotidienne La France Bouge, et le directeur de l’association Reporters d’Espoirs.

Raphaëlle Duchemin et Gilles Vanderpooten vont rencontrer la rédaction de Nice Matin et les étudiants de l’école de journalisme EDJ Nice pour explorer ensemble la pratique et les voies nouvelles du journalisme de solutions, démarche initiée par l’association Reporters d’Espoirs il y a près de 17 ans et dont le quotidien niçois est un porte-drapeau en France.

Ainsi, ce vendredi 26 mars 2021, deux rendez-vous sont prévus dans « la cité des Anges » :

  • Deux échanges avec les étudiants de l’EDJ NICE, l’école de journalisme (www.ecoledujournalisme.com). La direction pédagogique de l’école a initié un travail de fond à cette occasion, par lequel les étudiants ont mis en pratique le journalisme de solutions et réalisé articles et reportages qu’ils dévoileront vendredi.
  • Une rencontre avec la rédaction de Nice Matin.

Cette étape niçoise est importante, alors que Nice Matin a engagé une démarche structurée de journalisme de solutions dès 2015, qui suscite l’intérêt, obtient des résultats engageants, et fait des émules partout en France.

 

 

CONTACTEZ-NOUS

Pour toute information ou pour envisager une étape dans votre école ou école de journalisme, nous sommes à votre écoute :

Augustin Perraud
Relations presse Reporters d’Espoirs
ap@reportersdespoirs.org
01 42 65 20 88

Gilles Vanderpooten
Directeur général Reporters d’Espoirs
gv@reportersdespoirs.org
01 42 65 20 94

Entretien avec Alexia Kefalas, membre du jury du Prix européen

By Interviews, L'actu de Reporters d'Espoirs, L'actu des médias, PrixNo Comments

« Le journaliste retranscrit ce qu’il observe, tel Hermès, le messager des Dieux de l’Olympe ».

Après des études en France au cours desquelles elle travaille comme correspondante du quotidien grec Ta NEA, Alexia Kefalas repart en Grèce, où elle collabore au quotidien grec Kathimerini et devient correspondante du Figaro, de Courrier International ainsi que des chaînes de télévision France 24, TV5MONDE, TSR et de la radio RTL.


Merci Alexia de nous faire le plaisir de rejoindre le jury de cette première édition du Prix européen du jeune reporter ! En quoi partagez-vous la démarche qui anime Reporters d’Espoirs ?

Tout d’abord merci pour votre invitation. J’aime promouvoir mon métier. Il m’a toujours passionné et continue à le faire. L’essentiel est de transmettre. Nous avons un métier exigeant face à l’infobésité, nous devons donc répondre par nos fondamentaux, double checker, filtrer, et intéresser. Le journaliste ne fait le jeu de personne, il retranscrit ce qu’il observe tel Hermès, le messager des Dieux de l’Olympe. Nous avons besoin d’avoir de modèles qui donnent un sens en ces temps difficiles.

Votre définition de lEspoir ?

On dit souvent que l’espoir est le pilier du monde. J’adhère aussi à la vision de Jon Agee dans « Le bon côté du mur » qui dévoile une histoire métaphorique qui évoque avec humour les murs ou autres frontières que les humains érigent par peur de l’autre. L’Espoir, c’est de ne pas dresser ces murs..

Comment le journaliste peut-il lincarner ?

Nous pouvons apporter des outils, retranscrire notre expérience du terrain, croiser nos infos avec des analystes, écrivains ou experts pour mieux décrypter. Fondamentalement, notre rôle est de donner des clés pour une meilleure compréhension dans un monde complexe. Ainsi, plus nous nous informons et plus notre champ est éclectique pour trouver des solutions.

Vous êtes correspondante de plusieurs médias français, comme Le Figaro, depuis la Grèce. Comment définiriez-vous le lien que vous entretenez dune part avec la Grèce, dautre part avec la France ?

C’est un lien européen. Nous sommes une vraie fédération d’Etats qui ont chacun une histoire mais aussi des racines communes. Cette année, nous fêtons le bicentenaire de la Révolution grecque. Cette dernière est intervenue en 1821, dans la lignée de la Révolution française. Et c’est grâce aux philhellènes (amis de la Grèce) que les Grecs ont pu se relever et surtout se soulever contre le joug ottoman. Ce joug a duré 400 ans, on le retrouve même sur les 400 plis de la fustanelle, jupette portée par la garde présidentielle de la place Syntagma à Athènes.

L’amitié franco-grecque résulte d’une influence mutuelle qui a traversé les siècles. La crise greco-turque en est un exemple phare. Elle est très actuelle et très dangereuse. La France a été l’un des seuls Etats à réagir concrètement, sur le terrain.

LEurope est-elle une entité qui vous semble essentielle dun point de vue culturel, littéraire, ou politique ?

Evidemment. Même si des ratés ont encore eu lieu récemment avec la problématique des vaccins. Toutefois et malgré les erreurs sur la crise grecque, la Grèce reste attachée à son appartenance à l’Union européenne. C’est une Europe qui n’est pas parfaite mais il y a des solidarités internes pour aller de l’avant et faire avancer la construction européenne vers un horizon commun. D’ailleurs Europe tient son la mythologie grecque!

Vous qui côtoyez la Grèce comme la France et qui observez lAllemagne, pensez-vous pertinent de parler de « peuple européen » ?

Même si LE peuple européen n’a pas d’existence véritable, il reste que LES peuples européens existent. L’Europe se doit de promouvoir des valeurs européennes et de les entretenir afin de perpétuer cette appartenance à une entité commune. L’Europe est une structure, les peuples sont libres de circuler. Nous avons tendance à tourner le dos au passé mais finalement, nous sommes tous des réfugiés de l’Histoire. Je préfère parler d’un « peuple du monde ».

Quelle place occupe la francophonie en Grèce ?

La francophonie recule dans le monde entier. Les instituts français ont tendance à fermer, en Grèce notamment. C’est regrettable mais ne le considérons pas comme une fatalité, regardons vers l’Afrique, où l’essor de natalité, rime avec la transmission de la langue française. Cette francophonie peut tout à fait renaitre, c’est justement la force de la langue française.

Des reportages « porteurs despoirs » vous ont-ils particulièrement touchée récemment ?

Je citerais volontiers le portrait d’Albert Bourla. Né en Grèce, à Thessalonique, dont les parents ont été déportés. Après des études de vétérinaire, il a gravit les échelons et est désormais le directeur général de Pfizer depuis le 1er janvier 2019. L’une de ses premières décisions à été de construire un centre de data à Thessalonique.

Un deuxième exemple : celui d’un jeune réfugié guinéen. Il n’avait pas obtenu l’asile et pourtant il a été accepté à SciencesPo. Après un reportage sur son parcours, une mobilisation s’est déclenchée en France pour l’accepter et l’accompagner dans son cheminement. J’ai aussi réalisé un reportage pour France 24 sur Alia Camara, un jeune réfugié guinéen arrivé dans le camp de Moria à Lesbos, qualifié de « camp de la honte ». Tout ce qu’il aimait, c’était le football. Il s’en est sorti et a pu intégrer une équipe de football  grecque (Panionos).

Avez-vous un conseil à adresser aux candidats au Prix européen du jeune reporter despoirs ?

Déjà, Jules Vernes s’interrogait sur le futur du journaliste. Aujourd’hui une grande prolifération d’information avec, notamment, les réseaux sociaux et les chaînes d’infos parfois anxiogènes. Il faut garder le cap vers un journalisme qui sépare la nouvelle de l’analyse, et éviter les formules toutes faites pour éviter de succomber à la filature de l’émotion. Ce sera mon conseil.

Propos recueillis par Inès Barbe.


A propos de Reporters d’Espoirs & du Prix

Le Prix Reporters d’Espoirs met à l’honneur depuis 2004 les journalistes, innovateurs des médias, et étudiants-futurs professionnels des médias, pour leurs sujets traités sous l’angle « problème + solution ». Il a distingué plus de 100 lauréats depuis sa création, et célèbrera en 2021 sa 11e édition. Le Prix a permis à des journalistes de défendre leur travail au sein de leur rédaction, de gagner en notoriété auprès du public, de maintenir ou développer leurs rubriques, ou encore de convaincre leur média de la pertinence du journalisme de solutions. Le Prix s’inscrit dans la mission de Reporters d’Espoirs « pour une info et des médias qui donnent envie d’agir ».

Stars4Media : Jeunes professionnels des médias, bénéficiez d’un accompagnement dans vos projets d’innovation et d’une bourse de 5400 euros

By Agenda, L'actu de Reporters d'Espoirs, Les articles, PrixNo Comments

Innovez dans vos médias et coopérez au-delà des frontières sur de nouvelles solutions pour le journalisme !

Qu’est-ce que Stars4Media ?

Stars4Media est un programme européen d’échange et de formation pour les professionnels des médias visant à accélérer l’innovation et la coopération transfrontalière. En 2021 se tient sa seconde édition.

Développé par et pour les médias, et cofinancé par l’Union européenne, le projet Stars4Media soutient des initiatives sur lesquelles collaborent au moins deux médias de deux pays de l’Union européenne. Ces initiatives doivent contribuer à l’innovation dans, au choix : les nouveaux produits et formats éditoriaux, les technologies émergentes, ou d’autres innovations organisationnelles.

Pourquoi participer ?

  • coopérer avec un autre média européen pendant 4 mois ;
  • bénéficier des conseils et du coaching d’experts internationaux des médias pour tester une idée innovante ;
  • acquérir des compétences pratiques dans des domaines tels que le journalisme de qualité, le journalisme de données, l’intelligence artificielle et les technologies de traduction, le marketing et les médias sociaux ;
  • rejoindre une communauté d’innovateurs des médias issus de toute l’Union européenne ;
  • recevoir une subvention de 5 400€ par participant (modalités de versement précisées ici)

Qui peut participer ?

Stars4Media est ouvert aux professionnels des médias, principalement les jeunes « étoiles montantes », ainsi qu’à leurs mentors plus seniors, salariés d’une organisation médiatique ou pigistes (freelancers).

Chaque équipe doit :

  • Comprendre des professionnels des médias  d’au moins deux pays différents de l’Union européenne.
  • Collaborer autour d’une idée novatrice : une « initiative » Stars4Media.
  • Etre interdisciplinaire, donc impliquer des profils variés. Par exemple : journalistes, journalistes spécialisés dans les données, graphistes, développeurs web, responsables de médias sociaux, spécialistes de l’expérience utilisateur et du marketing, experts en données et IA, etc.

Les « initiatives » Stars4Media sont des idées innovantes qui seront développées sur une période de 4 mois, en se concentrant sur l’une des trois thématiques suivantes :

  • Journalisme, confiance et participation
  • Technologie et marketing des médias
  • Autres innovations

Les candidats peuvent s’ils le souhaitent proposer un projet qui allie plusieurs de ces thématiques (par exemple : une initiative de journalisme de données appliquée au thème de la diversité). Les sujets inscrits dans le tableau ne le sont qu’à titre indicatif.

Comment participer ?

1) Proposez votre initiative

Pour participer, vous avez deux options :

  • Soit vous êtes à un stade avancé et choisissez de soumettre directement une proposition d’initiative développée et complète. Il y a deux échéances :le 1er mai 2021 ou le 1er juillet 2021.Les candidats qui soumettent leur candidature d’ici le 1er mai auront l’occasion de présenter leur idée lors de l’événement Stars4Media Lab le 1er Vous pouvez toutefois soumettre une proposition pour la date limite du 1er juillet, même si nous encourageons les candidatures anticipées. Pour soumettre votre initiative, téléchargez et remplissez le formulaire ici (en anglais).
  • Soit vous êtes à un stade moins avancé, et vous pouvez nous envoyer  d’abord un projet de proposition d’initiative via info@stars4media.eu, en remplissant en amont le formulaire de demande. Dans ce cas, une équipe d’experts et de praticiens des médias peut vous guider dans la conception de votre initiative. Pour bénéficier du soutien et des conseils d’un expert des médias pendant la phase de sélection, vous devrez soumettre votre projet d’idée avant le 15/04/2021. L’expert qui vous est assigné vous aidera à développer une candidature qui correspond aux objectifs de Stars4Media, il/elle questionnera vos idées et/ou vous aidera à trouver un média partenaire.

2) Obtenez un coaching pour avoir plus de chances d’être sélectionné

Les candidats bénéficieront d’un coaching par des experts des médias de février à juin 2021. Un jury indépendant d’experts des médias évaluera les demandes d’ici au 15 mai.

Les candidats recevront également des commentaires constructifs lors de l’événement de formation virtuelle Stars4Media Lab au début du mois de juin : ils seront invités à présenter leurs initiatives et à participer à des séances de coaching. Ils peuvent soumettre leurs propositions retravaillées avant la date limite du 1er juillet.

Une trentaine d’initiatives seront sélectionnées et les participants pourront commencer leur collaboration dès septembre 2021.

3) Mettez en œuvre votre initiative avec d’autres professionnels des médias de l’Union européenne

  • Mobilité physique et coopération virtuelle : à partir du 15 septembre 2021, et pour une durée maximale de 4 mois, les professionnels des médias sélectionnés réaliseront leur initiative ;
  • Suivi et évaluation :l’élaboration de l’initiative sera suivie, évaluée et guidée par l’équipe d’experts de Stars4Media. Le processus de suivi et les démarches administratives seront facilités. Pour plus de détails, veuillez consulter les règles spécifiques de la deuxième édition de Stars4Media, disponibles ci-dessous.

Stars4Media Helpdesk : Contactez-nous sur info@stars4media.eu ou appelez-nous au: +32 (0)456 19 86 84 (Belgique).

Rejoignez maintenant la communauté Stars4Media sur LinkedIn pour échanger des idées et trouver des partenaires !

Si vous êtes intéressés de recevoir des conseils pour trouver des partenaires et vous inspirer des meilleures pratiques développées lors de la première édition du projet: consultez le Manuel Stars4Media (pdf).

Qu’entendons-nous par innovation ?

Pour en savoir plus, consultez la check list « innovation et viabilité économique » (pdf).

Quelles sont les conditions pour participer ?

1) Critères pour participer au projet Stars4Media

  • Les organisations de médias et/ou les pigistes qui soumettent une proposition d’initiative doivent être des résidents de l’Union européenne ;
  • L es organisations de médias et/ou les pigistes à l’origine des initiatives proposées approuveront les modalités du projet (voir ci-dessous) ;
  • Lors de la présentation d’un projet d’idée et/ou d’une proposition, le candidat doit confirmer l’engagement de son organisation médiatique (ou de son engagement individuel, s’il est pigiste) :
    • (i) aux normes et codes d’éthique journalistiques professionnels internationaux,
    • (ii) aux règles nationales applicables concernant, notamment, l’impartialité et l’exactitude ;
  • En règle générale, les professionnels des médias engagés dans une initiative devraient avoir plus de 2 ans et moins de 10 ans d’expérience professionnelle dans le secteur des médias ;
  • Les professionnels expérimentés sont encouragés à participer à chaque initiative en tant que « mentors principaux ». Les candidats ayant plus de 10 ans d’expérience dans le secteur des médias peuvent se joindre à n’importe quelle initiative, à condition qu’au sein d’une même initiative, les professionnels ayant plus de 10 ans d’expérience ne constituent pas la majorité des participants ;
  • Les professionnels des médias ayant moins de 10 ans d’expérience professionnelle dans le secteur des médias et les mentors principaux sont admissibles à recevoir une subvention Stars4Media ;
  • *Exceptionnellement, 4 personnes par organisation médiatique pourraient être acceptées pour participer au programme.

2) Les initiatives réussies seront régies par les dispositions énoncées dans les documents suivants. En soumettant votre initiative, vous reconnaissez et acceptez les règles suivantes :

Ce projet est développé par l’Université VUB, Europe’s Medialab (Fondation EURACTIV), WAN-IFRA et la Fédération européenne des journalistes, et il est cofinancé par la Commission européenne.


A propos de Reporters d’Espoirs & du Prix

Le Prix Reporters d’Espoirs met à l’honneur depuis 2004 les journalistes, innovateurs des médias, et étudiants-futurs professionnels des médias, pour leurs sujets traités sous l’angle « problème + solution ». Il a distingué plus de 100 lauréats depuis sa création, et célèbrera en 2021 sa 11e édition. Le Prix a permis à des journalistes de défendre leur travail au sein de leur rédaction, de gagner en notoriété auprès du public, de maintenir ou développer leurs rubriques, ou encore de convaincre leur média de la pertinence du journalisme de solutions. Le Prix s’inscrit dans la mission de Reporters d’Espoirs « pour une info et des médias qui donnent envie d’agir ».

Et si vous rejoigniez vous aussi le Prix européen du jeune reporter ?

> Candidatez au Prix ou invitez les belles plumes de 18 à 30 ans de votre connaissance, journalistes ou non, étudiants ou non, à postuler !



A propos de Reporters d’Espoirs & du Prix

Le Prix Reporters d’Espoirs met à l’honneur depuis 2004 les journalistes, innovateurs des médias, et étudiants-futurs professionnels des médias, pour leurs sujets traités sous l’angle « problème + solution ». Il a distingué plus de 100 lauréats depuis sa création, et célèbrera en 2021 sa 11e édition. Le Prix a permis à des journalistes de défendre leur travail au sein de leur rédaction, de gagner en notoriété auprès du public, de maintenir ou développer leurs rubriques, ou encore de convaincre leur média de la pertinence du journalisme de solutions. Le Prix s’inscrit dans la mission de Reporters d’Espoirs « pour une info et des médias qui donnent envie d’agir ».

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

#Épisode 1 : Tours, mardi 9 mars 2021

By Sur la route du tourNo Comments

Reporters d’Espoirs s’est rendu à Tours ce mardi 9 mars pour lancer son tour de France des rédactions locales et des écoles de journalisme.

Première étape à Tours ce mardi 9 mars 2021 à la rencontre des étudiants de l’École publique de journalisme de Tours (EPJT) et de la rédaction de La Nouvelle République du Centre-Ouest. Avec Mémona Hintermann, grand-reporter et ex-membre du CSA, et Gilles Vanderpooten, directeur de Reporters d’Espoirs.

Nous avons pu rencontrer et échanger avec les étudiants de l’EPJT et leur professeur Jérémie Nicey, enseignant chercheur et maître de conférence à l’EPJT, à propos du journalisme de solutions et aborder le sujet spécifique du traitement journalistique du changement climatique, étudié par le Lab avec L’Initiative MédiasClimat.

L’équipe de Reporters d’Espoirs a ensuite rencontré les journalistes et la rédactrice en chef, Chantal Pétillat, de La Nouvelle République, avec qui nous avons pu échangé sur les pratiques mises en œuvre par les journalistes locaux sur l’application concrète d’un journalisme de solutions.

Contactez-nous

Pour toute information ou pour envisager une étape dans votre école ou école de journalisme, nous sommes à votre écoute :

Augustin Perraud
Relations presse Reporters d’Espoirs
ap@reportersdespoirs.org
01 42 65 20 88

Gilles Vanderpooten
Directeur général Reporters d’Espoirs
gv@reportersdespoirs.org
01 42 65 20 94